Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 17.11.2011 11h07
Apple engage des discussions sur la pollution causée par ses fournisseurs

Bien que Ma Danni souhaite acheter un iPhone depuis un certain temps, elle dit à present envisager de reporter cet achat prévu de longue date.

Pourquoi hésite t-elle ? Parce qu'elle a récemment appris que cet appareil, produit par le géant de la technologie Apple Inc, est fait de composants venant de fournisseurs suspectés de relâcher de grandes quantités de polluants dans la nature.

« C'est difficile pour moi de passer à côté des fonctions et des designs ludiques des produits Apple », dit cette habitante de Beijing, âgée de 34 ans. « Mais j'ai décidé de laisser à cette entreprise un peu de temps pour réparer le mal qu'elle a fait à l'environnement avant que je n'achète un produit Apple ».

Depuis près de deux ans, cinq organisations de protection de l'environnement chinoises travaillent ensemble pour contribuer à s'assurer que les chaînes d'alimentation des sociétés électroniques sont gérées avec une certaine considération pour la protection de l'environnement et pour encourager les consommateurs à choisir des produits verts.

Apple, qui fait depuis longtemps l'objet de critiques reprochant à ses fournisseurs de porter atteinte à l'environnement et à la santé des gens, a rencontré mardi des délégués de cinq groupes de protection de l'environnement. Cette occasion a permis à l'entreprise de s'exprimer sur son engagement de maîtrise des polluants relâchés dans la nature par ses fournisseurs.

« Nous apprécions à sa juste valeur le grand pas qu'a fait Apple pour ne plus éviter ses responsabilités et commencer à attacher de l'importance à ce sujet », a dit Feng Yongfeng, fondateur de Green Beagle, une des cinq organisations présentes, dont le siège est à Beijing.

« Nous espérons voir mise en oeuvre la gestion plus sophistiquée dont Apple a dit qu'elle y assujettirait ses fournisseurs », a dit Li Bo, Directeur exécutif de Friends of Nature, un autre groupe de protection de l'environnement.

« Et nous espérons que l'entreprise jouera un rôle de leader mondial en ce domaine et qu'elle assumera ses responsabilités sociales ».

De son côté, Apple a refusé de donner plus de détails sur la rencontre, se contentant de réaffirmer son engagement envers « le maintien des plus critères les plus élevés de la responsabilité sociale tout au long de sa chaîne de fournisseurs ».

Le 31 août dernier, les cinq organisations de protection de l'environnement ont publié un rapport sur les émissions de métaux lourds polluants par l'industrie des technologies de l'information. Ce rapport, le cinquième de son genre à avoir été rédigé depuis 2010, dit qu'il y a eu des tentatives pour dissimuler des déversements de matières toxiques en provenance de sociétés qui seraient des fournisseurs d'Apple sur le Continent. Ce rapport appelle aussi l'entreprise à prendre des mesures pour enrayer la pollution.

Le même jour, Apple a proposé d'organiser une conférence par téléphone pour discuter des découvertes faites par les défenseurs de l'environnement.

« C'est un tournant favorable », a dit M. Li. « Cela faisait presque deux ans qu'Apple éludait le problème ».
Les résultats du rapport sont basées sur sept mois d'enquêtes et de recherche sur le terrain.

Les inspecteurs des organisations de protection de l'environnement ont ainsi visité 22 usines dont on pense qu'elles sont des fornisseurs d'Apple et leur ont reproché d'avoir relâché dans la nature des boues de métaux lourds, des gaz toxiques et de grandes quantités d'autres polluants.

Apple a refusé de donner le nom de ses fournisseurs ou d'autres détails sur eux.

Mais Apple n'a pas été la seule société à être la cible des groupes de protection de l'environnement. Cette année, 29 entreprises ont répondu aux plaintes des organisations au sujet de la pollution de leurs chaînes d'approvisionnement, mais seule Apple serait apparemment restée constamment évasive à ce sujet.

« La discussion si longtemps attendue arrive enfin aujourd'hui », a dit Li Li, Président d'Envirofriends, une autre organisation de l'alliance.

Dans le même temps, Apple et les groupes ont exprimé des opinions différentes sur le niveau de transparence que devrait posséder la chaîne d'approvisionnement.

Plusieurs délégués des groupes de protection de l'environnement ont dit qu'Apple avait l'intention de mener cette tâche à bien en accord avec ses propres plans et à son propre rythme, et qu'elle ne souhaitait pas dire à l'extérieur ce qu'elle fait.

« Apple nous a offert cette merveilleuse idée de gestion de ses chaînes d'approvisionnement », a dit Li Li. « Mais si elle ne donne pas d'informations sur ses fournisseurs, et sur le temps et les mesures nécessaires pour mettre cela en oeuvre, comment le public pourra t-il contrôler la moindre petite partie de ce processus ? ».

Les groupes de protection de l'environnement ont déclaré qu'ils continueraient à encourager l'entreprise à publier davantage d'informations sur l'environnement au sujet de ses chaînes d'approvisionnement, et qu'ils enquêteraient sur le travail de l'industrie des technologies de l'information pour protéger l'environnement.

« Nous espérons que les clients d'Apple n'accepteront pas le fait que leurs gadgets éphémères sont faits au prix de l'empoisonnement de l'environnement, d'une atteinte aux communautés et du sacrifice des droits des employés », a dit Ma Jun, Directeur de l'Institut des Affaires Publiques et Environnementales.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Chen Quanguo élu secrétaire du Comité du PCC pour le Tibet
Nouvelles principales du 16 novembre
Les objectifs trans-Pacifique des Etats-Unis
Pourquoi les marques internationales adoptent-elles en Chine une attitude « à double critère »
Faut-il vraiment limiter les émissions de divertissement à la télévision ?