frenchChine|Economie|International|Afrique|Culture|Vie Sociale|Sport|Sci-Edu|Tourisme|Environnement

L'environnement chinois en images en 2010

22.04.2011 08h16     Source: China.org.cn

Mars : joie et tristesse. Photographie : Sheng Li/Reuters Un tigre de Sibérie est exposé dans une cage pour la cérémonie d'ouverture d'une société immobilière à Shenyang. En mars, après la mort de onze tigres, le Parc zoologique de Shenyang a été fermé et accusé de participer au trafic de pharmacopée contenant des os de tigre. En novembre, le Premier ministre Wen Jiabao a participé au Sommet du tigre ayant lieu à Saint-Pétersbourg, et a engagé le gouvernement à consacrer 330 millions de livres sterling à la préservation de l'espèce. Août : la Chine montre la voie éolienne. Photographie : Feng Li/Getty Images Des générateurs d'électricité à vapeur à Dabancheng, dans la région du Xinjiang. La Chine est le premier producteur d'énergie éolienne du monde, dépassant de loin l'Allemagne et les États-Unis. Juillet : la Chine devient le plus grand consommateur d'énergie du monde devant les États-Unis. Photographie : ISS/NASA L'illumination des municipalités de Beijing (12 millions d'habitants) et de Tianjin (7 millions d'habitants). Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), la consommation de charbon, de pétrole, d'éolien et d'autres sources énergétiques en Chine a plus que doublé en une décennie. Sa consommation d'énergie en 2009 est évaluée à 2,26 milliards de tonnes de pétrole, ce qui place le pays au premier rang mondial devant les États-Unis. Février : les pesticides suscitent des craintes sur la sécurité sanitaire des aliments. Photographie : China Photos/Getty Images Un paysan de Hainan vaporise des pesticides sur des légumes. L'utilisation excessive et illégale de pesticides a causé des résidus nocifs sur 200 000 tonnes de légumes sur le marché. Ce phénomène suscite une inquiétude sanitaire croissante. Février : la première enquête générale sur la pollution en Chine révèle que la pollution agricole dépasse la pollution industrielle. Photographie : AP Au bord du lac Xingyun du Yunnan, un pêcheur guette les poissons. La première enquête générale sur la pollution en Chine en février montre qu'à cause de l'utilisation excessive d'engrais chimique, d'herbicides et de pesticides par rapport à la moyenne mondiale, les sources d'eau dans les champs sont plus polluées que les eaux industrielles. Mars : le sud-ouest de la Chine connait la sécheresse la plus grave de son histoire. Photographie : Peter Parks/AFP Dans la province du Yunnan, un paysan traverse des champs arides. La grave sécheresse a soulevé des préoccupations sur l'inflation, le changement climatique et la gestion de l'utilisation interrégionale de l'eau. Le gouvernement a investi 7 milliards de yuans pour sauver les cultures, il a envoyé 7 600 véhicules, creusé 180 000 puits, et déclenché plus de 10 000 pluies artificielles. Simultanément, il a acheminé des aliments vers les régions sinistrées, mais cela a aggravé l'inflation. La Chine fait l'objet de reproches à cause du barrage en amont, mais le gouvernement assure que les conséquences du changement climatique sont davantage en cause. Juillet : la plus grande épreuve du barrage des Trois Gorges. Photographie : Cheng Min/AP Des pluies torrentielles augmentent le niveau des eaux en amont et provoquent la plus grande épreuve du barrage des Trois Gorges depuis l'inondation de 1998. Pour réduire le danger en aval du fleuve Yangtsé, on ferme les vannes durant les crues pour supporter simultanément la pression énorme libérée par le réservoir en amont. De mai à juillet: inondations dans les provinces du Jiangxi et du Hubei. Photographie : China Photos/Getty Images AsiaPac Un officier chinois de haut rang a dit : les inondations en 2010 en Chine sont responsables de 701 morts, 347 disparus, et plusieurs centaines de millions de dollars de pertes. Trois quarts des provinces chinoises ont été touchés, 25 fleuves ont connu leurs plus fortes crues de l'histoire. Ce phénomène a causé le plus grand nombre de victimes des eaux en une décennie. Août : glissement de terrain à Zhouqu. Photographie : ChinaFotoPress/Getty Images Le glissement de terrain en août à Zhouqu dans la province du Gansu a fait au moins 1 117 morts. Causée par des pluies torrentielles, cette catastrophe a été aggravée par la destruction de l'environnement par l'homme. La déforestation des années 1960 et 1970 a notamment diminué les appuis en pied de pente. Juillet : des milliers de poissons meurent à cause de l'évacuation des eaux usées d'une raffinerie d'or Dans le district de Shanghang du Fujian, des ouvriers de la société Zijin Mining sont en train d'évacuer des eaux usées résiduaires. Lorsque les eaux usées sont évacuées dans le fleuve Tingjiang, la source d'eau portable est interrompue, et 100 tonnes de poissons sont empoisonnées. La société est condamnée à une amende de 9,5 millions de yuans et le dirigeant du bureau local de l'environnement a été contraint à démissionner. Juillet : une fuite de pétrole à Dalian menace la faune sauvage et le revenu