Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 20.10.2011 16h41
Lancement d'un projet de protection des tigres au Népal

Pour mieux protéger le tigre du Bengale, également appelé tigre royal, une espèce sérieusement menacée d'extinction, l'Agence des Etats-Unis pour le développement (USAID) du Népal, vient de lancer officiellement, avec le soutien du gouvernement népalais, un programme de recherche dit "Projet génome des tigres népalais".

Selon le journal "The Kathmandou Post" paru jeudi, ce projet s'étalera sur deux ans dans quatre réserves principales du pays: les parcs nationaux de Bardiya et de Chitwan et les réserves des animaux sauvages de Shuklaphanta et de Parsa.

Son objectif consiste à développer les instruments basés sur les génomes par l'introduction des technologies les plus avancées en matière de scatologie moléculaire, pour relever les défis auxquels fait face le Népal pour préserver les tigres.

Les autorités népalaises se sont fixées l'objectif ambitieux de doubler la population des tigres à l'horizon de 2022.

Pour y arriver, les méthodes d'ADN seront utilisées en scatologie moléculaire à partir des échantillons prélevés chez ces grands mammifères.

Selon les données, le nombre de tigres adultes vivant dans les quatre zones protégées de Terai Arc Landscape du Népal s'élève à 155.

Les résultats de cette recherche permettraient une meilleure compréhension de la diversité génétique de cette espèce et la répartition de sa population. Les données seront utiles pour l'établissement des politiques et des stratégies de sa protection au niveau local, national et international, a estimé mercredi l'USAID dans un communiqué.

Le Centre pour la dynamique moléculaire du Népal est chargé de la mise en application de ce projet.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine s'oppose à un rapport américain sur ses affaires intérieures
Nouvelles principales du 19 octobre
Les Etats-Unis jouent au voleur volé en accusant la Chine d'être « manipulatrice de taux de change »
Détrompez-vous et cessez de vous enferrer dans votre absurde idée de la « non transparence »
L'heure n'est pas à la baisse des taux