100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
FrançaisMise à jour 11.12.2009 14h42
Le Salon des énergies renouvelables Energaïa à Montpellier a attiré les entreprises chinoises

Saviez-vous que les illuminations de Noël peuvent être à l'origine de 10% des consommations électriques annuelles liées à l'éclairage public ? Cette période de l'année entraîne une surconsommation de déchets de l'arbre de 12% et une augmentation du trafic routier de 50% par rapport à la moyenne annuelle en France. C'est pourquoi les collectivités locales incitent les concitoyens à modifier leurs comportements en adoptant des pratiques écoresponsables. La consommation des guirlandes électriques et autres illuminations est estimée en moyenne à 75 GWh/an pour les logements français, un gaspillage d'énergie, qui coûte cher en termes de consommation et d'émissions de CO2.

C'est le message qu'essaie de transmettre le Salon des énergies renouvelables « Energaïa 2009 », qui se tient actuellement à Montpellier (Languedoc-Roussillon), dans le sud de la France. Il a réuni plus de 400 exposants en provenance de la France, et de nombreux pays étrangers pour sa 3e édition. Hormis un petit nombre d'entreprises françaises et européennes spécialisées dans la construction écologique et les biotechnologies, près de 80% des exposants ici sont des stands de compagnies qui se sont lancées dans la fabrication de panneaux solaires et des installations électriques liées avec cette nouvelle source d'énergie. Et les compagnies étrangères tiennent bien tête aux fabricants français. On peut apercevoir la présence des stands allemands, italiens, espagnols, anglais, belges et luxembourgeois pour l'UE, des stands de quelques pays du Maghreb et du Proche-Orient, et une étonnante surprise – une vingtaine de compagnies chinoises parmi les exposants, qui selon le comité de l'organisation auraient payé près de 4 500 euros chacune pour avoir un stand pendant 3 jours à Energaïa, une somme qui n'est pas négligeable, même pour des entreprises françaises.

Les panneaux photovoltaïques SE, qui sont des batteries solaires au silicium cristallin, sont considérés comme les plus performants actuellement sur le marché. Ils ont un rapport qualité/prix intéressant, et nécessitent très peu de lumière pour produire suffisamment d'énergie. Ces panneaux ont un taux de conversion en énergie électrique de 17,5% et coûtent en France en moyenne 7 euros pour une plaque de 20 cm sur 20. Un autre type de batteries solaires, des panneaux solaires microamorphes, avec une structure moins rigide, coûtent en moyenne 4 euros pour une plaque de même surface, mais sont cependant légèrement moins performants. Grâce aux compagnies chinoises, tous ces panneaux solaires «Made in China » peuvent coûter 20 à 30% moins cher.

La compagnie China Electric Equipement Group PV Business (CEEG), spécialisée dans les panneaux photovoltaïques SE, a à peine 3 ans, mais elle a déjà réussi à convaincre de la bonne qualité de sa production des clients en République Tchèque, en Slovaquie et en Italie, où elle a ouvert une filiale. La compagnie est aujourd'hui l'un des plus gros producteurs chinois de transformateurs et de panneaux photovoltaïques qui fournit sa production à plus d'un million de clients à travers le monde. C'est sa participation à une exposition à Lyon en février de cette année, qui lui a permis d'avoir une approche du marché français et de nouer les liens avec des partenaires, tels que la société Dupont et la compagnie Ecoware, pour qui CEEG est devenue le principal fournisseur de panneaux SE.

D'autres compagnies chinoises présentes à Energaïa sont déjà très bien implantées en Europe et bien connues des clients locaux. C'est le cas de la Dongying Photovoltaic Power Company (CNPV), avec le siège à Dongying, dans la province du Shandong et une filiale européenne qui se trouve à Luxembourg. La compagnie présente une gamme entière de modules solaires photovoltaïques à haute performance, dont 70% est distribué directement aux entreprises européennes, et 30% est fourni par les distributeurs, qui peuvent installer ces systèmes chez les particuliers. Effectivement l'électricité solaire photovoltaïque connait un engouement sans précédent en Europe. Si cette année la capacité installée des modules solaires de la CNPV représentait 75 mW, le membre de la direction de la filiale luxembourgeoise de la compagnie B. Veerraju Chaudary a promis 150 mW d'installations en 2010. La compagnie attache une grande importance à la qualité de sa production, et garantit ses appareils 10 ans des défauts de fabrication, avec une production d'électricité de 90% de puissance pendant 12 ans et 80% pendant 25 ans.

