Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Plan du Site Aide Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Portraits

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS
 Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)

 Radio Chine Internationale

 Centre d'Information et d'Internet de Chine

 Beijing Information

 Ambassade de France en Chine

Français>>Page spéciale>>Visite de Lien Chan à la partie continenale de la Chine>>Problème de Taiwan
Mise à jour 10:14
Message aux compatriotes de Taiwan

Rédigé par le camarade Mao Zedong, le 6 octobre 1958

Nos compatriotes, militaires et civils de Taiwan, Penghu, Jinmen et Mazu,

Nous sommes tous Chinois. Parmi les 36 stratagèmes, la réconciliation est le meilleur. Les combats à Jinmen sont de nature punitive. Pendant longtemps, vos dirigeants se sont montrés trop agressifs. Ils ont ordonné à vos avions de pénétrer dans le continent comme ils veulent, volant jusqu'au Yunnan, au Guizhou, au Sichuan, au Xikang et au Qinghai, en larguant des tracts et des agents secrets, en bombardant Fuzhou et en perturbant le Jiangsu et le Zhejiang. Un tel agissement est-il tolérable ? C'est pourquoi nous lançons quelques obus pour attirer votre attention. Taiwan, Penghu, Jinmen et Mazu relèvent du territoire chinois et ce point a obtenu votre consentement. La preuve en est la déclaration officielle de vos dirigeants. Taiwan, Penghu, Jinmen et Mazu ne sont absolument pas le territoire des Américains. Ces îles font partie de la Chine et ne constituent pas un autre Etat. Dans le monde, il n'y a qu'une Chine, et non deux Chine. Ce point a aussi obtenu votre consentement, et la preuve en est la déclaration officielle de vos dirigeants. L'accord militaire que vos dirigeants ont conclu avec les Américains est unilatéral et n'obtiendra pas notre reconnaissance. Il doit donc être aboli. Il est sûr qu'un jour les Américains vous abandonneront. Vous n'y croyez pas ? L'Histoire viendra à le prouver. Les propos tenus le 30 septembre par Dulles en sont déjà révélateurs. A votre place, peut-on ne pas éprouver le froid au cœur ? En dernière analyse, l'impérialisme américain est notre ennemi commun.

Les 130 000 militaires et civils de Jinmen manquent d'approvisionnement et vivent dans une situation difficile et intenable. En considération de l'humanité, j'ai déjà ordonné aux troupes du front du Fujian d'arrêter le pilonnage, à partir du 6 octobre, limité provisoirement à sept jours. Vous pouvez transporter des approvisionnements amplement et librement, à condition que vous ne soyez pas escortés par les Américains. S'il y a escorte, nous agirons autrement. Entre vous et nous, la guerre se poursuit depuis trente ans et n'a pas pris fin. Ce n'est pas bien. Nous proposons des négociations et une solution pacifique. Sur ce point, le Premier ministre Zhou Enlai vous l'a déjà dit il y a plusieurs années. C'est un problème intérieur de la Chine qui ne concerne que nos deux parties, et n'est point un problème entre la Chine et les Etats-Unis. Le stationnement de troupes américaines à Taiwan, Penghu et dans le détroit de Taiwan est un problème concernant les parties chinoise et américaine et doit être résolu par les négociations entre les deux pays, qui sont en cours en ce moment à Varsovie. Les Américains doivent en fin de compte partir. Cela ne va pas, s'ils ne s'en vont pas. Plus tôt ils déguerpissent, plus la situation leur est favorable, parce qu'ils ont l'initiative en main. S'ils tardent à partir, cela ne leur profite pas, parce qu'ils se trouvent toujours dans une position passive. Pourquoi un pays du Pacifique oriental est-il venu dans le Pacifique occidental ? Le Pacifique occidental appartient aux habitants du Pacifique occidental, tout comme le Pacifique oriental appartient aux habitants du Pacifique oriental. Les Américains doivent comprendre ce sens commun. Il n'y a pas de guerre entre la République populaire de Chine et les Etats-Unis, et le cessez-le-feu est donc hors de question. N'est-il pas risible si l'on parle de cessez-le-feu, alors qu'il n'y a pas de feu. Nos amis de Taiwan, des flammes de guerre existent entre vous et nous. Elles doivent prendre fin et être éteintes. Nous avons donc besoin de négocier. Il va de soi que si nous continuons à nous battre encore trente ans, cela n'est nullement une affaire extraordinaire. Mais il convient en fin de compte de trouver une solution pacifique au plus tôt. Où allez-vous ? Je vous prie de bien réfléchir et de prendre une décision.



Adresse email du destinataire


Copyright © 2000-2004 Tous droits réservés.