Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 06.09.2011 08h03
Désertification : les îles du Pacifique souhaitent parler d'une seule voix lors de la convention de l'ONU

Les nations insulaires du Pacifique se préparent à parler d'une seule voix à la Conférence des Parties pour la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (CLD), qui se déroulera en octobre en Corée du Sud.

Le secrétariat du Programme environnemental régional du Pacifique (SPREP) a déclaré lundi qu'il avait rassemblé plus de 25 représentants venus de 13 pays différents pour se mettre d'accord sur une position commune en vue de la conférence onusienne.

"Nous nous sommes réunis pour étudier l'ordre du jour de la conférence d'octobre et trouver des moyens de renforcer nos points de vue sur les sujets à l'ordre du jour qui ont un impact dans notre région", a fait savoir Bruce Jefferies, responsable chargé de la gestion des écosystèmes terrestres du SPREP.

"Nous avons l'intention d'adopter une 'stratégie Pacifique' lors de la conférence de la CLD de façon à renforcer notre position de négociation et à parler d'une seule voix", a-t-il indiqué.

La région du Pacifique n'est pas directement touchée par le problème de la désertification, mais les préoccupations existent et il y a des cas de dégradation de terres qui mène à la perte du potentiel productif des sols.

"Nous espérons que les délégués de la région profiteront de chaque opportunité face à la presse en Corée du Sud de sorte que la voix du Pacifique soit entendue de tous", a déclaré de son côté Nanette Woonton, responsable du SPREP chargée des relations publiques et de la presse.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Championnats d'athlétisme de Daegu : la délégation chinoise remporte ses meilleurs résultats depuis 18 ans
La Corne de l'Afrique, un test pour notre conscience
Les Etats-Unis peuvent-ils réduire un peu leurs dépenses militaires et leur dette, quand ils parlent de la « menace militaire chinoise » ?
L'occident n'a pas renoncé à son intention de déterminer l'orientation du développement du Moyen-Orient