Le stand de la compagnie d'Etat Chinalight Solar Co. ne peut pas laisser le visiteur indifférent. Cette compagnie, qui est affiliée à China General Technology (Group) Holding Ltd. (Genertec) a été créée en 2005. L'entreprise utilise des équipements de pointe pour la fabrication de cellules solaires en silicium tout en combinant des activités de recherche et développement à l'étranger. « Nous ne sommes pas pressés », rassure Delphine Xu, la directrice marketing de Chinalight, « Notre but – c'est le développement durable, peu importe que cela se passe rapidement ou lentement». En effet, au tout début de sa collaboration avec une compagnie électrique allemande, la compagnie chinoise lui fournissait des matériaux de base, et l'entreprise allemande sortait des appareils électriques finis avec la mention « Made in Germany ». « Le fait que notre collaboration ait duré plusieurs années prouve la bonne qualité de nos produits », affirme Xu.

Chinalight, qui a maintenant des filiales dans beaucoup de pays européens, notamment l'Allemagne, l'Italie et le Danemark était orientée au début sur le marché chinois. Mais avec le développement de son activité à l'étranger, elle poursuit également le but d'attirer des technologies étrangères en Chine. Par exemple, certaines technologies pour la construction des chemins de fer à grande vitesse en Chine sont arrivées grâce aux projets de collaboration qu'avait la compagnie Chinalight avec des constructeurs allemands, a indiqué Delphine Xu.

Malgré les succès obtenus pas les compagnies chinoises en Europe, il y a aussi des difficultés inattendues, auxquels elles se trouvent confrontées. Le directeur des programmes de recherche pour CEEG Gibbon Yang a reconnu que leur arrivée à Montpellier était aussi une manière d'étudier comment façonner leur production pour qu'elle soit plus adaptée au marché français. « Les clients français prêtent beaucoup d'attention aux détails, que nous avons tendance à négliger en Chine », dit-il. « Par exemple l'aspect extérieur de nos produits, l'emballage et les stands. En Chine, nos clients s'intéressaient plutôt aux paramètres de nos panneaux PV tout en sachant que la présentation joue un rôle minimal. Nous apprenons beaucoup de choses utiles ici». Selon Yang les projets en Europe de l'Est sont plus faciles à réaliser : la concurrence y est moins importante et la production chinoise détient toujours la place du leader du marché grâce aux prix relativement bas. Cependant, la compagnie a des projets d'internationalisation, espérant bientôt ouvrir une filiale aux Etats-Unis, pour que la capacité de tous les appareils produits par la CEEG en 2010 atteigne 400 mW.

Delphine Xu de Chinalight trouve qu'il est difficile de convaincre les consommateurs européens à changer d'avis sur la production chinoise. Il est vrai qu'il y a plusieurs années, la production chinoise était célèbre pour ses prix bas et une qualité assez médiocre. Mais les temps ont changé, et la production chinoise s'est beaucoup améliorée.

Les compagnies chinoises auront la possibilité d'en convaincre les visiteurs pendant le Salon Energaïa, qui se déroulera à Montpellier jusqu'au 12 décembre.

Eugène Zagrebnov

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'économie chinoise continue à connaître une croissance vigoureuse
Le vice-président chinois rencontre le président du parti au pouvoir du Botswana
Y a t-il un danger que la Chine oublie le passé ?
Qu'est-ce que la Chine peut apporter à l'Afrique ?
Des entreprises chinoises empêchées d'investir aux Etats-Unis : un nouveau rideau de fer pour garantir la « sécurité de l'Etat » ?
La Chine a besoin de développer ses propres marques
Combien de temps la Chine pourra-t-elle rester un pays compétitif?