100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 21.05.2010 17h08
Des scientifiques obtiennent la révision d'un plan de barrage controversé

Quelques scientifiques chinois de renom ont remporté leur combat en faveur de la révision d'un projet de barrage controversé proposé à l'origine sur le plus grand lac d'eau douce du pays.

Des responsables du gouvernement provincial du Jiangxi ont reconnu que le barrage et l'installation d'énergie hydraulique en projet pourraient porter atteinte à la vie sauvage et à l'environnement du Lac Poyang.

Ils ont donc abandonné l'idée de la centrale hydraulique en faveur d'une simple vanne, qui, disent-ils, empêchera l'eau du lac, dont le niveau baisse, de se déverser dans le fleuve Yangtsé.

Cependant, les opposants au projet craignent que même ce plan n'endommage gravement le fragile écosystème du lac.

Le gouvernement provincial avait proposé le barrage en tant qu'élément de son projet de zone éco-économique du lac de Poyang, qui avait reçu l'accord du Conseil des Affaires d'Etat, et voulait en commencer la construction cette année.

Mais 15 experts et académiciens de l'Académie Chinoise des Sciences ont demandé au Conseil des Affaires d'Etat de suspendre le projet en attendant une étude d'impact sur l'environnement plus détaillée.

En réponse aux inquiétudes, le gouvernement provincial a invité des experts de l'environnement, y compris des opposants au projet, pour étudier les impacts du barrage sur l'environnement.

Les objections se sont concentrées sur trois points :

- le barrage pourrait causer des pénuries d'eau dans les villes situées sur les affluents en amont du Fleuve Yangtsé ;
-
- Il pourrait réduire la circulation de l'eau et faire baisser la qualité de l'eau du lac ;
-
- Il pourrait bouleverser l'écosystème, ce qui mettrait en péril l'habitat d'espèces rares de poissons et d'oiseaux.
-
La nouvelle étude d'impact du barrage comprend six projets. Tous débutaient en janvier et devaient être achevées en juin.

Cao Wenxuan, académicien expert en organismes aquatiques, dirige un projet de recherche sur l'impact du barrage sur les créatures aquatiques.

M. Cao dit s'être au début totalement opposé au barrage, craignant qu'il n'ait un impact négatif sur la vie aquatique, y compris le Baiji (白鱀, Dauphin du Yangtsé) quasiment éteint, le marsouin aptère et de nombreuses autres espèces rares.

M. Cao dit que le gouvernement du Jiangxi a fait des concessions en abandonnant la centrale électrique en faveur de la vanne, afin de maintenir le niveau d'eau durant la saison sèche.

« Mais la vanne posera aussi des problèmes. Par exemple, elle réduira l'embouchure du lac vers le Fleuve Yangtsé aux deux-tiers de sa taille originale, ce qui accélèrera le flux des eaux et gênera les migrations de naissance de certains poissons », a-t-il précisé.

L'Académicien Liu Xingtu, qui dirige les recherches sur l'impact sur les zones humides et les oiseaux migrateurs, a déclaré vouloir être responsable de l'état et de l'éco-environnement du Fleuve Yangtsé.

Il a dit qu'il présentera tant les avantages que les menaces potentielles du barrage, sans s'attacher à la façon dont tout cela influencera le projet final.

Cependant, Zhu Laiyou, directeur du Bureau général du projet de construction du barrage, pense que le recul du niveau des eaux voudra dire que certaines des zones humides du lac ne seront plus « humides » et que certains habitats de la vie sauvage seraient menacés.

M. Zhu a déclaré que le barrage permettrait de stabiliser le niveau des eaux durant la saison sèche, d'empêcher que de l'eau ne se perde dans le Fleuve Yangtsé ainsi que de résoudre un problème ancien de pénurie d'eau.

Le gouvernement du Jiangxi a invité l'équipe de recherche, dont des académiciens opposés au projet, pour étudier et analyser les impacts possibles du barrage sur l'environnement, et à proposer des solutions.

M. Cao a déclaré qu'il espérait qu'il pourrait fournir des conseils utiles aux décideurs après ses recherches, pour leur permettre de construire un barrage plus respectueux de l'environnement.

Le Lac poyang couvre une superficie de 3 583 km carrés, avec une profondeur moyenne de 8,4 mètres. Il es alimenté par cinq rivières du Jiangxi et se déverse dans les affluents inférieurs du Yangtsé, le plus long fleuve de Chine.

D'après le plan de la zone éco-économique, le développement sera « interdit » dans les 5 181 km carrés clés de la région et « strictement contrôlé » sur les 3 700 km carrés d'une ceinture entourant le lac. Afin de protéger l'environnement, la protection environnementale dans ces zones sera cruciale.

Le reste de la zone, 51 200 km carrés, qui abrite 20 millions d'habitants et 38 villes ou comtés, dont la capitale provinciale Nanchang, fera l'objet d'une exploration intense des industries respectueuses de l'environnement.

Le lac a été menacé par un recul des eaux depuis 2003, du fait d'un certain nombre de facteurs comme le chagement climatique, une baisse des flux provenant des rivières en amont et le début du stockage de l'eau au Barrage des Trois Gorges.

Certains experts demandent que davantage de recherches soient faites au sujet des plaintes affirmant que le volume d'eau du lac se déversant dans le Fleuve Yangtsé augmentait tandis que le Barrage des Trois Gorges avait réduit le niveau des eaux du fleuve.

En 2007, le lac a rétréci de 56 km carrés par rapport au maximum de 4 500 km carrés en 1998, du fait d'une sévère sécheresse.

Mais ce n'est pas seulement la quantité d'eau qui a baissé, sa qualité aussi.

La sur-exploitation et la pollution ont endommagé les stocks de poissons dans le lac, portant atteinte à l'industrie de la pêche locale et aux moyens de subsistance d'environ 100 000 pêcheurs. Depuis 2002, une interdiction temporaire de la pêche a été instituée pour protéger les stocks de poisson.

Le lac, qui abrite au moins 140 espèces de poissons, est aussi l'habitat d'un grand nombre d'espèces d'oiseaux aquatiques.

En avril 2010, des experts de cinq organisations – la Convention Ramsar sur les zones humides (Ramsar), le Fonds Mondial pour la Nature (WWF), l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature et des Ressources Naturelles (IUCN), l'Institut International de la Gestion de l'eau (IWMI) et la Fondation Internationale des Grues (ICF) ont visité le Lac de Poyang à l'invitation du Gouvernement du Jiangxi.

Ils ont pu examiner l'environnement autour du lac pendant leur visite qui a duré cinq jours.

Sun Xiaoshan, directeur du Bureau Provincial des Eaux du Jiangxi, a déclaré que tous les experts qui étaient d'abord contre le projet du barrage ont approuvé dans l'ensemble le plan révisé de « portail aquatique ».

M. Sun a précisé que les experts feraient un rapport de leurs études à leurs propres organisations et fourniraient une expérience internationale en matière de schémas de gestion de l'eau réussie au projet

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Articles pertinents
Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le gouvernement chinois renforce la lutte contre le crime organisé
La Chine espère que l'accord tripartite permettra de résoudre le problème du nucléaire iranien
Désillusion du cinéma chinois à Cannes
La classe moyenne a besoin de reformes pour son développement
Chine : première lourde condamnation à l'encontre d'un corrupteur
La réévaluation du Yuan pourrait être mise en veilleuse
La Chine doit redoubler de vigilance vis-à-vis de l' « effet papillon » de la crise d'endettement de la Grèce