100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 05.10.2010 09h15
La Chine appelle à un équilibre entre lutte contre le changement climatique et développement

Les droits au développement des pays en voie de développement doivent être garantis afin de réaliser des progrès dans la lutte contre le changement climatique, a souligné lundi le conseiller d'Etat chinois, Dai Bingguo.

En tant que pays en développement ayant une croissance économique rapide, la Chine continuera à remplir ses responsabilités dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Lors d'un nouveau cycle de négociations des Nations unies sur le changement climatique ouvert lundi dans la ville septentrionale de Tianjin, Dai Bingguo a appelé à respecter le principe du développement durable.

"Le développement économique, la réduction de la pauvreté et la protection du climat doivent être pris en considération d'une manière coordonnée afin d'obtenir une double victoire dans le développement et dans la lutte contre le changement climatique", a-t-il noté.

Il a proposé que les négociations respectent le cadre fondamental de la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC) et du Protocole de Kyoto, le mandat par la Feuille de route de Bali et le principe des "responsabilités communes, mais différenciées".

Les pays développés devraient fixer des objectifs en tant que meneurs dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre, tout en apportant des soutiens financiers et technologiques adaptés aux pays en voie de développement, a-t-il ajouté.

"Tous les pays devraient consolider et élargir les terrains d'entente (sur le changement climatique) afin de promouvoir les négociations en la matière et conclure un accord ayant force de loi", a souligné le conseiller d'Etat chinois devant 3 000 représentants des parties et des pays observant la CCNUCC et le Protocole de Kyoto.

Selon lui, les négociations des Nations unies sur le changement climatique sont entrées dans une étape critique, et la rencontre à Tianjin devrait aboutir à des avancées afin de préparer le sommet de Cancun prévu à la fin de l'année au Mexique.

En tant que pays en développement responsable, la Chine continuera à jouer un rôle actif et constructif dans les négociations portant sur le climat, a promis Dai Bingguo.

Il a remarqué que la Chine, d'une population de 1,3 milliard et le 100e pays au monde pour son PIB par tête, faisait face aux défis de la croissance économique et de l'amélioration du niveau de vie de sa population.

"En raison d'une industrialisation et d'une urbanisation accélérées, la demande énergétique chinoise connaîtra une augmentation raisonnable. Le contrôle des émissions de gaz à effet de serre est donc une contrainte significative", a-t-il conclu.

Avant les négociations de Copenhague sur le changement climatique fin 2009, le gouvernement chinois avait déjà fixé comme objectif de réduire l'intensité des émissions de CO2 par unité du PIB de 40 à 45% en 2020, en comparaison avec le niveau de 2005.

La Chine a aussi annoncé qu'elle allait augmenter la proportion des combustibles non-fossiles dans la consommation d'énergie primaire à environ 15%, tout en élargissant la superficie des forêts à 40 millions d'hectares d'ici 2020.

En décembre dernier, la conférence des Nations unies sur le changement climatique s'et tenue au Danemark, à l'issue de laquelle a été adopté l'Accord de Copenhague, un document non coercitif.

Le rassemblement à Tianjin est le dernier avant l'organisation de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique à Cancun, fin 2010.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine et la Grèce désirent approfondir leur partenariat stratégique
Wu Bangguo rencontre le roi du Cambodge
Le Japon doit voir au delà de ses problèmes internes
La Chine se développe pacifiquement, mais sa patience a des limites
Le banquet Gates-Buffet, « un test pour les Chinois riches »
Le recours à la force militaire ne devrait jamais être une « solution »
Que cache la rhétorique anti-chinoise du Congrès américain ?