100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 25.03.2010 10h34
Les tempêtes de sable qui ont touché la Chine seraient dues au froid

D'après des météorologistes chinois, les tempêtes de sable qui ont balayé la Chine ces deux dernières semaines sont le résultat de fréquents coups de froid plutôt que de la désertification.

Et contrairement à une opinion répandue, le nombre de ces jours jaunes et poussiéreux a, dans l'ensemble, baissé depuis les années 1980, disent-ils.

Depuis le 11 mars, le pays a été touché par cinq tempêtes de sable en 12 jours.

La plus sévère est arrivée entre le 19 et le 21 mars, quand une grande partie du pays a été baignée dans un air poussiéreux, à l'exception du Nord-Est, du Sud-Ouest et de la partie Ouest de la zone située au Sud du Fleuve Yangtsé.

« Il y a eu deux tempêtes de sable à Beijing en trois jours ! Et même avec les fenêtres bien fermées, on pouvait encore sentir un peu de poussière dans l'air », dit Fang Fang, qui habite à Beijing.

Mais pour Zhang Peiqun, directeur du Département des services climatiques au Centre National du Climat (CNC), le fait qu'il y ait eu cinq tempêtes de sable au mois de mars correspond à un niveau normal.

D'après les données du CNC, depuis l'an 2000, il y a eu en moyenne quatre à cinq tempêtes de sable lors du mois de mars.

« Ce qui a le plus impressionné les gens, c'est que cinq tempêtes de sable ont enveloppé le pays en si peu de temps », dit M. Zhang.

D'après lui, la première tempête de sable de cette année est arrivée plus tard que d'ordinaire – en fait, c'est même la plus tardive depuis 2001- parce que le temps dans le Nord-Ouest et en Mongolie intérieure est resté froid jusqu'à la mi-mars.

« Tant que le temps est resté froid, la poussière est restée plaquée au sol par le gel, mais dès que les températures ont commencé à remonter à la mi-mars, le sol a dégelé. Les jours de grand vent, cela peut facilement faire flotter la poussière, et même provoquer des tempêtes de sable », dit-il.

Les météorologues ont observé des cyclones à développement rapide en Mongolie, près des déserts, qui ont été à l'origine des cinq dernières tempêtes de sable.

Les déserts, dont celui de Gobi dans le Sud de la Mongolie, de l'Ouest et du Nord de la Chine, contribuent pour beaucoup aux tempêtes de sable qui touchent l'Asie.

« Un cyclone a emporté la poussière jusqu'à une altitude élevée. De fortes vagues de froid ont ensuite généré des vents violents qui ont transporté le sable jusqu'à l'Est et au Sud du pays », dit He Lifu, prévisionniste en chef au Centre Méteorologique National.

Ce phénomène, couplé avec la direction du vent, explique pourquoi la tempête de sable de samedi a touché une zone aussi vaste, y compris Hong Kong et Macao, dit-il.

L'Agence China News a cité les dernières prévisions du CNC selon lesquelles, du fait de forts coups de froid, le Nord de la Chine pourrait encore connaitre de six à neuf tempêtes de sable en avril et mai.

Pour autant, les météorologues ont insisté sur le fait que la désertification n'est pas responsable des récentes tempêtes, car l'environnement s'est amélioré en Chine du Nord.

Citant des résultats de surveillance par satellite, Fang Xiang, directeur du service de perception à distance du Centre National de Météorologie par Satellite, dit que l'environnement du Nord du pays ne s'est pas détérioré grâce aux efforts constants menés par le pays pour le reboisement et le contrôle du sable.

D'après les données météorologiques, le temps poussiéreux en Chine a, d'une manière générale, diminué depuis le milieu des années 1980.

S'appuyant sur ces données, M. Fang a précisé : « Alors qu'entre 1971 et 2000, il y avait en moyenne de 18 à 19 tempêtes de sable chaque année, depuis l'an 2000, la moyenne est tombée à 12-13 tempêtes par an ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine se préoccupe de l'escade du problème nucléaire iranien
Certaines régions chinoises balayées par les sables du nord
A qui va profiter le départ de Google ?
Pourquoi une telle grande différence entre les données statistiques commerciales établies par la Chine et par les Etats-Unis ?
La Chine n'a nul besoin d'un Google politisé
Les Etats-Unis : Le plus grand manipulateur de taux de change dans le monde
Réévaluation du Renminbi : Les Etats-Unis pensent faire coup triple