100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 10.11.2009 16h23
Un appel pour de nouvelles tactiques contre les émissions polluantes

Un nouveau rapport de la Banque Mondiale sur les changements climatiques exhorte les Nations à utiliser des mesures innovantes et basées sur l'économie de marché afin de faire face au fort déficit de fonds nécessaires à la lutte contre le réchauffement climatique mondial.

Mais pour Zhang Wencai, directeur adjoint du service de coopération internationale du Ministère des Finances de Chine, les pays en voie de développement ne peuvent compter sur le seul secteur privé pour faire face à ce manque de fonds nécessaires pour s'adapter au changement climatique.

"Le mécanisme de partage de technologie proposé par ce rapport, dans lequel les pays riches travaillent au développement de solutions nouvelles, tandis que les pays en voie de développement financent un fonds de recherche, est en contradiction avec le cadre de la Convention des Nations Unies sur le changement climatique", a dit M. Zhang. Pour lui, ce rapport ne tient pas compte du principe de la politique chinoise de "responsabilités communes mais différenciées" et il engage les pays riches à être responsables de leurs émissions de carbone.

Le rapport estime que d'ici 2030, 75 milliards de dollars US seront nécessaires chaque année pour s'adapter au changement climatique, et 400 milliards pour réduire les émissions de carbone. Le développement de nouvelles technologies pourrait nécessiter de 100 à 700 milliards de dollars US en plus chaque année.

La réforme des marchés actuels basés sur le charbon, le prélèvement de taxes sur le carbone et la rédaction de projets de transactions pour les droits d'émission au niveau mondial sont des mesures efficaces que recommande ce rapport pour combler le déficit.

Justin Yifu Lin, économiste en chef à la Banque Mondiale dit que les pays en voie de développement subiront de 75 à 80% des effets négatifs potentiels dus au réchauffement global.

"Les populations des pays en voie de développement ont un besoin urgent d'aide pour faire face à des situations de sécheresse, d'inondations et de montée du niveau des océans", dit M. Lin. "Ils ont aussi besoin de conseils pour s'attaquer à la malnutrition et à la propagation des maladies, ainsi que de la construction d'installations destinées à éviter le réchauffement global".

Le montant actuel des sommes destinées à la lutte contre les changements climatiques est, pour les pays en voie de développement, de 10 milliards de dollars US par an, a dit Rosina Bierbaum, co-directrice du Rapport sur le Développement Mondial 2010.

Zhou Dadi, expert chevronné en recherches sur l'énergie en Chine, dit que taxer les émissions de carbone est une bonne façon de réduire les émissions, mais trop compter sur un mécanisme de taxation de l'énergie risque de rendre inaccessibles les buts que l'on s'est fixés.

Ce rapport a été publié il y a moins d'un mois avant la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique de Copenhague, au Danemark.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine augmente les prix de l'essence et du diesel
Beijing : Prévenir la grippe via la médecine traditionnelle chinoise avec un yuan
La 'culture chinoise' aux yeux d'un étranger
La vente par la France de 36 Rafale au Brésil connaît des difficultés
La Chine doit-elle vendre ses matières premières à bas prix ?
Faire exploser la bulle immobilière chinoise
Un parc Disneyland à Shanghai : qui va payer pour la flambée des prix fonciers ?