Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Plan du Site Aide Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Portraits

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS
 Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)

 Radio Chine Internationale

 Centre d'Information et d'Internet de Chine

 Beijing Information

 Ambassade de France en Chine

Français>>Page spéciale>>Visite de Lien Chan à la partie continenale de la Chine>>Problème de Taiwan
Mise à jour 10:22
Luttons continuellement pour promouvoir la réunification de la patrie

Jiang Zemin, le 30 janvier 1995

Le peuple multiethnique de la Chine vient de célébrer le Nouvel An 1995 et salue maintenant la fête du Printemps. Le fait qu'à l'approche de cette fête traditionnelle de la nation chinoise, nos compatriotes de Taiwan à Beijing et des personnalités concernées se sont réunis pour aborder les perspectives des relations entre les deux rives du détroit de Taiwan et la grande œuvre de la réunification pacifique de la patrie est une chose lourde de sens. Je veux saisir cette occasion pour exprimer, au nom du Comité central du Parti communiste chinois et du Conseil des affaires d'Etat, nos meilleurs voeux aux 21 millions de compatriotes de Taiwan et leur souhaiter une joyeuse fête du Printemps et bonne chance.

Taiwan est une partie inséparable de la Chine. Le 17 avril 1895, l'impérialisme japonais a recouru à la guerre et contraint le gouvernement corrompu des Qing à signer le « traité de Shimonoseki », aux termes duquel il s'est emparé de Taiwan et de l'archipel de Penghu. La population de Taiwan a passé un demi-siècle sous la domination coloniale du Japon. Le peuple chinois n'oubliera jamais cette page humiliante de son histoire. Avec les autres peuples du monde, il a vaincu, il y a 50 ans, l'impérialisme japonais et le 25 octobre 1945 Taiwan et l'archipel de Penghu ont été rendus à la Chine. Les compatriotes de Taiwan se sont débarrassés désormais des carcans de la domination coloniale. Mais, pour des raisons connues de tous, après 1949, Taiwan est de nouveau séparé de la partie continentale de la Chine. La réalisation de la réunification complète de la Chine et le redressement de la nation chinoise dans tous les domaines restent une mission sacrée et un noble objectif de tout le peuple chinois.

En janvier 1979, le Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale a publié le « Message aux compatriotes de Taiwan ». Depuis, nous avons défini le principe fondamental de « réunification pacifique, un Etat et deux systèmes », et une série de mesures politiques envers Taiwan. Le camarade Deng Xiaoping est l'artisan général de la politique chinoise de réforme et d'ouverture, et aussi le créateur de l'idée magistrale : « Un Etat, deux systèmes ». A la fois perspicace et réaliste, il a fait des déclarations et formulé des idées à la hauteur de notre époque sur le sujet de la solution du problème de Taiwan, et défini le principe directeur de la réalisation de la réunification pacifique de la patrie.
Le camarade Deng Xiaoping a déclaré que le cœur du sujet, c'est la réunification de la patrie. Tous les enfants de la nation chinoise aspirent à la réunification de la Chine et la division va à l'encontre de la volonté de la nation. Il n'y a qu'une Chine, et Taiwan en fait partie. Nous ne permettons pas qu'il y ait « deux Chine » ou « une Chine et un Taiwan », et nous nous opposons fermement à l'« indépendance de Taiwan ». Il y a en fin de compte deux façons de résoudre le problème de Taiwan, l'une est pacifique et l'autre ne l'est pas. La façon de résoudre ce problème relève entièrement des affaires intérieures de la Chine et aucune intervention étrangère n'est permise. Nous tenons à recourir au moyen pacifique et à réaliser la réunification pacifique par voie de négociations. Dans le même temps, nous ne promettons pas de ne pas recourir aux forces armées. Si nous faisons cette promesse, la réunification pacifique deviendra impossible et ce problème sera finalement résolu par l'usage de forces armées. Après la réunification, nous pratiquerons le principe : « un Etat, deux systèmes ». La majeure partie du pays restera sous le régime socialiste et Taiwan conservera son système existant. « Ce n'est ni l'absorption de Taiwan par la partie continentale de la Chine ni l'inverse. » Après la réunification, le système social et économique, le mode de vie resteront inchangés à Taiwan, de même que ses relations non-gouvernementales avec l'étranger, y compris les investissements et les échanges non-gouvernementaux des pays étrangers à Taiwan. En tant que région administrative spéciale, Taiwan jouit d'une haute autonomie, du pouvoir législatif et juridictionnel (y compris le pouvoir de jugement de dernier ressort), peut posséder ses forces armées, et gère lui-même ses systèmes de parti, d'administration et d'armée. Le gouvernement central n'enverra pas d'armée ni de fonctionnaire à Taiwan. Des sièges seront réservés à Taiwan au gouvernement central.

