100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 17.11.2010 16h59
Madagascar : avoir 35 ans pour être éligible comme président de la République

Le nouveau projet de constitution malgache modifie l'âge minimum des candidats à 35 ans, pour être éligible comme président de la République.

Dans la constitution de la troisième République, l'âge requis pour être candidat est de 40 ans si ce nouveau projet n'exige que 35 ans.

A part le changement apporté sur l'âge, le nouveau projet de constitution ajuste quelques modifications sur les attributions et fonctions du président de la République.

Il a été mentionné dans la constitution de la troisième République que "le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans. Il est rééligible deux fois" (article 45), alors que dans le nouveau, "il est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois".

Il est ajouté aussi dans l'article 49 de l'ancienne que les fonctions de Président de la République sont incompatibles avec "l'exercice de responsabilité au sein d'une institution religieuse. Toute violation des dispositions du présent article, constatée par la Haute Cour Constitutionnelle, constitue un motif d'empêchement définitif du Président de la République".

Dans l'ancien texte, et selon l'article 98, "le Président de la République peut dissoudre l'Assemblée Nationale pour des causes déterminantes. Il ne peut être procédé à une nouvelle dissolution dans les douze mois qui suivent les élections" alors que dans le nouveau, ce délai est de 24 mois, soit deux ans.

Un autre article a été ajouté à ce nouveau projet de constitution à propos de la démission du Président de la République de son poste s'il serait candidat au prochain mandat. Selon l'article 46, "le Président de la République en exercice démissionne de son poste soixante jours avant la date du scrutin présidentiel. Dans ce cas, le Président du Sénat exerce les attributions Présidentielles courantes jusqu'à l'investiture du nouveau Président. Dans le cas où le Président du Sénat lui-même se porte candidat, les fonctions de Chef de l'Etat sont exercées par le Gouvernement, collégialement".

Selon le juriste Sahondra Rabenarivo, ce dispositif a un avantage pour limiter l'utilisation des moyens de l'Etat pour faire la campagne présidentielle au cas où le président en exercice a l'intention d'en abuser.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'acuponcture et l'opéra de Beijing inscrits sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité
La Chine restreint l'achat des logements pour les individus et les institutions étrangers
Deux Europes dans la crise de la protection sociale
Sarkozy forme un nouveau gouvernement en préparation de la présidentielle (ANLAYSE)
Ce que cherche à obtenir Nicolas Sarkozy en France et dans le monde
Le sourire de Barack Obama à l'Inde est-il juste de pure forme ?
La Chine doit garder la tête froide au sujet de sa 3ème place au FMI