Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Horizon
Mise à jour 01.04.2008 13h43
La clique du Dalai Lama est le fomentateur et l'excitateur des émeutes à Lhassa (5)

La clique du Dalai Lama ne pourra jamais se soustraire à sa responsabilité d'incitation aux actes de violence et de destruction qui ont été perpétrées à Lhassa.

Suite au grave incident qui a eu lieu à Lhassa, un nombre restreint de lamas et de malfaiteurs ont commis des actes violents et destructeurs dans la Préfecture autonome des nationalités tibétaine et Qiang Aba de la Province du Sichuan et dans la Préfecture autonome tibétaine de Gannan de la Province du Gansu. De plus, la claque du Dalai Lama a fait des efforts pour étendre la violence jusqu'à l'étranger. Elle a demandé à ses a ses acolytes d'attaquer avec violence les ambassades et les consulats de Chine dans une dizaine de pays, dont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l'Inde. Les éléments qui se disent pour l' « indépendance du Tibet » ont brûlé des drapeaux de la Chine, ont renversé les murs de plusieurs ambassades et consulats et se sont mêmes introduits de force dans certaines ambassades pour y détruire et saccagé les équipements et les installations, ce qui a constitué une grave menace pour la sécurité du personnel et des biens des représentations diplomatiques de la Chine à l'étranger.

La clique du Dalai Lama a falsifié intentionnellement les faits et la vérité pour cacher la violence exercée par ses acolytes et ses complices. Le 14 mars, le Dalai Lama a publié par le biais de son secrétariat privé une déclaration dans laquelle l'incident destructeur, sanglant et meurtrier est présenté comme une « protestation pacifique ». Le même jour, le « gouvernement tibétain en exil » a publié également une déclaration qui dit que l'événement violent et meurtrier est « une manifestation pacifique de Tibétains qui expriment leur mécontentement contre la politique chinoise ». Le 16 mars, en répondant à la question posée par un correspondant de British Broadcasting Corporation (BBC) « Si vous demandez aux manifestants de se contenir et de s'arrêter complètement, vous écouteront-ils ? », le Dalai Lama a continué à attiser le feu en disant : « Je ne leur demanderai pas de s'arrêter, car la plupart des demandes qu'ils formulent viennent d'eux-mêmes. Je respecte toujours la volonté et le souhait du peuple tibétain. »

Après que le gouvernement chinois ait publié la vérité sur l'incident qui a eu lieu à Lhassa et qui a provoqué de si grandes pertes en vie et en biens à la population locale, certaines personnalités du milieu international qui sont en étroite relation avec le Dalai Lama lui ont rappelé que cet incident compromet son « image caractérisée par la non violence » et quelques unes mêmes lui ont signifié directement que sa précédente déclaration au sujet du principe des « trois non » est une attitude irresponsable et lui conseille de la changer. C'est pourquoi le Dalai Lama transforme une fois de plus son visage et le 18 mars il déclare lors d'une conférence de presse que « les actes de violence sont inacceptables et nous ne devons pas former le sentiment antichinois », « En cas où la situation devient incontrôlable, mon unique choix c'est de me retirer totalement de la vie politique ». Certaines personnalités perspicaces, sagaces et pénétrantes ont tout de suite réagit en indiquant que cette déclaration du Dalai Lama constitue en fait une reconnaissance de la responsabilité de la clique du Dalai Lama quant aux actes de violence qui se sont produits à Lhassa.

Au moment où le Dalai Lama fait tout son possible pour se dépêtrer de l'eau bourbeuse que c'est son rapport avec les « actes de violence », sa clique procède au contraire à des préparatifs en vue d'accentuer davantage les activités susceptibles de provoquer d'autres troubles et d'autres incidents. Le 15 mars, l'AJT a convoqué à Dharamsala la réunion du comité exécutif de son comité central, laquelle a approuvé à l'unanimité la résolution « de l'organisation dans l'immédiat de guérillas pour passer en secret la frontière et pour engager la lutte armée ». L'AJT a élaboré pour cela un programme préliminaire au sujet du recrutement des effectifs, du rassemblement des fonds et de l'acquisition des armes et a mis au point le plan d'un passage secret à la frontière sino-népalaise, lequel a été prospecté et étudié minutieusement auparavant, qui permettra à ses agents de s'introduire facilement en territoire chinois. Un chef de l'AJT a déclaré : « Pour remporter une victoire décisive et finale, nous sommes déjà prêts à combattre même s'il faut sacrifier encore la vie d'une centaine de Tibétains. »

49 ans auparavant, pour préserver le système féodal esclavagiste pourri et décadent, la clique du Dalai Lama a arboré l'enseigne de la nation et de la religion pour déclencher une rébellion armée totale qui a été soldée par une défaite totale écrasante. 49 ans plus tard, la clique du Dalai Lama tente de profiter de l'occasion offerte par l'organisation par la Chine des Jeux Olympiques 2008 de Beijing pour inciter, exciter et encourager, sous le couvert de protection de la nation et de la religion, des troubles dévastateurs et meurtriers dans les régions tibétaines chinoises afin de faire une percée favorable à sa cause de « l'indépendance tibétaine ». Mais les activités de violence et de destruction qu'elle a machinées, fomentées et provoquées minutieusement déplaisent au peuple et se heurtent à l'opposition unanime du peuple chinois dans son ensemble, y compris le peuple tibétain et, de plus, elles ont été dénoncées et condamnées par la communauté internationale qui adopte une attitude équitable et objective.

[1] [2] [3] [4] [5]

Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


 Lhassa : retour des produits frais

 Mesures pour relancer l'activité économique de Lhassa

 Arrestation des auteurs présumés de 4 incendies à Lhassa

 Lhasa: les familles de deux victimes touchent une indemnité

 La Chine se déclare "fortement insatisfaite" de la réunion de l'UE au sujet de la question tibétaine

 Commentaire: quand la pratique va à l'encontre de la prédication

 Le développement du Tibet dément toute mauvaise interprétation

 Arrestation à Lhassa des criminels qui ont allumé quatre incendies

 La presse tibétaine offrira de la publicité gratuite aux hommes d'affaires affectés par les émeutes

 Des armes et des munitions saisies dans un monastère en Chine du sud-ouest
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.