Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 06.12.2011 16h44
Une délégation du Parlement européen à la réunion onusienne sur le climat à Durban

Une délégation constituée de 15 députés européens participe cette semaine à la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques qui se tient actuellement à Durban, en Afrique du Sud, a annoncé lundi le Parlement européen dans un communiqué.

"Le Parlement européen est d'avis que l'avenir du protocole de Kyoto et le fonds pour le climat pour les pays en développement sont déterminants pour le succès ou l'échec du sommet de Durban", a déclaré le président de la délégation, Jo Leinen.

Se féliciant "des progrès accomplis durant la première semaine", M. Leinen a souligné que "cette semaine sera à présent décisive pour transformer ces éléments de base essentiels en accord international contraignant".

Dans leur programme sur la conférence de Durban, les députés aborderont les négociations avec la Commission et la présidence polonaise, et rencontreront leurs homologues d'autres parlements ( Japon, Afrique du Sud, et Mexique) ainsi que des représentants d'ONG locales et internationales, selon le communiqué.

Dans une résolution adoptée le 16 novembre, rappelle le communiqué, le Parlement européen a appelé l'UE à soutenir de manière "claire et sans équivoque" une nouvelle phase du protocole de Kyoto qui expirera bientôt, a oeuvré en faveur d'un accord visant à "concrétiser" le Fonds vert pour le climat, et a pris note des avantages économiques que l'UE retirerait si elle allait au-delà de l'objectif de 20% de réduction des émissions pour 2020.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Arrivée de deux pandas géants en Grande-Bretagne
Il nous faut observer avec sang-froid l'escalade du tapage anti-chinois déclenché par Washington
La Chine se tourne aussi maintenant vers la fabrication de vin à Bordeaux...
Ce ne serait pas seulement le vaincu qui « paierait un prix cher » pour la guerre