des habitants du littoral de la mer Jaune. Photographie : Arthur JD/Greenpeace/AP Sur le rivage de Dalian, des pêcheurs sont en train de récupérer du pétrole avec des pelles, après la plus grave fuite rapportée par la Chine. La superficie polluée est de 430 km2. Les officiers maritimes ont envoyé 800 bateaux de pêche et 40 bateaux professionnels pour traiter la pollution. Durant les opérations de nettoyage, un employé a trouvé la mort. Les cheminées d'une fonderie de terres rares. Elles émettent des produits polluants dans les eaux voisines de Baotou en Mongolie intérieure. La Chine possède 97 % des terres rares du monde. L'annonce du projet de restriction des exportations de terres rares a provoqué de vives protestations à l'étranger. D'après les responsables chinois, la restriction a pour but de protéger l'environnement, de promouvoir la reconversion économique et de réduire la dépendance économique envers les productions polluantes. Cependant, les partenaires commerciaux du pays, notamment le Japon, suspectent que cette restriction a pour but de miner leur compétitivité. Juin : des sociétés informatiques étrangères compromises dans les scandales d'intoxications au plomb et aux produits chimiques. Photographie : Kevin Zhao/Reuters À Chenzhou dans la province du Hunan, une jeune victime avérée d'intoxication au plomb reçoit un traitement à l'hôpital. Il est l'un des 191 enfants touchés par la catastrophe. Les environnementalistes chinois ont appelé les sociétés informatiques internationales mises en cause, notamment Vodafone, Nokia et Motorola à réorganiser leur chaîne d'approvisionnement et à rendre publiques leurs données sur l'émission de déchets. Août : embouteillage sur l'autoroute Beijing-Zhangjiakou. Photographie : Wang Wei/Epa Dans la province septentrionale du Hebei, des véhicules transportant du charbon font la queue sur la route nationale nº 207. À l'heure de pointe, ils contribuent à former « l'embouteillage le plus grave du monde ». Pendant onze jours, les véhicules sont à l'arrêt sur plus de 60 km, les conducteurs sont obligés de dormir sur place. Le boom d'achats automobiles est mis en cause. Beijing est l'un des cas les plus graves. En douze ans, le nombre de voitures dans la ville est passé de 1 million à 4 millions. De juin à octobre : la Chine atteint ses objectifs d'économie d'énergie en imposant des restrictions sur l'électricité. Photographie : Dou Yuming/Imaginechina A Dingxi dans le Gansu, les conducteurs font la queue pour faire remplir le réservoir de leur camion. Les restrictions sur l'électricité obligent les usines et les foyers à préparer du diesel pour produire de l'électricité eux-mêmes. Durant les six derniers mois de l'année, pour atteindre leurs objectifs d'économie d'énergie, les autorités locales ont appliqué les mesures restrictives et les usines ont réduit leur production. Cela a promu l'utilisation des générateurs diesel. Octobre : la Chine organise pour la première fois la Conférence des Nations Unies sur le climat. Photographie : Alexander F. Yuan/AP En octobre, à la conférence de Tianjin, l'ex-présidente de la Conférence des Nations Unies sur le climat se tient devant l'affiche de l'organisation écologique Greenpeace. Cette conférence a cherché des solutions à l'impasse de Copenhague début 2010. La Chine a obtenu des résultats dans l'organisation et l'investissement pour l'application des techniques bas carbone. Cela se manifeste par l'établissement de villes écologiques et la construction d'autoroutes. Octobre: décès de Liang Congjie. Photographie : Sun Jun/Imaginechina Le 28 octobre, Liang Congjie (à droite), pionnier environnementaliste chinois et créateur de la première organisation non gouvernementale légale, décède. Il a persuadé le gouvernement de renforcer ses efforts de réduction de la pollution et de protection des animaux sauvages. En 1994, il a fondé avec trois collègues de l'Institut de la tradition chinoise Friends of Nature, qui n'est pas directement lié au gouvernement, mais qui cherche à coopérer avec ce dernier sur le développement durable. Cette coopération a parfois été contestée par plusieurs organisations non gouvernementales. Juin : des milliers de Chinois déplacés à cause du plus grand programme hydraulique et électrique du monde. Photographie : ChinaFotoPress/Getty Images Le projet Sud-Nord, le plus grand programme hydraulique et électrique du monde a provoqué une réinstallation de masse dans de nombreuses régions. Il a pour but de soulager la sécheresse dans le nord de la Chine, notamment à Beijing et Tianjin. L'investissement représente 3,9 milliards de yuans, trois fois le montant nécessaire à la construction du barrage des Trois Gorges, et le délai est trois fois celui de la mise en place du chemin de fer Xining-Lhassa. Décembre : Beijing dans l'obscurité. Photographie : Alexander F. Yuan/AP En janvier 2011, les autorités de Beijing ont annoncé de nouvelles mesures contre la pollution. On prévoit notamment le déplacement d'usines, le contrôle strict des émissions de gaz résiduels et le remplacement du charbon par d'autres sources d'énergie.