100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 09.04.2010 13h41
Pour faire face aux problèmes climatiques, la Chine en appelle à la confiance internationale

Un haut responsable chinois a annoncé jeudi que la Chine se tiendrait à sa politique d'énergie propre, tout en incitant la communauté internationale à renforcer la confiance mutuelle et à faire davantage d'efforts pour plus de transparence et de coopération lors de la Conférence sur le climat qui se tiendra au Mexique en novembre prochain.

La Conférence de Copenhague sur le climat du mois de décembre dernier, qui a largement déçu, n'a accouché que d'un accord dilué et non contraignant qui n'a pas réussi à définir précisément les engagements de réduction des émissions de carbone.

« C'est la leçon que nous a donné Copenhague. Une négociation internationale qui manque de transparence et d'une participation large ne sera acceptée par aucune nation, et mettra gravement en péril la confiance mutuelle nécessaire pour contrer le changement climatique », a dit Xie Zhenhua, Vice-président de la Commission Nationale pour le Développement et la Réforme, le principal organisme de coopération du pays, lors d'un discours prononcé pour l'ouverture de l'Asia News Network Board Meeting 2010 à Beijing.

S'agissant de la Conférence sur le climat de Cancun, au Mexique, « Les travaux de négociation restent herculéens », a-t-il reconnu. Huit mois avant les discusssions, des responsables gouvernementaux semblent d'ailleurs déjà avoir abandonné toute idée d'obtenir un traité global. Le négociateur japonais Kunihiko Shimada disait d'ailleurs à Bloomberg le mois dernier qu'un accord cette année était « quasiment impossible », tandis que le directeur de la politique climatique de l'Union Européenne Jos Delbeke ne parlait que d'un « accord légal complet » en 2010.

La Conférence de Cancun fait face à une rude tâche pour arriver à définir la quantité exacte des réductions d'émissions de carbone des pays développés, d'élaborer un cadre pour le fonds actuel et à long terme sur le climat ainsi que les transferts de technologie vers les pays en développement, a dit M. Xie.

La Commission Nationale pour le Développement et la Réforme a donc demandé aux négociateurs du monde entier de se tenir, s'agissant des discussions actuelles sur le climat, « au principe de transparence, de participation large et égale, ainsi qu'au consensus basé sur la consultation », ceci afin de faire avancer la Conférence de Copenhague, restée dans l'impasse.

« La Chine poursuivra de manière indéfectible sa politique de développement durable, encouragera activement et s'adaptera aux modes de développement respectueux du climat », a-t-il dit, « Dans l'esprit de ‘ramer tous ensemble dans la même direction', nous espérons aussi que la communauté internationale pourra renforcer la confiance mutuelle et la coopération sur le climat, afin de laisser une meilleure planète aux générations futures ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Kirghizstan: l'opposition affirme avoir pris le pouvoir et formé un nouveau gouvernement
Sauvetage inespéré et miraculeux dans une houillère en Chine
Les trois grandes sources de risque pour la Chine
Trois questions au sujet de l'immobilier en Chine : la réforme immobilière doit-elle être réajustée massivement ?
Le report par les Etats-Unis du rapport sur les taux de change : un chantage ou bien une concession ?
L'Europe fait face à de multiples difficultés pour sortir de la crise
Google a–t-il vraiment quitté la Chine ?