100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 22.02.2010 16h33
Quel est le fond du problème de la crise d'endettement en zone euro ? (3)

Quel est le fond du problème de la crise de la dette en zone euro ?

On parle de crise, c'est parce que non seulement les dettes sont énormes, considérables et importantes en quantité, mais surtout à cause de la suspicion qu'on a à l'égard de la capacité de remboursement de dettes par les gouvernements. A l'heure actuelle dans plusieurs pays développés, dont les Etats-Unis, le Japon et la Grande-Bretagne, le déficit budgétaire gouvernemental représente environ 10% de leur PIB, mais la crise n'est pas apparue chez eux. Quant à des pays de la zone euro, dont l'Irlande et la Grèce, la raison pour laquelle ils ont été mis sur la « liste noire » de la crise, c'est en raison des problèmes innés qui existent dans leur structure sociale et économique qui font que les investisseurs n'ont plus confiance dans leur capacité de remboursement de dette.les difficultés de la réorganisation de la structure économique de ces pays sont étroitement liés au fond du problème de la crise de la dette en zone euro.

La Grèce

Le problème d'endettement de la Grèce a été très vite mis au grand jour dès après la formation du nouveau gouvernement socialiste. En décembre dernier, le nouveau gouvernement a révélé que le déficit budgétaire de la Grèce en 2009 sera de 12,7% de son PIB, et non pas 5% comme l'a prévu le précédent gouvernement. Cette révélation a jeté un pavé dans la mare et s'est fait sentir durement sur le marché des capitaux. Le déficit colossal est dû à plusieurs facteurs qui ont causé de graves problèmes : les dépenses financières du gouvernement au-delà de ses moyens ; le gigantisme du contingent des fonctionnaires d'Etat ; la fraude, la fuite et l'évasion fiscales ; la sclérose du mécanisme de rémunération ; la perte de la capacité compétitive des entreprises industrielles, ... etc. Pour le moment, le nouveau gouvernement travaille toujours activement pour élaborer un programme détaillé permettant de réduire l'endettement. Toutefois, l'UE et les investisseurs continuent à avoir des inquiétudes à l'égard du gouvernement grec quant à l'insuffisance de moyens pour appliquer les mesures politiques élaborées. Par exemple, le gouvernement opte pour la retraite mécanique des fonctionnaires d'Etat et ne prévoit aucunement une mesure énergique en vue de la baisse immédiate et profonde du salaire. De plus à l'heure actuelle, sur le marché des obligations, le taux d'intérêt des dettes publiques de l'Etat continue à grimper, alors que la chose primordiale la plus important pour le gouvernement grec, c'est de gagner le plus vite possible la confiance des investisseurs.

L'Irlande

L'Irlande est le pays le plus tôt touché par la crise de la dette, mais qui a fait preuve d'une grande résolution et d'une grande détermination en adoptant des mesures énergiques de réforme et à qui les investisseurs ont très vite rendu confiance. Le principal problème de ce pays c'est l'éclatement de la bulle sur le marché immobilier, ce qui a produit des effets néfastes quant à la perception fiscale du gouvernement et à la capacité de consommation des masses populaires. A cet effet, le gouvernement irlandais a adopté des mesures énergiques qui ont permis d'améliorer la situation financière, telles que perception d'impôt sur la pension de retraite, la baisse de salaire dans les organismes publics, … etc. Puis, en décembre dernier, il a fait preuve de courage et de détermination en décidant d'appliquer le programme de diminution de salaire à l'encontre des fonctionnaires d'Etat. Toutes ces mesures ont été peu à peu acceptées sur le marché des capitaux et ont rendu confiance aux investisseurs. Début 2010, l'émission à plusieurs reprises d'emprunts publics s'est déroulée normalement et sans accroc, tandis que le taux d'intérêt de ces emprunts s'est stabilisé petit à petit.

Le Portugal

Il est fort possible que le Portugal soit le troisième domino qui s'est effondré dans la zone euro. Et la raison c'est que comparaison faite avec l'Italie et l'Espagne, ses dettes publiques sont d'une ampleur beaucoup moindre et qu'il est plus vulnérable face aux spéculations sur le marché. Pour ce qui est de sa structure économique, la sclérose de son mécanisme de rémunération a provoqué la coexistence du marasme économique et de la hausse salariale, ainsi que la baisse de la productivité du travail. Depuis le début de février dernier, le taux d'intérêt des emprunts publics a commencé à grimper petit à petit, ce qui est un indice significatif de la crise.

L'Espagne

L'Espagne de son côté a gagné « plusieurs maladies » qui font qu'elle se trouve au bord de l'abime. Tout comme l'Irlande, la bulle immobilière a crevé également en Espagne et la masse populaire, chargée du lourd fardeau des prêts immobiliers, a pratiquement perdu sa capacité de consommation ; tout comme le Portugal, son mécanisme de rémunération est également sclérose, car le mécanisme de négociation du salaire, complexe, interrégional et intersectoriel, ne permet pas aux entreprises de diminuer le salaire des travailleurs ; tout comme l'Italie, elle souffre de l'insuffisance d'ouvriers qualifiés et spécialisés et les travailleurs temporaires et occasionnels sont toujours les premiers à être licenciés, ce qui fait qu'il est apparu en Espagne le phénomène de « miracle mondial » de taux de chômage de près de 20%. Mais, le gouvernement espagnol a toujours le moyen de répéter sans cesse dans les lieux publics que la situation n'est pas tellement mauvaise dans le pays et comparé au gouvernement grec, il n'a pas encore une idée claire et précise sur l'urgence de la réforme.

L'Italie

En tant que troisième pays du monde quant à l'importance de son marché des obligations, l'Italie, qui a une énorme liquidité, connaît une situation un peu plus meilleure. Mais, sa structure économique n'aucun avantage comparé à ses voisins de l'Europe méridionale. Son système d'embauche de travailleurs temporaires qui existe depuis longtemps fait que ses entreprises relâchent le perfectionnement de ces derniers. L'insuffisance d'ouvriers qualifiés et spécialisés diminue beaucoup la compétitivité des entreprises industrielles et ses marchés d'exportations sont arrachés par les autres puissances économiques européennes qui les occupent de force.

[1] [2] [3] [4] [5] [6] [7]

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine appelle les Etats-Unis à sauvegarder les relations bilatérales après la rencontre Obama-dalaï lama
Mise en service du BRT (Bus Rapid Transit) expérimental à Guangzhou
Tibet : Mieux vaut constater les faits que parler
Quelle définition doit-on donner au terme « touriste chinois » ?
« La Chine en Afrique : les difficultés du système mondial »
Passer la Fête du Printemps en tenant compte de l'écologie et de la réduction du carbone
Obama envoie un message erroné