Depuis une bonne dizaine d'années, à la lumière du principe fondamental : « réunification pacifique, un Etat et deux systèmes » et grâce aux efforts conjugués des compatriotes des deux rives du détroit, des compatriotes de Hong Kong et de Macao, et des ressortissants chinois à l'étranger, la circulation de personnel et les échanges scientifiques, techniques, culturels, académiques et sportifs se sont beaucoup développés et nous assistons déjà à une situation où les économies des deux rives se stimulent, se complètent et se profitent mutuellement. Etablir au plus tôt les liaisons directes entre les deux rives du Détroit, dans les domaines postal, aérien et maritime, et commercial, est une demande pressante des compatriotes de Taiwan, en particulier des industriels et commerçants de Taiwan, et un besoin réel de Taiwan pour le développement ultérieur de son économie. Les entretiens au niveau fonctionnel ont progressé, et les entretiens entre Wang Daohan et Gu Zhengfu marquent un pas historique franchi dans les relations entre les deux rives du Détroit.
Mais, ce qui mérite la vigilance de tous les Chinois, c'est que ces dernières années, la tendance à la séparation s'est développée à Taiwan et les activités se sont multipliées en faveur de l'« indépendance de Taiwan ». Certaines forces étrangères interviennent encore davantage sur le problème de Taiwan et s'ingèrent dans les affaires intérieures de la Chine. Toutes ces activités entravent la réunification pacifique de la Chine, et menacent la paix, la stabilité et le développement dans la zone Asie-Pacifique.

Bien que la situation internationale soit complexe et changeante, la détente en reste la tendance générale. Tous les pays formulent leur stratégie économique, prennent le renforcement de la puissance intégrale du pays comme la tâche primordiale et cherchent à occuper leur propre place à l'avènement du 21e siècle. Nous sommes contents que les économies des deux rives du Détroit se développent. En 1997 et 1999, nous reprendrons l'exercice de notre souveraineté respectivement sur Hong Kong et Macao et ce sera un événement exaltant pour le peuple multiethnique de la Chine, y compris la population de Taiwan. La nation chinoise a subi beaucoup d'épreuves et de revers. Il est temps de réaliser la réunification de la patrie et le redressement total de la Chine. C'est là une opportunité pour Taiwan et aussi pour toute la nation chinoise. Je veux saisir l'occasion qui m'est offerte ici de m'étendre sur quelques questions importantes concernant le développement des relations entre les deux rives et l'accélération de la réunification pacifique du pays.

1. L'observation inébranlable du principe d'une seule Chine est la base et les conditions préalables de la réunification pacifique. La souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine ne peuvent aucunement être divisées. Nous devons combattre résolument tout propos et tout acte visant à créer « l'indépendance de Taiwan », et aussi les propositions sur « la division et le gouvernement séparé », sur les « deux Chine de nature périodique », qui violent le principe d'une seule Chine.

