Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Plan du Site Aide Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Portraits

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS
 Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)

 Radio Chine Internationale

 Centre d'Information et d'Internet de Chine

 Beijing Information

 Ambassade de France en Chine

Français
Mise à jour 10:08
Quelques problèmes concernant le principe d'une seule Chine dans les relations sur les deux rives du détroit

Le territoire et la souveraineté de la Chine ne sont pas séparés, et les deux rives du détroit ne constituent pas deux Etats. Les arguments prétendus des autorités de Taiwan pour soutenir leur propos de "deux Chine", y compris les propos de "deux Etats", mentionnés par Lee Teng-hui sont les suivants: après 1949, les deux rives du détroit se sont séparées, avec deux gouvernements sans aucune interdépendance; le gouvernement de la République populaire de Chine n'a jamais dirigé Taiwan; il est né à Taiwan en 1991 un système de pouvoir qui n'a rien à voir avec la partie continentale de la Chine. Or, ces arguments sont sans aucun fondement et ne peuvent absolument pas aboutir à la conclusion selon laquelle Taiwan peut être un pays indépendant au nom de la "République de Chine" et les deux rives du détroit sont divisées en deux Etats. Premièrement, la souveraineté d'un pays est indivisible. Le territoire est l'espace où l'Etat exerce sa souveraineté. Dans le territoire d'un pays, il ne peut y avoir qu'un gouvernement central pour exercer la souveraineté au nom de ce pays. Comme nous l'avons montré ci-dessus, Taiwan fait partie intégrante du territoire chinois. En 1949, le gouvernement de la République populaire de Chine a remplacé celui de la République de Chine pour devenir l'unique gouvernement légal de toute la Chine. Il possède et exerce la souveraineté sur toute la Chine, y compris sur Taiwan. Bien que les deux rives du détroit ne soient pas réunies, le statut de Taiwan en tant que partie du territoire chinois n'a jamais changé. Par conséquent, le fait que la Chine dispose de la souveraineté sur Taiwan n'a pas changé non plus. Deuxièmement, la communauté internationale reconnaît l'existence d'une seule Chine, que Taiwan en fait partie, et que le gouvernement de la République populaire de Chine est l'unique gouvernement légal de la Chine. Troisièmement, si le problème de Taiwan n'est toujours pas résolu, c'est à cause de l'intervention des forces étrangères et de l'obstruction des forces sécessionnistes de Taiwan. La réunification des deux rives du détroit n'étant pas encore réalisée, l'existence continue de cet état anormal n'a pas assigné à Taiwan le statut et les droits prévus dans le droit international, elle ne peut non plus changer le statut juridique de Taiwan en tant que partie de la Chine. Aujourd'hui, le problème réside dans le fait que les forces sécessionnistes de Taiwan et certaines forces sinophobes étrangères veulent changer cette situation. Le gouvernement et le peuple chinois s'y opposent fermement.

S'opposer fermement au changement du statut de Taiwan en tant que partie de la Chine sous forme de référendum. Sous prétexte que "la souveraineté revient au peuple", les forces sécessionnistes de Taiwan tentent vainement de changer, sous forme de référendum, le statut de Taiwan en tant que partie de la Chine. D'abord, le statut juridique de Taiwan en tant que partie de la Chine est déterminé du point de vue tant du droit intérieur que du droit international, ce qui exclut la condition préalable d'un référendum de l'autodétermination. Ensuite, par "la souveraineté revient au peuple", on entend que la souveraineté revient au peuple entier d'un pays, et non au peuple d'un certain milieu ou d'une certaine région. La souveraineté sur Taiwan revient à toute la nation chinoise, y compris les compatriotes de Taiwan, et non pas à une partie de Taiwanais. Enfin, Taiwan n'a jamais été un pays; après 1945, ce n'est pas une colonie étrangère, et il n'est pas non plus occupé militairement, ce qui nie le principe de l'autodétermination nationale. En un mot, après le retour de Taiwan à la Chine en 1945, il ne s'est jamais posé le problème d'un référendum pour changer le statut de Taiwan en tant que partie de la Chine. Taiwan n'a qu'un avenir, celui de la réunification avec la partie continentale de la patrie et non de la partition. Un référendum destiné à séparer Taiwan d'avec la Chine conduira le peuple de Taiwan à la catastrophe.

