Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 06.12.2011 16h47
Paris et 45 communes d'Ile-de-France lancent le projet Autolib'

Le maire de Paris Bertrand Delanoë a donné lundi matin le coup d'envoi du service Autolib'. Une inauguration en présence des élus des 45 autres communes adhérentes au syndicat mixte Autolib', de Jean-Paul Huchon, président du conseil régional d'Ile-de-France et de Vincent Bolloré, président du groupe Bolloré.

"Autolib' est un investissement pour une ville plus agréable à vivre", a déclaré le maire de Paris, ajoutant que le véritable progrès est de donner la liberté de choix de son mode de transport au citadin. S'abonner à Autolib' est d'ailleurs moins cher que de dépenser 5000 euros par an pour l'entretien d'une voiture", a-t-il rappelé.

Depuis l'inauguration, 250 stations et 250 autos sont disponibles pour les premiers usagers de ce service public innovant sans équivalent dans le monde.

Ecologique et silencieux, il s'inscrit d'emblée à l'échelle métropolitaine avec 46 communes partenaires. Chaque mois, de nouvelles voitures seront installées pour atteindre 3000 voitures et 1200 stations en mai prochain.

Le maire de Paris s'est dit confiant concernant "l'autorisation d'installer des stations Autolib' dans les parkings en sous-sol", après des tests réalisés récemment.

En proposant ce nouveau service public, Paris et les 45 communes d'Île-de-France réunis dans le syndicat mixte Autolib' se lance dans une aventure "révolutionnaire" selon le terme utilisé par Bertrand Delanoë. L'idée d'un service public qui incite à renoncer à sa voiture en offrant l'usage ponctuel de véhicules disponibles, peu chers et écologiques est effectivement une première mondiale.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Arrivée de deux pandas géants en Grande-Bretagne
Il nous faut observer avec sang-froid l'escalade du tapage anti-chinois déclenché par Washington
La Chine se tourne aussi maintenant vers la fabrication de vin à Bordeaux...
Ce ne serait pas seulement le vaincu qui « paierait un prix cher » pour la guerre