2. Nous ne soulevons pas d'objection au développement par Taiwan de ses relations économiques et culturelles non-gouvernementales avec des pays étrangers. Taiwan a déjà adhéré, au nom de « Taipei chinois », à des organisations internationales économiques comme la Banque asiatique de développement et la Conférence de coopération économique d'Asie-Pacifique, en respectant le principe d'une Chine et conformément aux Statuts desdites organisations internationales. Mais nous nous opposons aux activités de Taiwan qui, sous prétexte de « l'accroissement de l'espace d"existence internationale », visent à créer « deux Chine », « une Chine, un Taiwan ». Tous les patriotes et les personnalités éclairées de Taiwan peuvent comprendre que de telles activités n'apportent rien à la solution du problème, au contraire, encouragent les forces en faveur de l'« indépendance de Taiwan » à saboter sans scrupule le processus de la réunification pacifique. Ce n'est qu'après la réalisation de la réunification pacifique que les compatriotes de Taiwan peuvent jouir de la dignité et de l'honneur de la Chine sur le plan international, avec tout le peuple chinois multiethnique.

3. Nous proposons toujours d'engager des négociations de paix et de réunification entre les deux rives du Détroit. Au cours de ces négociations, la participation des personnalités représentatives des partis et des organisations des deux rives peut être acceptée. Dans le rapport que j'ai présenté en octobre 1992 au XIVe congrès du Parti communiste chinois, j'ai déclaré ceci: « Aux conditions préalables d'une seule Chine, tout problème, quel qu'il soit, peut être discuté, y compris la discussion avec la partie de Taiwan sur la manière des négociations officielles entre les deux rives pour trouver le moyen que les deux parties trouvent approprié. » Cela comprend bien entendu tous les problèmes qui intéressent les autorités de Taiwan. Nous avons plus d'une fois proposé que les deux parties engagent des négociations sur « la fin officielle des hostilités entre les deux rives et la réalisation graduelle de la réunification pacifique ». Je renouvelle ici cette proposition et suggère que, comme le premier pas, les deux parties négocient d'abord « la fin officielle des hostilités entre les deux rives, en observant le principe d'une Chine », et aboutissent à un accord. Sur cette base, les deux parties assument l'obligation de sauvegarder la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine et planifient le développement des relations entre les deux rives. Quant au nom, au lieu et aux moyens des négociations politiques, les deux parties pourront trouver finalement une solution qui leur soit acceptable, pourvu qu'elles commencent les consultations au plus tôt sur un pied d'égalité.

4. Nous nous efforcerons de réaliser la réunification pacifique et les Chinois ne se battront pas entre eux. Le fait que nous ne promettons pas de renoncer à l'usage de la force des armes ne vise pas les compatriotes de Taiwan, mais les forces étrangères qui tentent d'intervenir dans la réunification de la Chine et de faire aboutir l'« indépendance de Taiwan ». Nous croyons pleinement que nos compatriotes à Taiwan, à Hong Kong, Macao et à l'étranger peuvent comprendre parfaitement notre position de principe.

5. Devant le développement de l'économie mondiale au XXIe siècle, nous devons développer énergiquement les échanges et la coopération économiques entre les deux rives afin de favoriser la prospérité économique commune et de faire du bien à la nation chinoise. Nous proposons que les différends politiques ne doivent pas perturber et affecter la coopération économique entre les deux rives. Nous continuerons à appliquer longuement la politique encourageant les investissements d'hommes d'affaires de Taiwan, ainsi que la Loi de la République populaire de Chine sur la protection des investissements des compatriotes de Taiwan. Dans quelles circonstances que ce soit, nous sauvegarderons effectivement les droits et intérêts légitimes des hommes d'affaires de Taiwan. Nous continuerons à renforcer la circulation et les échanges entre les compatriotes des deux rives, et améliorer la compréhension et la confiance réciproques. Les liaisons directes entre les deux rives dans les domaines postal, aérien et maritime, et commercial constituent un besoin objectif du développement économique entre les deux rives et des autres échanges, et profitent aux intérêts des compatriotes des deux rives. Il faut donc prendre des mesures concrètes pour accélérer la réalisation de ces liaisons directes. Il faut encourager les entretiens de caractère fonctionnel entre les deux rives. Nous sommes pour la signature d'un accord non-gouvernemental sur la protection des droits et intérêts des investisseurs de Taiwan après des négociations basées sur le principe de l'avantage réciproque.

