Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 08.12.2010 13h15
Changement climatique : La Conférence de l'ONU à Cancun entre dans la phase de haut niveau (PAPIER GENERAL)

La Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques est entrée dans la phase de haut niveau mardi à Cancun, station balnéaire du sud du Mexique, alors que les différends concernant les suites du Protocole de Kyoto après son expiration en 2012 n'ont pas encore été réglés.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et le président mexicain Felipe Calderon figuraient parmi les personnalités qui ont pris la parole lors de la cérémonie d'ouverture de la réunion de haut niveau, qui marquait le début d'une nouvelle phase dans cette conférence qui vise à trouver des solutions pour lutter contre le réchauffement climatique.

"Nous n'avons pas besoin de trouver des solutions à tous les problèmes, mais nous devons progresser sur tous les aspects", a déclaré M. Ban, qui a cité des progrès accomplis en termes d'engagements pris concernant la prévention et gestion des catastrophes et la réduction d'émissions de gaz à effet de serre.

Le secrétaire général de l'ONU a appelé les parties concernées à convenir à Cancun d'un accord même modeste en matière de lutte contre les changements climatiques.

"Nous ne pouvons pas parvenir à un accord parfait pour le moment [...] le mieux est l'ennemi du bien", a-t-il ajouté.

A Cancun, "chaque pays peut et doit faire plus", a indiqué M. Ban, en soulignant : "Le statu quo ne peut plus être toléré. Cancun doit représenter une percée décisive".

M. Ban s'est déclaré profondément préoccupé du fait que les efforts menés par la communauté internationale pour enrayer le réchauffement climatique étaient insuffisants.

"Le rythme du changement climatique provoqué par l'humanité s'accélère. C'est maintenant que nous avons besoin de résultats, de résultats qui permettent de limiter les émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial", a indiqué le chef de l'ONU.

Peu de progrès ont été réalisés durant la première semaine de la conférence de Cancun. Les pays développés, particulièrement le Japon, et les pays en développement restent extrêmement divisés sur la question de la prolongation ou non du Protocole de Kyoto à l'expiration de celui-ci en 2012.

Le Japon a refusé de s'engager sur un allongement du Protocole, tandis que le Venezuela, l'Equateur et la Bolivie ont déclaré qu'ils ne signeraient aucun autre accord tant que les pays développés n'auront pas approuvé un prolongement du Protocole.

Le Protocole de Kyoto a été adopté en 1997 au Japon lors de la 3e conférence annuelle de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Les pays participants se sont engagés à réduire, avant 2012, leurs émissions de gaz à effet de serre de 5,2% par rapport aux niveaux de 1990. Toutefois, le Congrès américain a refusé de ratifier le protocole.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine va améliorer le système de financement des hôpitaux en zone rurale
Trois satellites Glonass russes s'écrasent dans l'océan Pacifique
Péninsule coréenne : la Chine reste neutre
L'UE doit davantage tenir compte des plaintes et des demandes de l'Afrique
Les enseignants doivent-ils vraiment se mettre à genoux devant leurs étudiants ?
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?
"Sommet de Hambourg" : l'Europe doit-elle embrasser le dragon chinois ?