Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 03.12.2010 09h15
Le Japon critiqué pour sa position "non constructive" sur le Protocole de Kyoto (SYNTHESE)

Les négociateurs et les organisations non gouvernementales participant à la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique à Cancun ont critiqué mercredi le Japon pour sa position "non constructive" sur le Protocole de Kyoto.

Le refus du Japon de prolonger le Protocole de Kyoto n'est pas très constructif, a déclaré l'ambassadeur brésilien pour le changement climatique, Sergio Serra, à l'agence de presse Xinhua.

La position du Japon sur ce problème "sera évidemment" un obstacle à la conférence de Cancun "sauf si le Japon accepte de faire des compromis", a indiqué M. Serra.

"Il n'y a pas de moyen d'avancer si nous n'obtenons pas la continuation du Protocole de Kyoto", a-t-il ajouté.

Le refus du Japon a été confirmé par Jun Arima, vice-directeur général pour les affaires environnementales au ministère japonais de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie.

"Le Japon ne fixera pas ses objectifs en fonction du Protocole de Kyoto quelles que soient les conditions ou les circonstances", a déclaré mardi soir Jun Arima lors d'une session plénière de la Conférence de Cancun.

C'est "ironique" de voir le Japon, pays hôte du Protocole de Kyoto, tenter de le rejeter, a indiqué M. Serra.

Bien que la première phase du Protocole de Kyoto expire en 2012, "le Protocole de Kyoto lui-même n'a pas de date d'expiration", a souligné l'ambassadeur brésilien.

Su Wei, négociateur en chef de la Chine, a indiqué aux journalistes qu'il a pris note de la ferme opposition du Japon à la seconde phase d'engagement du Protocole.

Selon M. Su, la position du Japon a provoqué une vive réponse des négociateurs et posera des difficultés pour obtenir des résultats équilibrés à l'issue de la conférence.

M. Su a qualifié le protocole d'élément clé pour les politiques sur le climat et de base du cadre de travail international pour traiter le problème du réchauffement climatique.

Le Protocole de Kyoto a été adopté au Japon en 1992 par les principaux pays industrialisés, qui se sont engagés à diminuer de 5,2% avant 2012 les émissions de gaz à effet de serre par rapport à leurs niveaux de 1990.

Toutefois, le Congrès américain a refusé de ratifier le protocole. 

Les organisations non gouvernementales ont également condamné la rhétorique du gouvernement japonais, déclarant que Tokyo menace gravement l'intégrité environnementale de la réponse mondiale au changement climatique. 

"Le fait que mon gouvernement cherche aujourd'hui à détruire ce traité qui porte un nom japonais est une honte. Les commentaires honteux faits par le gouvernement japonais à Cancun montrent qu'il se soucie davantage des grandes entreprises que de la terre mère", a indiqué Mayuko Yanai, militant au sein de la branche japonaise de l'ONG Les Amis de la terre, lors d'une conférence de presse.   

"Le gouvernement déclare penser que la plupart des Japonais soutient cette position. Ce malentendu ne fait que faciliter la progression d'un changement climatique dangereux", a-t-il déclaré.

Mohamed Adow, haut conseiller pour le changement climatique au sein de l'ONG Christian Aid, s'est dit certain que l'opposition du Japon à la prolongation du Protocole de Kyoto "fait courir des risques à l'architecture du climat mondial".

Source: CRI

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Un haut conseiller politique chinois appelle à déployer plus d'efforts pour combattre la pauvreté
La Chine appelle à la reprise du dialogue et des négociations sur la situation dans la péninsule coréenne
"Sommet de Hambourg" : l'Europe doit-elle embrasser le dragon chinois ?
La mort de Wang Bei reflète la situation réelle de la société chinoise
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?
Le changement climatique est plus qu'un problème de négociations
Pour quelle raison le repas à la française a été inscrit sur la liste du patrimoine intangible ?