100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
FrançaisMise à jour 08.11.2010 15h51
Nouveau mandat et des défis énormes pour le président tanzanien (ANALYSE)

Le président réélu tanzanien, Jakaya Kikwete, a prêté serment samedi dans une cérémonie grandiose à Dar-es-Salaam alors que des défis énormes devraient marquer son second et dernier mandat présidentiel selon l'actuelle constitution tanzanienne.

POUVOIR EN PLACE

Lors de son discours pendant la cérémonie d'investiture, M. Kikwete a appelé à la construction de la paix, de l'unité et de la solidarité après la fin du scrutin en Tanzanie.

Le candidat de l'Union présidentielle du parti révolutionnaire, Chama Cha Mapinduzi, vieux de 60 ans, a obtenu quelque 5,28 millions, soit 61,17% des voix, selon la Commission nationale électorale tanzanienne vendredi.

Son plus proche adversaire, Wilbrod Slaa, dirigeant du parti d'opposition Chama cha Demokrasia na Maendeleo (Chadema) --Parti pour la démocratie et le progrès -- a quant à lui obtenu 2,27 millions de voix, soit 26,34% lors du scrutin présidentiel.

Même s'il demeure une grosse marge entre les scores de MM. Kikwete et Slaa, les chiffres sont toutefois moins importants que ceux de l'élection présidentielle de 2005 remportée par le président sortant avec 80,23% face à Ibrahim Lipumba du Front civique uni (CUF), qui avait obtenu 11,61%.

Consolider le pouvoir en place du parti révolutionnaire au pouvoir, Chama Cha Mapinduzi (CCM), pour créer la bonne gouvernance et le progrès social est l'un des gros défis auxquels est confronté le futur gouvernement de M. Kikwete, selon les analystes.

AMELIORATION DES CONDITIONS DE VIE

La croissance économique en Tanzanie a enregistré une hausse en 2008 de 7,4% avec une moyenne de plus de 7% pour les trois premières années de la présidence de M. Kikwete depuis 2005.

En dépit des effets négatifs de la crise économique mondiale, l'économie tanzanienne a réussi à enregistrer une croissance de 6% grâce au plan de relance économique d'un montant d'1,7 trillions de shillings tanzaniens (environ 1,3 milliards de dollars américains) annoncé par M. Kikwete en juin 2009.

Le gouvernement tanzanien a développé le secteur agricole, puisque 75% des Tanzaniens vivent dans les zones rurales et dépendent du travail de la terre.

En 2006, le gouvernement tanzanien a lancé un programme de 2,1 milliards de dollars de développement du secteur agricole conçu pour aborder de manière holistique les défis du secteur. Ce programme fait suite à un autre, Kilimo kwanza (Agriculture d'abord) visant à moderniser le secteur agricole à travers une implication plus grande du secteur privé.

De nombreux progrès ont été effectués dans les secteurs de l'éducation, de la santé et des infrastructures ces cinq dernières années. Toutefois, près du tiers de la population continue de vivre en deça du seuil de la pauvreté, selon les statistiques gouvernementales.

Permettre au citoyen ordinaire de partager les fruits de la croissance économique et réduire la pauvreté ont été identifié comme un autre défi pour M. Kikwete et son gouvernement au cours des cinq prochaines années.

INFLUENCE INTERNATIONALE

M. Kikwete a réussi à améliorer la situation de son pays, à renforcer la présence de la Tanzanie sur la scène mondiale et a un rôle significatif à jouer sur le plan région ces cinq dernières années.

En tant que président en exercice de l'Union africaine en 2008, M. Kikwete a été une figure essentielle dans les discussions de paix qui ont abouti à une résolution d'un violent conflit politique chez le voisin kenyan.

Sur l'intégration de l'Afrique de l'Est, la phase du Marché commun du processus d'intégration commence à partir du 1er juillet 2010 après la mise en place en 2005 d'une union douanière au sein de la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC) comportant cinq Etats membres: la Tanzanie, le Kenya, l'Ouganda, le Burundi et le Rwanda.

Toutefois, la Tanzanie a été classé au début de cette année 113ème sur 136 pays, soit un recul de 13 places par rapport à précédente position dans le dernier rapport de compétitivité à l'échelle mondiale publié par le Forum économique mondial.

En outre, la Tanzanie a cédé quatre places pour se situer au 128ème rang sur un total de 183 pays sur l'Indice d'appréciation du climat des affaires, Doing Business 2010, publié par la Banque mondiale et sa branche International Finance Corporation (Société financière internationale).

En tant que le plus grand pays, le plus peuplé et la deuxième économie de la région, qui abrite par ailleurs le siège de l'EAC à Arusha dans le nord-est, la Tanzanie ne peut pas se permettre de perdre l'influence internationale.

Ces élections présidentielles, législatives et locales sont les quatrièmes du genre depuis le retour du multipartisme en 1992 dans le pays d'Afrique de l'Est, dont la population s'élève actuellement à plus de 40 millions d'habitants.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Guangzhou envisage d'annuler son service de transport gratuit face à l'affluence de nombreux voyageurs pour les Jeux asiatiques
Entretien entre les présidents chinois et portugais
La Chine et la réalité : choses vues et entendues par un journaliste chinois en Europe
La Chine doit garder la tête froide au sujet de sa 3ème place au FMI
Le partenariat stratégique global sino-français entre dans une nouvelle phase (PAPIER GENERAL)
Les liens sino-européens ont besoin d'esprits ouverts
L'exploitation des terres rares coûte cher à la Chine