6. La brillante culture chinoise créée par tous les groupes ethniques de la nation chinoise pendant cinq mille ans a toujours été et est le lien mental de tout le peuple chinois et une base importante de la réunification pacifique du pays. Les compatriotes des deux rives doivent continuer et développer les belles traditions de la culture chinoise.

7. Les 21 millions de compatriotes de Taiwan, qu'ils soient originaires de la province de Taiwan ou d'autres provinces, sont tous Chinois et compatriotes liés par la chair et le sang. Nous devons respecter pleinement le mode de vie des compatriotes de Taiwan et leur volonté d'être maître de chez eux, et protéger tous leurs droits et intérêts légitimes. Tous nos départements du Parti et du gouvernement, y compris nos représentations diplomatiques à l'étranger, doivent renforcer leurs liens avec les compatriotes de Taiwan, écouter leurs opinions et demandes, veiller sur leurs intérêts et les aider, dans la mesure du possible, à surmonter leurs difficultés. Nous souhaitons qu'à Taiwan, l'économie se développe et que les habitants vivent dans l'aisance et la sécurité, et que les partis politiques contribuent au développement des relations entre les deux rives, dans une attitude raisonnable, constructive et tournée vers l'avenir. Nous souhaitons la bienvenue aux personnalités de tous les partis et de tous les milieux désireux de procéder à des échanges de vues avec nous sur les relations entre les deux rives et la réunification pacifique, et espérons aussi qu'ils viendront voyager ou visiter. Les mérites des personnalités de tous les milieux qui ont contribué à la réunification de la Chine seront notés dans l'histoire.

8. Nous souhaitons la bienvenue aux dirigeants des autorités de Taiwan s'ils viennent effectuer une visite sur le continent en une qualité appropriée. Nous voulons aussi accepter l'invitation de la partie de Taiwan à y aller pour discuter des affaires de l'Etat, ou procéder à un échange de vues sur certains problèmes. De toute façon, même une simple visite réciproque est utile. Les affaires des Chinois doivent être réglées par nous-mêmes, sans besoin du concours d'un contexte international. Puisque d'un côté et de l'autre du Détroit, nous nous regardons avec nostalgie, il nous faut finalement nous rendre visite les uns aux autres et ne pouvons pas continuer à « ne pas se fréquenter jusqu'à ce que nous partions pour l'autre monde ».

Les compatriotes de Hong Kong, de Macao et les Chinois d'outre-mer ont beaucoup travaillé pour le resserrement des relations entre les deux rives, pour la réunification du pays et le redressement de la nation chinoise, et leurs mérites sont indélébiles. Nous espérons qu'ils continueront à contribuer au développement des relations entre les deux rives, à la réunification de la patrie et au redressement de la Chine.

Réaliser au plus tôt la réunification de la patrie est l'aspiration commune du peuple chinois multiethnique. Tous les Chinois patriotes ne veulent pas voir la réunification du pays tarder indéfiniment. M. Sun Yat-sen, grand précurseur révolutionnaire de la nation chinoise, a dit : « La réunification est l'espoir de tous les citoyens. Si nous pouvons la réaliser, le peuple tout entier vivra dans le bonheur, si nous ne pouvons pas la réaliser, il en souffrira. » Nous appelons tous les Chinois à s'unir, à lever haut le drapeau du patriotisme, à nous en tenir à l'unité et à nous opposer à la division afin de promouvoir le développement des relations entre les deux rives et la réalisation de la grande œuvre de la réunification de la patrie. Ce jour brillant dans le processus du développement moderne de la nation chinoise viendra certainement !





Adresse email du destinataire


Copyright © 2000-2004 Tous droits réservés.