Notre Site  Aide  Plan du Site  Archives 
  CHINE
  ECONOMIE
  HORIZON
  MONDE
  SCI-EDU
  SPORTS
  VIE SOCIALE
  ARTICLES
  GALERIE DE
      PHOTOS


  COURRIER
  VOIX DE
      LECTEURS

  APERÇU
  REGIONS
     ADMINISTRATIVES

  ETHNIES
  INSTITUTIONS
  PORTRAITS
  BEIJING
  TIBET
  NOTRE SITE
  PLAN DU SITE
  AIDE
  EMPLOI
Mise à jour 10:37(GMT+8), 17/03/2002
CHINE  

Rapport d'activités du gouvernement présenté par le Premier ministre chinois Zhu Rongji (II)

Pour matérialiser ces lignes maîtresses, il faudra cette année nous atteler aux tâches suivantes :

I. ACCROITRE ET STIMULER LA DEMANDE INTERIEURE POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ECONOMIQUE

Maintenir une croissance rapide de l' économie nationale constitue non seulement une garantie pour la création d'emplois, l'amélioration du niveau de vie de la population et la stabilité sociale, mais aussi une condition indispensable pour l'accélération du réajustement de la structure économique et l'approfondissement de la réforme. Vu l'état préoccupant de l'économie mondiale, le meilleur moyen de maintenir une croissance économique rapide, c'est d'élargir la demande intérieure en stimulant et la consommation et l' investissement. Nous continuerons à appliquer énergiquement une politique de relance budgétaire et une politique monétaire saine, tout en adoptant des mesures macro-économiques qui vont dans le même sens. Pour accroître la demande intérieure, il importe surtout d'augmenter les revenus de la population urbaine et rurale, en particulier ceux des couches les moins favorisées, de manière à relever le pouvoir d'achat de la population. Premièrement, nous devrons prendre des mesures encore plus énergiques pour augmenter par tous les moyens les revenus des paysans et alléger leurs charges. Deuxièmement, nous devrons parfaire le système de protection sociale dans les villes et les bourgs. Pour le moment, ce qu'il faut avant tout, c'est "garantir les deux paiements", c' est-à- dire garantir le paiement ponctuel et intégral du revenu minimum vital des travailleurs licenciés des entreprises publiques et le versement des allocations de l'assurance vieillesse des retraités. Tout nouvel arriéré de paiement devra être évité. Il importe de perfectionner le système de l'assurance chômage et d' accélérer l'instauration du minimum vital pour la population urbaine, de façon à ce que soient couverts tous les citadins nécessiteux qui remplissent les conditions requises pour en bénéficier. Les finances centrales, de même que les finances locales devront augmenter dans une proportion relativement grande leur budget pour les fonds destinés au paiement du minimum vital et prendre des mesures adéquates pour venir en aide aux employés des secteurs d'activités ou des entreprises qui peinent à sortir du rouge. On poursuivra la réforme du système de l'assurance maladie des travailleurs urbains, du système des soins médicaux, ainsi que du système de production et de distribution commerciale des médicaments. Il faudra mener à bien les essais visant à perfectionner le système de protection sociale dans toute la province du Liaoning et dans certaines villes des autres provinces et régions autonomes, et l'on s'efforcera de collecter les fonds destinés à la protection sociale et de bien les utiliser. Troisièmement, les administrations et les institutions d'Etat augmenteront de façon appropriée le salaire de base de leurs employés et les pensions des retraités, et les entreprises de différentes formes de propriété devront-elles aussi augmenter le revenu de leurs employés sur la base de l'amélioration de la rentabilité. Les autorités locales devront prendre sans tarder des mesures énergiques pour mettre fin aux arriérés de paiement des salaires des cadres, des agents de la police judiciaire et des enseignants, phénomène fréquent dans certaines localités. Les finances locales devront donner la priorité au paiement ponctuel et intégral des salaires et assurer au plus tôt le remboursement des arriérés, même s'il leur faut, pour cela, renoncer à de nouveaux projets de construction et s'abstenir ou réduire d'autres dépenses moins urgentes. Quant aux provinces (régions autonomes ou municipalités relevant directement du gouvernement central) qui ont vraiment du mal à assurer le paiement des salaires malgré leurs efforts pour limiter strictement le nombre des administrations et des institutions et l'importance de leur personnel, les finances centrales leur accorderont des subventions par le transfert de paiements. Les finances provinciales sont invitées à faire de même pour aider les finances municipales ou de district qui se trouvent dans un embarras similaire. Quatrièmement, la multiplication de créneaux d'emploi et la réinsertion sociale des employés licenciés est un moyen important pour augmenter les revenus de la population. Il faudra multiplier par tous les moyens les créations d'emploi. Il conviendra de développer les industries à haute densité de main-d'oeuvre, les services, les moyennes et petites entreprises, qui absorbent plus de main-d'oeuvre, et de créer plus d'emplois dans les services de quartier. Les formes d' emploi seront plus souples, plus flexibles et plus diversifiées. Il faudra développer le marché du travail et perfectionner le système d'offres d'emploi. On prendra des mesures pour inciter les sans-emploi à rechercher eux-mêmes du travail et favoriser la réinsertion sociale, et une assistance particulière en matière d' emploi sera accordée aux défavorisés.