Le "modèle des deux Allemagne" ne peut pas être utilisé sur le problème de Taiwan. Certains à Taiwan proposent de régler les relations entre les deux rives du détroit d'après le "modèle des deux Allemagne" (Après la Seconde Guerre mondiale, l'Allemagne a été divisée en deux Etats, puis de nouveau réunifiée). Il s'agit d'une mauvaise interprétation de l'histoire et de la réalité. La division de l'Allemagne après la Seconde Guerre mondiale et la séparation temporaire des deux rives du détroit constituent deux problèmes de nature différente. Trois différences principales les distinguent: 1. La cause et la nature de leur formation sont différentes. En 1945, l'Allemagne vaincue a été occupée respectivement par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l'URSS en vertu de la Déclaration sur l'échec de l'Allemagne et sur la prise en main du pouvoir suprême du gouvernement et des accords de Potsdam. Dans la période de la guerre froide, la réunification de l'Allemagne est devenue le point essentiel dans la confrontation en Europe entre les Etats-Unis et l'URSS. La République fédérale d'Allemagne et la République démocratique d'Allemagne ont été successivement fondées dans les zones occupées par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France et dans la zone occupée par l'URSS, divisant l'Allemagne en deux pays. Ainsi, on voit bien que le problème de l'Allemagne a été causé par des facteurs extérieurs. Par contre, le problème de Taiwan est le legs résultant de la guerre civile de la Chine et relève des affaires intérieures. 2. Le statut sur le droit international est différent. La division de l'Allemagne a été déterminée par une série de traités internationaux signés pendant et après la Seconde Guerre mondiale. En ce qui concerne le problème de Taiwan, des traités internationaux tels que la Déclaration du Caire et la Déclaration de Potsdam stipulaient que le Japon devait rendre Taiwan à la Chine. 3. L'existence réelle est différente. Dans le contexte de la confrontation entre les Etats-Unis et l'URSS, les deux Allemagne où étaient stationnées respectivement des troupes étrangères ont été obligées de se reconnaître réciproquement et de coexister dans la communauté internationale. Par contre, le gouvernement chinois est toujours resté fidèle au principe d'une seule Chine. Les autorités de Taiwan avant Lee Teng-hui et peu après sa succession au pouvoir reconnaissaient également une seule Chine et s'opposaient à l'existence de "deux Chine". Le principe d'une seule Chine est largement accepté par la communauté internationale. Par conséquent, le problème de l'Allemagne et le problème de Taiwan ne peuvent être mis sur le même plan, et on ne peut pas copier tel quel le "modèle des deux Allemagne" pour résoudre le problème de Taiwan.

Tous les problèmes peuvent être négociés sous le principe d'une seule Chine. Le gouvernement chinois est d'avis que les négociations entre les deux rives du détroit ont pour but final la réunification pacifique. Le principe d'une seule Chine doit servir de base pour les négociations afin que celles-ci puissent être menées à terme. Les propos préconisant l'"indépendance de Taiwan", "deux Chine" et "deux Etats" violent le principe d'une seule Chine, ont pour objectif la partition au lieu de la réunification, et sont de ce fait inacceptables pour le gouvernement chinois. Dans le cadre d'une seule Chine, tous les problèmes peuvent être négociés, y compris divers problèmes auxquels s'intéresse Taiwan. Le gouvernement chinois est convaincu que l'espace d'activité extérieur économique, culturel et social correspondant à la position internationale de Taiwan ainsi que le statut politique des autorités de Taiwan pourront être résolus dans ce cadre par voie de négociations politiques au cours de la réunification pacifique.

"La démocratisation et la divergence entre les régimes" ne sont que des prétextes pour empêcher la réunification de la Chine. Ces dernières années, les autorités de Taiwan répètent à maintes reprises que "la démocratisation du continent est le point clé de la réunification de la Chine" et que "la véritable nature du problème des deux rives du détroit réside dans la divergence entre les régimes". Il s'agit des prétextes pour retarder et refuser la réunification et d'une ruse pour tromper les compatriotes de Taiwan et l'opinion internationale. Le Parti communiste et le gouvernement chinois ne cessent de lutter pour réaliser l'idéal d'une démocratie socialiste. Réaliser la réunification pacifique sur le mode "un Etat, deux systèmes" et permettre la coexistence de deux régimes sociaux sur les deux rives du détroit en évitant l'imposition réciproque sont le meilleur moyen pour concrétiser les volontés des compatriotes sur les deux rives du détroit et traduisent d'eux-mêmes la démocratie. La différence entre les régimes sociaux sur les deux rives du détroit ne doit pas constituer un obstacle dans la réunification pacifique. D'ailleurs, le gouvernement chinois comprend parfaitement la particularité de Taiwan par rapport à Hongkong et à Macao. Une fois réuni au continent, Taiwan pourra bénéficier d'une plus grande souplesse dans l'application de la politique "un Etat, deux systèmes". Il est irraisonnable et antidémocratique que les autorités de Taiwan tentent d'empêcher la réunification sous prétexte de "démocratisation et de divergence entre les régimes" et d'imposer leur régime politique et économique à 1,2 milliard de Chinois dans la partie continentale. La "démocratie" ne doit pas être une cause de rejet pour la réunification. Le problème crucial ne réside pas dans la démocratisation ni dans une différence de régimes, mais dans ce choix fondamental: la réunification ou la partition.



Adresse email du destinataire


Copyright © 2000-2004 Tous droits réservés.