100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 12.11.2009 16h11
La Chine réfléchit sérieusement à des buts en matière d'émissions de carbone

La Chine devrait avoir pour objectif de réduire ses émissions de carbone de 4 ou 5% d'une année sur l'autre si elle souhaite atteindre son objectif de développement avec moins de charbon vers 2050, a annoncé un groupe de réflexion majeur.

Si cet objectif annuel est atteint, les émissions de carbone par unité de production économique devraient chuter de 85 à 90% vers le milieu du siècle, en prenant comme base 2005, a dit le Conseil chinois pour la coopération internationale sur l'environnement et le développement. Cette organisation compte 200 experts du monde entier qui offrent régulièrement des conseils de politiques en ce domaine au gouvernement central chinois.

C'est la première fois qu'une organisation d'un niveau aussi élevé a émis une proposition concrète pour la réduction des émissions de carbone depuis que le président Hu Jintao s'est engagé à faire des "coupes notables" lors du Sommet sur le changement climatique du mois de septembre dernier.

Cette proposition sera soumise aux principaux dirigeants du pays.

Le panel d'experts est en train de tenir sa réunion annuelle et devrait être reçu par le Premier Ministre Wen Jiabao demain.

Si la Chine tient à remplir ses objectifs de réduction de ses émissions de carbone de 4 ou 5% d'une année sur l'autre, cela voudra dire qu'elle devra aussi réduire son intensité énergétique de 75 à 85% d'ici à 2050.

En outre, la proportion de l'industrie manufacturière dans la structure économique nationale devrait aussi passer des 50% actuels à environ 30% vers le milieu du siècle.

D'ici 2030, plus de la moitié de la demande en énergies nouvelles devra être satisfaite par des sources d'énergie à faible taux en carbone, et d'ici à 2050 toute source d'énergie nouvelle devra être une source d'énergie propre, énonce le document.

En outre, les technologies de capture des émissions de carbone et de stockage devront être favorisées d'ici à 2030".

"Il est essentiel pour la Chine de prendre le chemin d'une économie à faible teneur en carbone, et de commencer à le faire rapidement", a dit Margaret Biggs, Vice-présidente du Conseil chinois pour la coopération internationale sur l'environnement et le développement.

"Ceci assurera à la Chine de maintenir un avantage concurrentiel au niveau mondial et lui permettra d'éviter les effets bloquants dus aux problèmes du carbone sur sa croissance économique".

Le rapport a également suggéré que la Chine réforme aussitôt que possible son système de fiscalité environnementale. Il indique que le moment est venu pour que le pays commence à percevoir des impôts des sociétés qui polluent et émettent du gaz carbonique en raison de leur consommation de combustibles fossiles.

"La Chine doit introduire une taxe sur le carbone d'ici à 2020, sinon il sera trop tard ensuite pour elle pour espérer remplir ses objectifs de lutte contre les changements climatiques", dit le rapport.

Daniel Dudek, économiste en chef du Fonds pour la défense de l'environnement et également membre du Conseil chinois pour la coopération internationale sur l'environnement et le développement, a dit que cette recommandation était en accord avec ce que la Chine avait déjà accompli.

"Elle vient à un moment important, alors que la Chine est en train de développer son 12e Plan quinquennal (2011-2015), avec la prise en considération d'une amélioration future de 20% de son efficacité énergétique. Il y a aussi, maintenant, un plan de réduction des émissions de carbone pour accompagner tout cela", a-t-il dit. "C'est un signal très fort au reste du monde que la Chine a pris le problème du changement climatique à bras le corps".

Cependant, Zou Ji, Professeur de politique environnementale à l'Université Renmin de Beijing pense que cette proposition de réduction des émissions de carbone aura bien du mal à se concrétiser du fait que les restructurations industrielles qu'elle suppose seront difficiles à mettre en oeuvre et requièrent des investissements énormes.

"L'urbanisation et l'industrialisation en Chine vont continuer jusque vers 2030, " a dit M. Zou.

"Le secteur industriel comptera toujours pour environ 46% de l'économie entière alors, ce qui signifie que les émissions de carbone continueront à croître".

Une analyse de développement à faible teneur en carbone conduite à l'Université Renmin de Chine par une équipe menée par M. Zou a estimé que la Chine peut réduire son intensité d'émissions de carbone de 83% d'ici à 2050 partant du niveau de 2005, pour un coût d'environ 2,3% de son PIB.

L'étude pense qu'une réduction de 90% de l'intensité des émissions de carbone d'ici 2050 serait très onéreuse, coûtant environ 7% du PIB.

M. Zou dit que le peuple chinois doit changer son style de vie si le pays souhaite réaliser son objectif de croissance à faible teneur en carbone. Ce qui nécessiterait, a-t-il dit, de se passer de logements luxueux et d'automobiles trop polluantes.

M. Dudek a également précisé qu'il sera très important que la Chine communique ses objectifs d'intensité de carbone aux entreprises et au public, aussi bien qu'elle encourage plus d'investissement dans les secteurs à faible teneur en carbone.

Le Vice-Ministre Li Keqiang a dit, lors de la cérémonie d'ouverture de la réunion annuelle Conseil chinois pour la coopération internationale sur l'environnement, que la Chine incorporera un objectif d'intensité de carbone dans son 12e plan quinquennal.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Liu Xiang passe facilement les qualifications pour la finale du 110 mètres haies
Le président chinois rencontre le chef de l'Etat malaisien pour discuter des relations bilatérales
France : réchauffement timide de l'industrie, mais beaucoup de soucis encore
Les répercussions de l'affaire Jean Sarkozy
L'Occident n'est pas qualifié pour demander à l'Afrique de se méfier de la Chine
Le voyage du président Obama en Chine fait souffler un vent nouveau
La 'culture chinoise' aux yeux d'un étranger