100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 01.12.2010 08h23
Négociations sur le climat : la conférence de Cancún (3)

Des fonds appropriés

Cependant, Stern a laissé plusieurs fois entendre que le refus de céder sur ce principe pourrait influencer le consensus sur l'adoption d'une série de mesures. Pour lui, il existe effectivement des problèmes concernant les fonds, les techniques, l'adaptabilité aux changements climatiques et le reboisement. Dans ces domaines, les États-Unis et la Chine partagent la même opinion, a déclaré Stern.

Parallèlement à cela, les négociateurs de divers pays établiront des fonds verts en tant que succès concrets de la conférence de Cancún

Les statistiques de la Banque mondiale montrent qu'en 2009, six des dix pays les plus touchés par les catastrophes naturelles (calculé selon la perte du PIB) se trouvent dans la région Asie-Pacifique. Depuis 1997, 82 % des morts causés par les catastrophes naturelles l'étaient aussi dans cette région (selon les statistiques de la Fédération internationale de la Croix Rouge et des Sociétés du Croissant rouge). Les pays à bas revenu souffrent d'un huitième des risques dus aux tempêtes tropicales, et de quatre cinquièmes des risques de mort. Par conséquent, la diminution d'une série de facteurs à risques dans ces régions s'avère importante. Ces facteurs à risques comprennent l'urbanisation trop accélérée, la mise en place d'un système fragile, le manque de surveillance des risques et de préparatifs en prévision de catastrophes. À cela s'ajoutent les tremblements de terre et les accidents climatiques.

Les résultats d'une nouvelle étude révèlent que le coût d'adaptation à une montée de la température annuelle de 2 degrés sera de 75 à 100 milliards de dollars américains dans le monde, et c'est la région Asie-Pacifique qui occupera la plus grande proportion de cette somme. La plupart de ces investissements devront être affectés à l'amélioration des infrastructures, comme les canalisations, les édifices publics, les plages, l'alimentation en eau et la lutte contre les crues. Tout cela montre l'importance d'effectuer des avancées substantielles à l'issue de la conférence de l'ONU sur le changement climatique qui se tiendra en décembre à Cancún. Si la progression ne peut pas être réalisée dans le domaine du changement climatique, le processus de diminution de la pauvreté ralentira dans le monde.

À partir du 29 novembre, les représentants de divers pays se réuniront à Cancún, au Mexique, pour participer au sommet sur le changement climatique durant deux semaines. À l'heure actuelle, l'efficacité et la capacité de l'ONU à organiser des négociations pour une convention-cadre sur le changement climatique sont sérieusement mises en doute. Si la conférence de Cancún ne peut pas redorer son image, la crédibilité de l'organisation internationale souffrira encore d'un important revers.

[1] [2] [3]

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'Iran met en garde contre l'assassinat de ses physiciens
La Chine propose des concertations d'urgence entre les chefs des délégations des pourparlers à six
"Sommet de Hambourg" : l'Europe doit-elle embrasser le dragon chinois ?
La mort de Wang Bei reflète la situation réelle de la société chinoise
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?
Le changement climatique est plus qu'un problème de négociations
Pour quelle raison le repas à la française a été inscrit sur la liste du patrimoine intangible ?