Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 02.03.2011 16h52
Changement climatique: après Cancun 2010, les Etats doivent préparer Durban 2011

"Les gouvernements doivent mettre en oeuvre rapidement ce qu'ils ont accepté en décembre à Cancun, au Mexique, passer à la prochaine grande échéance, qui est la Conférence de Durban à la fin de l'année, et clarifier l'avenir du Protocole de Kyoto sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre", a déclaré mardi la secrétaire exécutive de la Convention cadre de l'ONU sur le changement climatique (CCNUCC), Christiana Figueres, lors d'une conférence de presse à Tokyo, citée dans un communiqué publié mardi à New York.

En visite au Japon pour des rencontres avec des responsables gouvernementaux, des chefs d'entreprises et d'autres représentants de la société civile, Mme Figueres doit assister jeudi à des consultations informelles organisées conjointement par les gouvernements du Japon et du Brésil, pour mettre en oeuvre l'accord de Cancun et préparer la prochaine réunion de l'ONU sur le changement climatique, à Durban, en Afrique du Sud.

Devant la presse, elle a une nouvelle fois salué les résultats obtenus à Cancun, soulignant qu'ils représentaient " une avancée solide qui renforce l'action mondiale et pose les bases du plus grand effort collectif que le monde ait jamais réalisé pout réduire les émissions de gaz à effet de serre".

Après avoir rappelé que les accords de Cancun visaient " à maintenir l'augmentation moyenne des températures mondiales en dessous de deux degrés Celsius par rapport au niveau préindustriel" , Christiana Figueres a estimé que Cancun avait aussi abouti au " paquet le plus complet jamais mis en place par des gouvernements pour aider les pays en développement à faire face au changement climatique".

Elle a toutefois rappelé que "l'ensemble des promesses de réduction ou de limitation des émissions ne représentaient, selon la communauté scientifique, que 60% des efforts à fournir d'ici à 2020 pour que l'augmentation de la température mondiale reste en dessous de 2 degrés".

Selon la presse, l'accord de Cancun, signé en décembre 2010, s'inscrit dans la logique de la conférence de Copenhague de 2009, mais ne prévoit pas clairement l'avenir du Protocole de Kyoto et des obligations qu'il pose en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Dans ce contexte, Christiana Figueres a estimé qu'à Durban les gouvernements devront "convenir d'un moyen de réduire les émissions mondiales à une vitesse environ deux fois supérieure à celle promise, et accroître les garanties de mise en oeuvre des promesses faites".

"Les gouvernements devront résoudre les questions en suspens sur l'avenir du Protocole de Kyoto. Nous devons garder à l'esprit qu'il reste le modèle international contraignant pour réduire les émissions ", a-t-elle poursuivi. "Les pays ont une tâche urgente, celle de décider comment conserver les avantages uniques du protocole sur la transparence, la conformité aux objectifs nationaux fixés et les responsabilités".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine envoie des transporteurs militaires pour rapatrier ses ressortissants en Libye
Evacuation de Chinois de Libye : le Premier ministre chinois adresse des messages de reconnaissance à la Grèce et à Malte
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence