Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 30.12.2010 08h13
Australie : l'opposition appelle à l'abandon de la taxe carbone

L'opposition australienne a exhorté mercredi le gouvernement fédéral à abandonner son plan de taxe carbone, à l'instar de la décision japonaise de reporter son projet d'échange de droits d'émission de carbone.

Du fait de la vive résistance des milieux d'affaires, le gouvernement japonais a décidé mardi de reporter d'un an, c'est-à-dire à avril 2014, la mise en place de son plan d'échange de droits d'émission.

La décision intervient après l'abandon par les Etats-Unis et le Canada de leur taxe sur l'électricité, similaire à celle que cherche à instaurer la Première ministre australienne Julia Gillard dans son pays.

Selon le porte-parole de l'opposition Greg Hunt, le plan de Mme Gillard d'imposer un prix au carbone s'avère de plus en plus isolé sur la scène internationale.

"La décision du Japon constitue un revers cinglant pour les plans du parti travailliste d'imposer une augmentation massive des prix de l'électricité aux familles et entreprises australiennes", a déclaré M. Hunt.

Hunt a demandé à Mme Gillard d'adopter l'approche de l'opposition consistant à mettre en place un Fonds pour la réduction des émissions, qui permettrait de mettre en place des mesures incitatives en faveur des réductions de CO2.

La semaine dernière, le comité sur le changement climatique du gouvernement fédéral a adopté une série de principes de base pour l'élaboration d'une taxe carbone, sans fixer un modèle spécifique.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Un vice-Premier ministre chinois souligne le rôle des finances dans le contrôle macro-économique
Chine : les bénéfices des grandes entreprises industrielles en hausse de 49,4% pour les onze premiers mois
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse
Pourquoi le « Made in China » est plus cher