Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 08.12.2010 11h09
Une nation dépendante au charbon peut s'attendre à des temps difficiles

La Chine, le pays qui dépend le plus du charbon dans le monde, va faire face à plusieurs décennies difficiles pour atteindre un niveau d'énergie propre de 50%, mais, d'après un expert chevronné en changement climatique qui s'est exprimé lundi, les perspectives sont bonnes.

Parmi tout un ensemble diversifié de solutions en matière d'énergie, l'énergie nucléaire jouera un rôle-clé sur le long terme, et elle devrait compter pour 15% environ de la consommation d'énergie de la Chine d'ici 2050, d'après Du Xiangwan, président de la Commission Nationale Chinoise d'Experts sur le Changement Climatique.

« Le pays va faire face à une période critique de transformation dans les prochaines vingt à quarante années », a dit M. Du.

La Chine doit explorer des solutions multiples pour traiter ses problèmes d'énergie, étant donné la taille immense de son territoire et de sa population, a-t-il dit.

A l'heure actuelle, la Chine reste le plus grand consommateur de charbon du monde, plus de 70% de sa consommation d'énergie dépendant du charbon.

La croissance du PIB de la Chine est demeurée solide, à près de 10% par an pendant de nombreuses années. Mais entre 3 et 4% de cette croissance a été créée au détriment de l'environnement, a-t-il dit.

« Le passage à des énergies propres est une exigence intérieure urgente du pays, et nous avons aussi besoin de croissance économique, mais qui soit d'un haut niveau de qualité », a dit M. Du.

Bien que cette entreprise soit longue et difficile, il a dit être « optimiste ».

L'énergie nucléaire devrait être une des solutions les plus importantes pour les défis énergétiques de la Chine.

M. Du, qui est aussi le directeur de l'Institut des Sciences et Technologies Nucléaires à l'Université de Beijing, a précisé que les conditions préalables concernant la sécurité nucléaire et les problèmes liés aux radiations sont d'ores et déjà devenues contrôlables.

La Chine compte actuellement 28 réacteurs nucléaires en construction, soit plus que le total mondial déjà construit.

Au delà de ces impressionnants efforts de la Chine, le pays a aussi pris part au Réacteur Thermonucléaire International Expérimental, un projet international visant à concevoir et construire un réacteur expérimental à fusion basé sur le concept « tokamak ». La fusion nucléaire est considérée comme l'énergie du futur.

« Le nucléaire sera l'un des piliers-clés de l'énergie et il devrait représenter environ 15% de la consommation chinoise d'énergie d'ici 2050 », a ajouté M. Du.

La Chine va accroitre ses capacités d'énergie nucléaire de 70 à 80 mégawatts d'ici 2020, et à ce moment là, l'énergie nucléaire passera de son niveau actuel de 1% à quelque 4% de la production d'énergie.

Les gaz naturels, qui sont relativement plus propres comparés au charbon et au pétrole, auront également un grand potentiel en Chine et devraient atteindre 10% d'ici 2050, a dit M. Du.

Cette énergie comprend le gaz naturel conventionnel, le gaz de houille, le gaz de schiste et les hydrates de gaz, a ajouté M. Du.

Cependant, la Chine a encore beaucoup de chemin à faire pour réaliser des percées technologiques pouvant aboutir à un exploitation commerciale, a-t-il dit.

Des efforts, dont le développement de réseaux intelligents et le renforcement de l'efficacité énergétique dans les zones rurales, sont aussi des éléments importants.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine va améliorer le système de financement des hôpitaux en zone rurale
Trois satellites Glonass russes s'écrasent dans l'océan Pacifique
L'UE doit davantage tenir compte des plaintes et des demandes de l'Afrique
Les enseignants doivent-ils vraiment se mettre à genoux devant leurs étudiants ?
"Sommet de Hambourg" : l'Europe doit-elle embrasser le dragon chinois ?
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?
Le changement climatique est plus qu'un problème de négociations