100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 31.08.2009 13h47
Les ONG indonésiennes appellent les dirigeants mondiaux à mener des actions contre le changement climatique

Les organisations non- gouvernementales (ONG) indonésiennes ont appelé samedi les dirigeants du monde à prendre des mesures concernant le changement climatique, les incitant à adopter des politiques concrètes au sommet de Copenhague du 7 au 12 décembre 2009.

Les ONG ont lancé une campagne appelée "the Tck Tck Tck campaign", soulignant à quel point le temps passe vite et que les actions ne doivent plus être repoussées. « La campagne est lancée simultanément en Asie Pacifique et est centrée à Bangkok, en Thaïlande, pour avertir les dirigeants mondiaux que le temps s' écoule et qu'une action ferme est nécessaire pour protéger des millions de vies, notamment des pauvres », a indiqué Rully Proyoga Mulyadi, chef de campagne climatique à Oxfam International en Asie de l'est et coordinateur de la Campagne mondiale pour l'Action climat (GCCA) en Indonésie.

Il a indiqué qu'au cours de la campagne, les populations peuvent se lever et appeler leur gouvernement à jouer un plus grand rôle dans les négociations internationales et les prises de décisions nationales.

« Le président Sudilo Bambang Yudhoyono devrait accroître ses performances pour faire face à la crise climatique, développer un plan d'action immédiat en vue de satisfaire les engagements internationaux de réduction des émissions dues à la déforestation et minimiser la dépendance de l'Indonésie vis-à-vis des « énergies sales » comme le charbon », a déclaré Arif Fiyanto, chef de campagne sur le climat et l'énergie pour Greenpeace Asie du Sud, ajoutant que la ressource naturelle est une source mondiale dominante des effets de l'effet de serre.

D'après les ONG, le changement climatique n'a pas seulement fait de nombreuses victimes, mais a également entraîné d'énormes pertes économiques, surtout dans les pays en voie de développement. Même s'ils ne sont pas la source de ces problèmes, ce sont eux qui souffrent le plus car ils possèdent de faibles moyens d'adaptation.

Afrif Fiyanto a ajouté que les populations peuvent changer la situation car les solutions existent déjà.

Dans un autre monde, a-t-il poursuivi, les pays développés devraient accepter de réduire encore plus les émissions de 40 % d' ici 2020, par rapport aux niveaux de 1990, et de financer un mécanisme de réponse rapide pour des mesures d'adaptation dans les pays en voie de développement.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine: deux députés exclus de l'APN
La deuxième édition de l'Encyclopédie de Chine publiée
Emergence de la Chine : un long parcours et beaucoup de problèmes
« Que devons-nous encore faire pour vous contenter et satisfaire, vous les Français ? »
Les Etats-Unis et la Chine sortiront gagnants de la crise financière