Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 03.12.2010 17h00
Sommet de Cancún : Les émissions de CO2 par Chinois restent bien inférieures à celles des pays occidentaux
La première réunion de la délégation chinoise en marge de la conférence de Cancun.

La première réunion de la délégation chinoise en marge de la conférence sur le changement climatique de Cancun a été organisée le 1er décembre en présence des responsables du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

Su Wei, chef adjoint de la délégation chinoise et délégué en chef des négociations, a présenté les efforts chinois dans la réduction des émissions avec une série de chiffres concrets. Il a rappelé que l'objectif de réduction des émissions de CO2 de 40 à 50 % par unité du PIB de 2005 à 2020 est l'engagement solennel pris par le premier ministre chinois Wen Jiabao au sommet de climat à Copenhague.

Il a indiqué que conformément au concept du développement durable, la Chine a incrit les objectifs d'économie d'énergie et de réduction des émissions dans son XIIe plan quinquennal sur le développement économique et le progrès social. Il a révélé des mesures concrètes pour le contrôle de la consommation énergétique.

Il a affirmé que le Protocole de Kyoto est très important, en le qualifiant de « base des négociations sur le climat ». Selon lui, si le protocole est rejeté, cette fondation s'effondra, avec des « conséquences inimaginables ».

Les négociations du groupe de travail sur le protocole de Kyoto se déroulent très lentement, puisque les pays développés, le Japon en tête, refusent de s'engager dans la deuxième phase. Leur attitude a provoqué une vive opposition des pays en voie de développement et des ONG.

Au cours de la réunion en marge du sommet, Renata Lok-Dessallien, représentante en Chine du PNUD, a loué les efforts chinois de réduction des émissions. Elle a déclaré que la Chine a servi d'exemple à d'autres pays en voie de développement en ayant pris plusieurs mesures efficaces.

Les progrès obtenus par la Chine dans l'utilisation des énergies propres, notamment solaire et éolienne, sont très encourageants, selon elle, ajoutant que la Chine est en train de promouvoir la mise en place de lois et règlements sur le changement climatique.

Martin Khor, directeur du Centre du Sud, une organisation intergouvernementale, a estimé que la Chine n'est pas un pays développé et est loin d'être au premier rang dans beaucoup de domaines économiques et sociaux.

« Les émissions de CO2 par habitant des Chinois sont bien inférieures à celles des pays occidentaux. Il serait injuste d'exiger trop de la Chine dans la réduction. En tant que pays en voie de développement, la Chine fait face à de grands défis dans son développement économique et sa lutte contre le changement climatique », a-t-il souligné.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Un haut conseiller politique chinois appelle à déployer plus d'efforts pour combattre la pauvreté
La Chine appelle à la reprise du dialogue et des négociations sur la situation dans la péninsule coréenne
Les enseignants doivent-ils vraiment se mettre à genoux devant leurs étudiants ?
"Sommet de Hambourg" : l'Europe doit-elle embrasser le dragon chinois ?
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?
Le changement climatique est plus qu'un problème de négociations
La mort de Wang Bei reflète la situation réelle de la société chinoise