Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 18.01.2012 10h05
OMM : les fréquences radioélectriques sont d'une importance capitale pour les prévisions météorologiques

L'Organisation Météorologique Mondiale (OMM) a déclaré mardi à Genève que les bandes de fréquences radioélectriques qu'utilisent 24 heures sur 24 les services météorologiques sont d'une importance capitale pour les prévisions météorologiques, les alertes en cas de catastrophe et la surveillance du climat.

La Conférence mondiale des radiocommunications se tiendra à Genève du 23 janvier au 17 février 2012. Elle est chargée d' examiner et réviser le Règlement des radiocommunications, c'est-à- dire le traité international qui régit l'usage du spectre des fréquences radioélectriques.

Les Services météorologiques et hydrologiques nationaux (SMHN) sont chargés de diffuser en temps voulu des messages d'alerte en cas de catastrophe naturelle et environnementale imminente et d' établir des prévisions climatiques et des évaluations des ressources mondiales en eau.

"Ces services dépendent des observations de la planète, de l' atmosphère et des océans. Les fréquences radioélectriques sont indispensables aussi bien pour recueillir ces données d' observation que pour les diffuser dans la société", a indiqué l' OMM.

"La pression croissante dont fait l'objet le spectre radioélectrique de la part des technologies sans fil et autres applications pourrait nuire aux observations de la Terre, à la diffusion d'alertes précoces en cas de catastrophe naturelle et aux efforts consentis pour comprendre et prévoir les changements climatiques", stipule l'organisation météorologique.

"Une gestion rationnelle des fréquences radioélectriques attribuées est indispensable pour garantir la qualité et la fiabilité des prévisions météorologiques et connexes", a déclaré le secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud.

La mise au point de nouvelles applications radioélectriques et technologies sans fil à grande diffusion et à valeur ajoutée fait peser une pression croissante sur les bandes de fréquences à usage météorologique, avec le risque potentiel de limiter les applications météorologiques à l'avenir.

"Si certaines des bandes de fréquences actuellement attribuées à des fins météorologiques devaient servir à d'autres applications radioélectriques incompatibles avec un usage météorologique, elles pourraient devenir inutilisables pour les systèmes de prévision du temps, du climat et/ou des catastrophes. De ce fait, il deviendrait extrêmement difficile, voire impossible, d'établir les prévisions correspondantes", a affirmé M. Jarraud.

Les réseaux de radars météorologiques jouent un rôle essentiel en matière de protection dans les stratégies d'alerte en cas de catastrophes dues à des crues soudaines ou à des fortes tempêtes. La mise à disposition d'un spectre de fréquences suffisant et bien protégé pour les services d'exploration de la Terre par satellite et de météorologie satellitaire est essentielle car la densité croissante des dispositifs terrestres peut provoquer des interférences graves comme cela a déjà été le cas dans le passé.

Le 16e Congrès météorologique mondial, tenu en mai 2011 à Genève, "a reconnu que la protection des fréquences servant à la météorologie revêt un intérêt direct et vital pour la communauté météorologique internationale et réitéré tout son soutien aux activités consacrées aux fréquences radioélectriques. Il a préconisé de poursuivre l'examen permanent des questions réglementaires et techniques relatives aux fréquences radioélectriques réservées aux activités météorologiques et environnementales connexes d'exploitation et de recherche".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Sélection du Renminribao du 17 janvier
Nouvelles principales du 17 janvier
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?