100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 16.04.2010 10h00
Rapport de l'ONU : le modèle énergétique à taux bas de carbone va jeter une base solide pour le développement futur de la Chine

Le jeudi 15 avril, à Beijing, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a publié un rapport estimant que la transition progressive du modèle énergétique chinois vers le taux bas de carbone était la meilleure option pour la Chine. Une politique raisonnable va promouvoir le développement de l'économie et de l'environnement de ce pays dans le futur.

Ce rapport, appelé « le Rapport de la Chine sur le développement humain : vers un avenir et une société durables grâce au modèle énergétique à taux bas de carbone », a estimé que le développement humain n'était pas une raison inévitable pour l'augmentation des émissions de carbone. Certains provinces chinoises plus développées ont une faible intensité des émissions de carbone alors que les régions sous-développées et à faible revenu ont une intensité plus élevée. Par conséquent, le modèle du développement à taux bas de carbone est réalisable.

Selon le rapport, la transition vers le modèle à taux bas carbone entrainerait des coûts, à court terme, comme le chômage, la hausse des prix et la diminution des recettes budgétaires. En revanche, les bénéfices à long terme apportées par la transition seront nombreux, comprenant l'amélioration de la compétitivité sur de nouvelles technologies, la réduction des risques pour la santé humaine, la protection des écosystèmes et l'élévation du statut international de la Chine.

Source: CRI

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : peine de mort pour un ancien haut responsable judiciaire de Chongqing
Tempête de neige à Harbin
Le monde entier s'unit et redouble sa vigilance à l'encontre du terrorisme nucléaire
La Turquie ne se désespère pas pour son adhésion à l'UE
Pourquoi les Chinois sont-ils tellement anxieux?
L'Occident a besoin de mieux connaître l'Asie
Les trois grandes sources de risque pour la Chine