100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 09.12.2009 11h27
Coupe du monde 2010 : la Côte d'ivoire sera-t-elle la plus grande chance africaine ? (3)

Nigéria : toute une pléiade de talents, mais il manque le noyau qui emmène l'équipe.

Les Super Eagles ont réussi à s'introduire trois fois dans la phase finale de la Coupe mondiale et même à accéder au deuxième tour en 1994 et en 1998. Elle occupe actuellement la 22ème place au classement FIFA.

Dirigée par son actuel sélectionneur Shaibu Amodu, les Super Eagles du Nigeria ont accédé à deux fois dans la phase finale de la Coupe mondiale. Mais celui-ci a été renvoyé en 2202 du fait des défaites de l'équipe lors de la CAN et à la veille de la Coupe mondiale. Puis, il a été réintégré dans son poste qui vacille toujours cette fois-ci, car la route vers l'Afrique du Sud a été semée d'embûches pour les Super Eagles, longtemps dominés par la Tunisie. Le Nigeria a pu valider son ticket à neuf minutes de la fin du dernier match. Pourtant, l'équipe de Shaibu Amodu ne manque pas de talents et pourrait jouer les trouble-fête en juin prochain.

John Obi Mikel, âgé de 22 ans et évoluant au poste de milieu de terrain (meneur de jeu) à Chelsea FC, est l'espoir de l'équipe nigériane. En dehors de sa taille élevée (1,90 m pour 86 kg) et est de sa constitution robuste, il est doté de la capacité habituelle des joueurs africains de combattre seul à seul et de talents techniques exceptionnels dans le contrôle du ballon, dans le dribbler, dans la passe à longue distance et dans le coup de tête. Il garde toujours le sang-froid et tient compte de la situation dans son ensemble sur le terrain. Quant à Taye Taiwo qui joue au poste de défenseur latéral gauche au Club de Marseille, il est très fort pour le shoot et il possède une frappe de balle puissante du pied gauche qui se révèle être une précieuse arme sur coups de pied arrêtés. Lors des matchs livrés par son club ou par son équipe des super Eagles, il a exécuté à longue distance des coups libres et le ballon a été projeté directement comme un ‘boulet de canon' dans le filet du but. C'est grâce à son talent qu'il a pu obtenir le prix annuel de jeune talent africain.

En tant que pays le plus peuplé du continent africain, le Nigéria compte un grand nombre de footballeurs en herbe, ce qui fait que ce pays qui a la passion du football est en passe de devenir la première puissance potentielle du football africain. Mais après que Jay Jay Okocha, ancien chef et âme des Super Eagles, ait quitté son équipe pour prendre la retraite, cette dernière qui ne manque pas de joueurs de talent s'est montrée irrésolue et hésitant face à ses adversaires. Depuis ce temps-là, il n'y a plus dans l'équipe, un noyau capable d'emmener et de conduire ses joueurs dans l'attaque.

Si l'on considère que la Côte d'ivoire, le Nigéria et le Cameroun ont les trois plus fortes équipes de football de toute l'Afrique, les trois autres équipes africaines qualifiées pour la présente Coupe mondiale, à savoir celle de l'Afrique du Sud, celle du Ghana et celle de l'Algérie, ont un certain écart par rapport aux trois premières quant à leur renommée et à leur réputation. Toutefois, le courage admirable dont ont fait preuve les Sud-Africains lors de la Coupe des Confédérations, ainsi que la remarquable prestation des Ghanéens et des Algériens lors des éliminatoires de la Zone d'Afrique de la présente Coupe font qu'il est permis de croire que ces trois équipes pourraient être des « dark horse » (candidat inattendu) pour le trophée de la Coupe.

Afrique du Sud : pays hôte qui dispute à domicile recèle une grande potentialité.

En tant que pays hôte de la présente Coupe Mondiale et occupant la 86ème place au classement de la FIFA, l'équipe sud-africaine n'est pas aussi faible qu'on pourrait le penser d'après son classement mondial. En 1998 et en 20002, cette équipe a accédé deux fois à la phase finale de la Coupe Mondiale et ses joueurs ont eu un comportement remarquable lors des matchs par groupe de la Coupe des Confédérations tenue en juin dernier et elle était juste derrière l'équipe espagnole, dont l'état moral était à son plus haut niveau, quant aux notes qu'elle a obtenu et elle a été qualifié en tant que deuxième de son groupe. Lors de la demi-finale, il y a eu une mêlée inextricable entre les Brésiliens et les Sud-Africains et à un certain moment, ces derniers qui lançaient une attaque foudroyante ont fait une peur bleue à leurs adversaires qui ont été obligés de se retirer en arrière pour protéger leur but. Mais, il a été très dommage pour l'équipe sud-africaine qui en fin de compte a perdu le match avec un but de moins. Le comportement remarquable de leurs joueurs à la Coupe des Confédérations permet aux supporters sud-africains de croire en la potentialité de leur équipe et de faire le rêve que celle-ci serait capable de remporter le trophée de la Coupe Mondiale, lequel semble être à leur portée.

La Fédération sud-africaine de football (SAFA) a annoncé le 19 octobre 2009 le licenciement du sélectionneur brésilien Joël Santana en raison des huit défaites subies par l'équipe sud-africaine lors de neuf matchs qu'elle a livrés successivement auparavant. Quatre jours plus tard, c'est-à-dire le 23 octobre, le compatriote du sélectionneur limogé Carlos Alberto Parreira a signé une fois de plus avec SAFA un contrat pour entraîner l'équipe sud-africaine.

Carlos Alberto Parreira a été le sélectionneur de l'équipe brésilienne qui a gagné le titre de champion du monde de la Coupe 1994. Il a entraîné par la suite les équipes du Koweït, des Emirats Arabe Unis et de l'Arabie Saoudite qui ont toutes les trois essayé d'accéder à la phase finale de la Coupe Mondiale. Son premier mandat de sélectionneur de l'équipe sud-africaine a été un échec du fait que celle-ci n'a pas pu être qualifiée lors des éliminatoires par groupe de la CAN 2008 et il a été démis de ses fonctions. Cette fois-ci, la SAFA lui donne la lourde tâche d'entraîner la sélection sud-africaine pour qu'elle puisse se comporter de façon excellente à la Coupe du Monde 2010 et surtout que celle-ci joue à domicile. Il ne lui reste pas beaucoup de temps et on ne sait pas s'il peut tirer leçon de son premier échec et de conduire son équipe vers le succès et la réussite.

Steven Pienaar, 27 ans, qui est actuellement prêté par Borussia Dortmund (Allemagne) à Everton (Angleterre), est considéré comme le numéro un du football sud-africain et il fait partie du petit nombre de footballeurs sud-africains qui jouent dans les championnats d'Europe du plus haut niveau. En 2002, il a participé à la Coupe du Monde avec son équipe, mais il a été toujours sur le banc des remplaçants et n'a pas eu l'occasion de montrer sa capacité. Cette fois-ci, lui qui est devenu le pilier de l'équipe nationale de l'Afrique du Sud, il fera certainement valoir sur le terrain toute sa capacité pour démontrer sa valeur.


[1] [2] [3] [4]

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine: ouverture de la Conférence nationale sur le travail économique
La conférence de Copenhague tente de conjuguer les efforts pour lutter contre le changement climatique (AVANT PAPIER)
Chine : il est indispensable que le travail soit vraiment rémunéré
Croissance à contre-courant des investissements chinois à l'étranger
La crise financière de Dubaï produit des effets limités sur la Chine
La crise de la dette de Dubaï : qui court le plus grand risque ?
Les taxes commerciales imposées du fait des surcapacités de production chinoises ne sont qu'une « excuse »