Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 30.11.2011 16h04
La Chine dépense 4,5 milliards de yuans pour protéger les sources des fleuves au Qinghai

La Chine a dépensé 4,55 milliards de yuans (713 millions de dollars) pour protéger les sources des fleuves Jaune, Yangtsé et Lancang, a déclaré mercredi Chen Yongle, chef du programme de la conservation des sources des trois fleuves du Qinghai.

Le programme de conservation écologique, lancé en 2005 avec un investissement de 7,5 milliards de yuans, vise à arrêter la dégradation de la région des sources des trois fleuves dans la province du Qinghai, a indiqué le responsable.

Cet investissement a permis de financer des projets comme l'interdiction de pacage, la conservation des pâturages, le relogement des habitants et le contrôle du climat, a précisé Chen Yongle.

La superficie des lacs situés dans la région a augmenté de 245 km², avec une hausse des rendements d'eau de 18,3% par rapport au niveau de 2004, a indiqué Li Xiaonan, chef adjoint du bureau de la conservation.

Selon Li Xiaonan, grâce aux efforts déployés pour restaurer la fragile zone humide du plateau Qinghai-Tibet, les fleuves sont capables de contenir davantage d'eau et l'état des pâturages dans la zone s'améliore.

La réserve naturelle des sources des trois fleuves est surnommée le "château d'eau" de la Chine. Couvrant une superficie de 395 000 km², la zone abrite de nombreuses espèces en voie d'extinction, comme l'antilope tibétaine, le yak et le léopard des neiges.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine élabore les grandes lignes de réduction de la pauvreté dans les zones rurales pour les dix prochaines années
Nouvelles principales du 29 novembre
Ce ne serait pas seulement le vaincu qui « paierait un prix cher » pour la guerre
L'immolation par le feu vue de la règle fondamentale du bouddhisme
La France désire être le « sonnailler » quant à l'ingérence dans la situation en Syrie