Cinquièmement, on s'efforcera d'élargir les domaines de la consommation et d'assainir son environnement. Tous les obstacles entravant la consommation devront être éliminés au fur et à mesure de l'approfondissement de la réforme et du réajustement de nos mesures politiques. Il faudra créer de nouveaux pôles de consommation et encourager la consommation dans le secteur du logement, du tourisme, de l'automobile, des télécommunications, des produits culturels, des sports et des services.

Maintenir les investissements financés par des emprunts publics à un niveau approprié pour entraîner l'accroissement rapide des investissements en actifs immobilisés. Un total de 150 milliards de yuans d'emprunts publics à long terme seront émis cette année en fonction de nos besoins et de nos possibilités. Ils seront utilisés pour continuer à financer les projets en cours, la mise en valeur de l'Ouest, la refonte technique des entreprises pilotes, l'adduction d'eau du Sud vers le Nord, la protection des réserves d'eau de Beijing et de Tianjin, la construction d' infrastructures dans les régions rurales et dans le secteur de l' éducation, l'équipement de la sécurité publique, du parquet, des tribunaux et des autres services judiciaires, etc. La plupart des projets financés avec les emprunts publics et mis en chantier à partir de 1998 devront être réalisés avant la fin de cette année. A l'heure actuelle, vu que les dépôts bancaires des particuliers augmentent considérablement, que les caisses des banques sont remplies, que les taux d'intérêts restent bas, que les prix sur le marché sont stables et que la part occupée par l'encours des emprunts publics dans le PIB reste au-dessous du seuil de sécurité, l'émission d'emprunts publics à long terme reste une option viable et relativement peu risquée. Le fait de financer avec des emprunts publics les projets clés et d'utilité publique urgente contribue non seulement à la croissance économique et à la création de nouveaux revenus, mais aussi à la mise en valeur des fonds concentrés pour la réalisation de ces grands projets. Tout en augmentant ce type d'investissements, nous prendrons des mesures pour utiliser de façon judicieuse les autres fonds du pays, en encourageant et en orientant les investissements des différents secteurs de la société. Il faudra veiller à utiliser convenablement les fonds disponibles et éviter absolument les gaspillages, les placements nuls et les constructions à double emploi. Il convient d'élaborer une planification rationnelle pour les projets de construction d'infrastructures, de manière à ce qu' ils se réalisent dans la limite de nos moyens, aient des effets positifs sur le plan social et ne soient pas trop en avance sur leur temps. Nous continuerons à améliorer les contrôles sur l' utilisation des emprunts d'Etat, sur la réalisation des projets et sur la qualité des travaux, et nous poursuivrons et sanctionnerons sévèrement toute retenue ou tout détournement des fonds provenant des emprunts d'Etat.

Mener à bien le travail dans le domaine fiscal, maintenir la cohérence de la fiscalité et intensifier la gestion et la perception des impôts. Il faudra intensifier la gestion des impôts en vertu de la loi, afin de percevoir tous les impôts qu'il incombe de percevoir et combattre sans merci la fuite et la fraude fiscales sous toutes leurs formes. Nous devrons, conformément au principe de "nourrir la population et bâtir le pays", restructurer de façon rationnelle les dépenses budgétaires, en faisant la distinction entre celles qui sont importantes et urgentes et celles qui ne le sont pas, pour assurer les dépenses indispensables et réduire résolument celles qui sont susceptibles de l'être. Pour mieux harmoniser les rapports de répartition entre l'autorité centrale et les autorités locales, établir un mécanisme de répartition rationnel et soutenir l'exploitation de l'Ouest, à partir de cette année, les finances centrales et locales partageront selon une proportion appropriée les recettes provenant de la perception de l'impôt sur les revenus. Les finances centrales affecteront la totalité des fonds provenant de l' augmentation des recettes de l'impôt sur les revenus aux instances locales, surtout aux régions du Centre-Ouest, par les transferts de paiement ordinaires. Il faut continuer à appliquer une politique monétaire saine et renforcer le contrôle sur les établissements financiers. En prenant des mesures efficaces pour prévenir et surmonter les risques financiers, les établissements financiers doivent soutenir activement le développement économique et améliorer leurs services. Les banques doivent réajuster les orientations de leurs crédits, en soutenant en priorité les projets financés par des emprunts publics et ceux destinés au réajustement de la structure agricole, à la refonte technique et au développement des petites et moyennes entreprises, surtout de celles d'ordre scientifique et technique. Il faudra satisfaire le mieux possible les besoins en fonds de rotation des entreprises rentables, de bonne réputation, et dont les produits s'écoulent bien sur le marché, et développer les crédits à la consommation, en particulier ceux pour faciliter l'acquisition de logement et les études.

Nous devrons activer la mise en place d'un système financier moderne et approfondir la réforme des entreprises financières pour perfectionner leurs mécanismes internes et renforcer leur gestion. Les banques d'affaires devront, à partir de cette année, adopter le système de contrôle à cinq échelons sur la qualité des prêts et améliorer le mode de diffusion des données. Il faut réglementer et développer davantage le marché boursier, assurer un développement sain du secteur des assurances et renforcer et intensifier la gestion et la supervision du secteur financier en vertu de la loi. Il faudra accélérer l'informatisation du secteur financier et suivre de près l'évolution du marché international afin de prévenir l'impact des capitaux internationaux à court terme sur le marché financier de notre pays et assurer la sécurité financière.




Sous Cette Rubrique
 

Pour matérialiser ces lignes maîtresses, il faudra cette année nous atteler aux tâches suivantes :

Recherche avancée


 


Copyright © 2000-2002   Le Quotidien du Peuple en ligne  Tous droits réservés.