Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 28.11.2011 11h14
Ensemble à Durban pour parler du changement climatique, en pensant à 2015

Le cinquième rapport d'évaluation du Panel Intergouvernemental sur le Changement Climatique émettra un nouveau rapport sur le changement climatique en 2014, qui aura besoin de temps pour être accepté et signé par toutes les parties. L'Australie et la Norvège prévoient que ce sera en 2015, avant qu'un accord contraignant sur les réductions d'émissions entre en vigueur.

En 2010, la Chine a dépassé le Japon pour devenir la deuxième plus grande économie du monde derrière les Etats-Unis. Si cette tendance se poursuit, la position de la Chine dans les négociations sur le changement climatique va finir par devenir floue et pourrait en fin de compte passer de celle d'un pays en développement à celle d'un pays développé.

Ce changement de rôle veut dire que la proposition actuelle de la Chine pour les pays développés s'appliquera à elle-même après 2015. Du fait de cette position unique, il sera alors demandé à la Chine d'assumer des responsabilités de leader dans la gestion du changement climatique. De fait, les promesses faites par la Chine dans le cadre de la coopération Sud-Sud sur le changement climatique ont montré qu'elle a déjà accepté ce nouveau rôle.

Au bout du compte, un accord en 2015 a pour signification un temps supplémentaire accordé aux pays développés pour ajuster leur position, une lutte qui continue pour les pays en développement, et des progrès qui prennent du retard pour le monde entier. Cependant, pour un nouveau troisième groupe –les économies émergentes comme la Chine et l'Inde- la pression a redoublé, du fait de leurs responsabilités de leaders.

L'auteur est Directeur de l'Institut pour les Etudes Urbaines et Environnementales à l'Académie Chinoise des Sciences Sociales.

The role change means China's current proposal for developed countries will be applied on itself after 2015. In this unique position, China will be asked to assume leadership responsibilities in addressing climate change. In fact, China's promises made in the South-South cooperation on climate change have demonstrated that the country has already accepted its new role.

In the end, an agreement in 2015 means extra time to adjust for developed countries, continued struggle for developing countries, and a progress delayed for the world. Yet for a new third group – the emerging economies such as China and India – pressures have doubled with leadership responsibilities.

The author is the director of the Institute for Urban and Environmental Studies, Chinese Academy of Social Sciences.

(This post was written in Chinese and translated by Zhou Jing)


[1] [2]

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Les ministres de la Défense de la Chine et du Ghana souhaitent renforcer les liens militaires entre les deux pays
Nouvelles principales du 25 novembre
Routes chinoises : à quand la fin du massacre ?
L'entrée de la Chine à l'OMC il y a dix ans fut une decision juste
La liste des écrivains riches ne cache pas la vie modeste d'écrivains en Chine