100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 17.11.2010 16h58
Madagascar : le principe de la laïcité de l'Etat renforcé dans le nouveau projet de constitution (SYNTHESE)

Par rapport à la constitution de la troisième République, le principe de la laïcité de l'Etat a été renforcé dans le nouveau projet de constitution qui est mis en examen ce mercredi sur tout le territoire national malgache.

Dans l'article 1, le mot "laïc" a été ajouté en fin de la phrase si ce n'était pas le cas dans la Constitution de la troisième République modifiée en 1998 et 2007.

De plus, dans l'article 2, il a été stipulé que "l'Etat affirme sa neutralité à l'égard des différentes religions". La laïcité de la République repose sur le principe de la séparation des affaires de l'Etat et des institutions religieuses et de leurs représentants.

L'Etat et les institutions religieuses s'interdisent toute immixtion dans leurs domaines respectifs. Aucun Chef d'Institution ni membre de Gouvernement ne peuvent faire partie des instances dirigeantes d'une Institution religieuse, sous peine d'être déchu par la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) ou d'être démis d'office de son mandat ou de sa fonction. "L'Etat ne subventionne ni finance les institutions religieuses". Cet article a été nouvellement ajouté dans ce projet de constitution.

Ces notions de laïcité sont également renforcées dans les conditions d'éligibilité des gouvernants, dans l'article 64 qui précise que "les fonctions de membre du Gouvernement sont incompatibles avec l'exercice de tout mandat public électif, de toute fonction de représentation professionnelle, de l'exercice de toute fonction au sein d'institutions religieuses, de tout emploi public ou de toute autre activité professionnelle rémunérée".

Néanmoins, dans le préambule, en alinéa 2, le projet de constitution affirme sa croyance en Andriamanitra Andriananahary (littéralement traduit: Dieu) alors que l'ancienne prévoyait la multiplicité des croyances qui pourraient être Dieu pour les chrétiens, Allah pour les musulmans, Bouddha pour les bouddhistes, etc.

Notons que ce référendum est la solution pour sortir Madagascar de la crise politique qui secoue le pays depuis décembre 2008, selon l'autorité de fait actuelle. Le 17 mars 2009, Andry Rajoelina a pris le pouvoir par la force et depuis il dirige le pays en tant que président de la Haute Autorité de Transition (HAT) malgache.

Les anciens présidents dont Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Zafy Albert et leurs partisans s'opposent à ce référendum projeté par la Haute Autorité de Transition (HAT) et ont déclaré par leur porte-parole qu'ils vont boycotter ce référendum en le considérant comme inexistant.

Rappelons que Madagascar a connu jusqu'ici trois républiques depuis le 14 octobre 1958 : la première République malgache a commencé le 14 octobre 1958 avec le Président Philibert Tsiranana, la deuxième République le 21 décembre 1975 avec le Capitaine de Frégate Didier Ratsiraka et la troisième République du 27 mars 1993 avec le Professeur Albert Zafy.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'acuponcture et l'opéra de Beijing inscrits sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité
La Chine restreint l'achat des logements pour les individus et les institutions étrangers
Deux Europes dans la crise de la protection sociale
Sarkozy forme un nouveau gouvernement en préparation de la présidentielle (ANLAYSE)
Ce que cherche à obtenir Nicolas Sarkozy en France et dans le monde
Le sourire de Barack Obama à l'Inde est-il juste de pure forme ?
La Chine doit garder la tête froide au sujet de sa 3ème place au FMI