100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 05.10.2010 09h24
Chine : ouverture d'un nouveau cycle de négociations de l'Onu sur le changement climatique

Un nouveau cycle des pourparlers de l'Onu sur le climat s'est ouvert lundi 4 octobre à Tianjin, une ville portuaire proche de Beijing. Celui-ci vise à préparer le prochain sommet de Cancun, au Mexique.

Environ 3 000 représentants des parties et des pays observant la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC) et le Protocole de Kyoto ont assisté aux pourparlers du 4 au 9 octobre.

Le rassemblement à Tianjin est le dernier avant l'organisation de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique à Cancun, fin 2010.

Lors de la session d'ouverture, Christiana Figueres, la secrétaire exécutive de la CCNUCC, a appelé les négociateurs à accélérer la recherche de terrains d'entente et à faire preuve de "flexibilité" et d'"esprit de compromis" pour parvenir à un résultat équilibré.

"Si vous voulez un résultat tangible en décembre, le moment est venu de clarifier ce qui pourrait constituer un ensemble de mesures réalisables et politiquement équilibrées pour Cancun", a-t-elle souligné.

Les négociations sur plusieurs sujets critiques n'ont pas encore progressé, tel que le futur du Protocole de Kyoto et l'engagement pris par les pays de ralentir la croissance des émissions de gaz à effet de serre, a-t-elle indiqué.

Citant l'idée de "chercher les des points communs tout en mettant de côté les différences" lancée en 1955 par l'ancien Premier ministre chinois Zhou Enlai, Mme Figueres a déclaré que cette idée restait aussi pertinente de nos jours qu'à l'époque.

A l'occasion de la session plénière organisée lundi matin, les délégués des pays membres de la CCNUCC ont exprimé l'urgence de parvenir à un accord plus équilibré et juridiquement contraignant et se sont focalisés sur le sujet du financement, l'obstacle majeur à un terrain d'entente.

L'Union européenne (UE) a réaffirmé qu'elle contribuerait au financement, entre 2010 et 2012, à hauteur de 2,4 milliards d'euros par, rappelant qu'une injection rapide de capitaux était cruciale pour la préparation de la mise en oeuvre du nouvel accord sur le changement climatique.

Dans un communiqué distribué aux délégués, l'UE fait savoir que pour elle "un accord multilatéral dans le cadre des Nations Unies est essentiel pour trouver des solutions globales dans une perspective mondiale".

Makase Nyaphisi, au nom des pays moins développés (LDC), a souligné que la nécessité d'un soutien financier adéquat et accessible était devenue plus pressante face aux effets indésirables continus du changement climatique.

Le Conseiller d'Etat chinois Dai Bingguo a souligné, à l'occasion de la cérémonie d'inauguration, que la Chine traitait toujours sérieusement les affaires liées au changement climatique et qu'elle continuait à jouer un rôle actif et constructif dans les pourparlers sur le climat.

Les pays développés doivent fixer des objectifs et jouer un rôle pionnier dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre, et les engagements doivent contenir les soutiens financier et technologique adéquats envers les pays en développement, a-t-il plaidé.

Dai Bingguo a également réaffirmé que la Chine, d'une population de 1,3 milliard et le 100e pays au monde pour son PIB par tête, faisait face aux défis de la croissance économique et de l'amélioration du niveau de vie de sa population.

"En raison d'une industrialisation et d'une urbanisation accélérées, la demande énergétique chinoise connaîtra une augmentation raisonnable. Le contrôle des émissions de gaz à effet de serre est donc une contrainte significative", a-t-il conclu.

Ils négocieront le texte résumé lors des pourparlers à Bonn (Allemagne) en août, organisé par le groupe de travail Ad Hoc sur l'Action de coopération à long terme dans le cadre de la Convention.

Un projet de propositions, initié par la présidence du groupe de travail Ad Hoc sur les engagements supplémentaires pour Annexe I Parties sous le Protocole de Kyoto, est aussi au programme des discussions.

Les deux groupes de travail ont organisé trois cycles de pourparlers cette année..

[1] [2]

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine et la Grèce désirent approfondir leur partenariat stratégique
Wu Bangguo rencontre le roi du Cambodge
Le Japon doit voir au delà de ses problèmes internes
La Chine se développe pacifiquement, mais sa patience a des limites
Le banquet Gates-Buffet, « un test pour les Chinois riches »
Le recours à la force militaire ne devrait jamais être une « solution »
Que cache la rhétorique anti-chinoise du Congrès américain ?