100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 30.11.2010 08h09
Barroso affirme la volonté de l'UE de soutenir l'intégration et le commerce en Afrique

Le président de la commission européenne Jose Manuel Barroso a déclaré lundi que l' Union européenne (UE) était déterminée à aider les économies africaines à réaliser leur intégration économique et leur développement commercial, deux éléments qu'il a qualifié de " puissants catalyseurs pour la paix, la stabilité, la croissance, l' emploi et la prospérité".

"La Commission européenne est déterminée à aider les économies africaines à éliminer les goulots d'étranglement qui entravent l'intégration et le commerce, tels que les considérations d'infrastructures, d'interconnexion, de services et de réglementation aux niveaux national ou régional", a-t-il déclaré lors de la cérémonie d'ouverture du sommet Afrique-UE à Tripoli, capitale de la Libye.

"L'intégration régionale est un vecteur essentiel de la croissance économique et cela est aussi vrai en Europe qu'en Afrique", a-t-il dit.

Actuellement, un dixième seulement des échanges commerciaux de l'Afrique sont internes au continent lui-même.

"Les communautés économiques régionales sont les véritables moteurs de ce processus, et nous suivons avec un grand intérêt les efforts actuels pour rationaliser et harmoniser leurs programmes, comme l'Initiative tripartite en Afrique orientale et australe", a- t-il ajouté.

En réponse à des accusations selon lesquelles les Accords de partenariat économique (APE) entre l'UE et les pays africains freineraient l'intégration régionale sur le continent en réduisant leurs liens économiques, M. Barroso a déclaré qu'il considérait ces accords comme un moyen de soutenir le développement socio- économique, l'intégration régionale et l'intégration de l'Afrique à l'économie mondiale.

"Toutefois, l'accès au marché ne suffit pas à lui-seul. Les contraintes au niveau de l'offre doivent être résolues pour permettre aux pays africains de bénéficier des opportunités commerciales, et cela vaut en particulier pour le manque d' infrastructures, et c'est un point auquel nous accordons un haut niveau de priorité dans nos relations avec l'Afrique", a-t-il dit.

Ce sommet de deux jours, qui rassemble les chefs d'État et de gouvernement, ou leurs représentants, des 27 pays membres de l'UE et de 53 pays d'Afrique, doit être l'occasion pour ces deux continents de discuter d'une intensification de leur coopération comme prévu dans la Stratégie commune UE-Afrique lancée à Lisbonne en 2007.

"L'objet de la Stratégie commune UE-Afrique n'est pas ce que l'Europe peut faire pour l'Afrique ni ce que l'Afrique peut faire pour l'Europe. L'objet de la Stratégie commune UE-Afrique c'est ce que peuvent faire ensemble 80 pays représentant un milliard et demi d'habitants", a dit M. Barroso.

Il s'est également dit profondément engagé à renforcer ce partenariat stratégique avec l'Afrique, exprimant son espoir que celui-ci fleurirait au cours des années à venir.

"Il y a un vieux proverbe en Afrique qui dit, si tu veux aller vite, il faut marcher seul. