Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 

L'année 2010 a été marquée en France par des évènements politiques et sociaux de grande importance et par des faits divers et autres inscrits au chapitre des "affaires politico-financières" qui ont très largement défrayé la chronique.

AU PLAN POLITIQUE Et SOCIAL

Elections régionales

Les élections régionales ont eu lieu les 14 et 21 mars. Quelques 44,28 millions d'électeurs français on été appelés à voter pour élire 1.880 conseillers régionaux, membres des 26 conseils régionaux pour un mandat de 4 ans. Le second tour du scrutin des élections régionales françaises a confirmé la large victoire de l'opposition de gauche ainsi qu'une légère remontée du Front National (FN, extrême droite). Les observateurs ont estimé que cette large victoire de la gauche constituait un message en direction du président Nicolas Sarkozy et de son Premier ministre François Fillon.
 

Remaniement ministériel

Tel qu'annoncé durant l'été 2010 par le président Sarkozy, un remaniement ministériel a eu lieu en France le 14 novembre 2010. François Fillon a été renommé Premier ministre. Sa nouvelle équipe gouvernementale regroupe 22 ministres et 8 secrétaires d'Etat (contre 37 auparavant), dont deux ministres d'Etat, ceux de la Défense (Alain Juppé) et des Affaires étrangères (Michèle Alliot- Marie).
 

Grève de Total

Le 12 janvier 2010, une grande partie des 370 salariés et 450 sous-traitants de la raffinerie des Flandres de Mardyck (Nord) du groupe Total a entamé un mouvement de grève en réaction à un projet de fermeture. Le mouvement se prolongera durant tout le mois. Cette raffinerie mise en service en 1974, au moment du premier choc pétrolier, est la dernière construite en France.
 

Réforme des retraites

Le projet de loi portant réforme des retraites en France a été définitivement adopté par le Sénat le 26 octobre puis par l'Assemblée nationale le 27 octobre 2010. Le texte relève notamment l'âge de départ à la retraite de 60 à 62 ans. Un vaste mouvement de grève en réaction à ce projet a débuté en mars 2010. Ce mouvement contre la réforme des retraites a mobilisé à huit reprises plusieurs millions de salariés dans les secteurs public et privé. A Marseille, le mouvement contre la réforme des retraites a coïncidé avec la mobilisation contre la réforme portuaire qui prévoit le transfert au secteur privé des équipements et des personnels de manutention. Le mouvement de grève dans le Grand Port Maritime de Marseille (GPM) a été particulièrement dur. Le dimanche 17 octobre 2010, on décomptait 61 navires, dont 47 pétroliers, 4 chimiquiers et 10 gaziers, bloqués en mer. La même ville de Marseille a vécu durant le mois d' octobre, une longue grève des éboueurs. Le lundi 18 octobre 2010 les poubelles débordaient dans le centre-ville de Marseille. Les déchets ménagers de la cité phocéenne n'avaient pas été ramassés depuis sept jours.
 

AU PLAN DES FAITS DIVERS

Grippe A/H1N1

Le 13 janvier 2010 a été officiellement annoncée la fin de l'épidémie de la grippe A en France. Le nombre de cas de grippe ( avec fièvre à plus de 39°) qui a conduit à consulter un médecin généraliste est "passé sous le seuil épidémique depuis deux semaines", avait justifié le Dr Thierry Blanchon, du réseau Sentinelles.
 

Tempête Xynthia

Dans la nuit du samedi 27 au dimanche 28 février 2010, une violente tempête a balayé le nord-ouest et le centre de la France faisant entre 45 et 50 morts selon des estimations communiquées par le ministère de l'Intérieur. Dans toute la France, un million de foyers ont été privés d'électricité. La région de la Vendée a té la plus touchée, suite à la rupture d'une digue. On y dénombre au moins 22 morts.

Le département du Var (entre Nice et Marseille) a été particulièrement touché par les fortes pluies et les orages, avec des routes obstruées, des aéroports fermés, des maisons inondées et des cours d'eau qui débordent.La ville de Draguignan, chef lieu du département, a été traversée par des torrents de boue durant toute la journée.
 

Fusillade à Marseille

Vendredi 19 novembre 2010, un jeune âgé de 16 ans a été tué par balle et un autre âgé de 11 ans a été blessé lors d'une fusillade dans un quartier de Marseille. Rendu dans la ville le dimanche 21 novembre, le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, a décidé de l'envoi de renforts en force de police pour faire face à l'augmentation des actes de banditisme dans la cité phocéenne. Les unités de police ont effectué plusieurs "descentes" dans les cités de Marseille durant le mois de novembre, saisissant de nombreuses armes et des stocks de stupéfiants.
 

Neige : dure épreuve avant Noël

Durant les week-end des 18 et 19 décembre, une grande partie du territoire français est sous la neige. 34 départements (35 à la fin de journée de samedi) du quart nord-ouest, excepté la pointe de la Bretagne, ont été placés en vigilance orange.

Dans les aéroports, c'est le chaos. Affectés par la fermeture de plusieurs aéroports européens, Roissy et Orly tournent au ralenti à la mi-journée de samedi dernier. Début de la soirée, les deux ports aériens français ont enregistré plus de 60% des vols en retard et un taux d'annulations de l'ordre de 30%. Parmi les 700 000 passagers qui devaient prendre l'avion pour les départs en vacances de Noël, une partie a dû passer le week- end dans les aéroports. Des coupures d'électricité ont eu lieu dimanche en milieu d'après-midi dans la partie nord du pays et près de 16 000 foyers ont été privés de courant.
 

AU CHAPITRE SOCIETE

"Grand débat" sur l'identité nationale

Le lundi 8 février, le gouvernement français a tiré le bilan du "grand débat" sur l'identité nationale ouvert par Eric Besson, ministre de l'immigration, le lundi 2 novembre 2009. Ce débat s'est déroulé à la fois sur Internet et dans chacune des 100 préfectures de département et des 350 sous-préfectures d' arrondissement, ainsi que dans les départements et territoires d' outre-mer. Le "grand débat" sur l'identité nationale a été critiqué à gauche comme à droite.
 

Expulsion de Roms

Le jeudi 19 août 2010, les autorités françaises ont rapatrié plusieurs dizaines decvers la Roumanie sur fond de polémique à l'intérieur comme à l'extérieur du pays. Ces Roms ont été renvoyés par des vols réguliers décollés depuis Lyon et Paris, ayant accepté une aide au "retour volontaire " proposée de la France (300 euros par adulte et 100 euros par enfant mineur), selon les médias français.

Durant le mois d'août 2010, quelque 700 Roms roumains et bulgares ont été ainsi reconduits vers leurs pays d'origine. Selon un sondage CSA pour le Parisien/Aujourd'hui en France paru jeudi 19 août, 48% des Français se disaient favorables aux reconduites en Roumanie de Roms. D'après ce même sondage, 42% des Français se disaient opposés à ces renvois, tandis que 10% des personnes interrogées ne se prononcent pas. Jeudi 9 septembre 2010, le Parlement européen a adopté une résolution contre la politique menée par la France à l'égard des Roms. Le texte demandait à Paris de "suspendre immédiatement" leur expulsion.Au plan des Affaires politico-financières
 

Affaire Karachi

Le 25 novembre 2010, Dominique de Villepin, ancien Premier ministre de Jacques Chirac, a été entendu par le juge au sujet de "l'affaire Karachi", qui aurait donné lieu à l'attribution de commissions contrats de vente d'armes au Pakistan en 1994. "J'ai dit au juge qu'il n'y a à mon sens aucun lien entre l'attentat de Karachi et l'arrêt du règlement des commissions", a déclaré à la presse Dominique de Villepin à l'issue de plus de quatre heures d'audition. Selon son avocat, Dominique de Villepin a en revanche estimé que l'argent des commissions du marché pakistanais pourrait avoir profité à des partis liés à Edouard Balladur, adversaire de Jacques Chirac aux présidentielles en 1995.

Le 28 janvier 2010 a été rendu le verdict du procès Clearstream. Il s'agit d'une affaire de dénonciation calomnieuse visant des personnalités, dont Nicolas Sarkozy, censées détenir des comptes bancaires secrets à l'étranger via la chambre de compensation luxembourgeoise Clearstream. Mis en cause dans cette affaire, Dominique de Villepin a été acquitté et le procureur a fait appel.
 

Affaire Bettencourt

Le 16 juin 2010 a été déclenchée en France l'affaire dite Woerth-Bettencourt, du nom du ministre du Travail et de la première actionnaire du groupe français L'Oréal. Le journal en ligne Mediapart publie ce jour-là des d'enregistrements réalisés clandestinement en 2009 et 2010 par le majordome de Liliane Bettencourt, au domicile de cette dernière. La divulgation de ces enregistrements laissera supposer des possibles conflits d'intérêts entre Liliane Bettencourt et Éric Woerth, ministre du Travail depuis mars 2010.

L'ex-comptable de la femme d'affaire évoquera de son côté auprès des enquêteurs l'existence d'un possible dispositif de financement illégal de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.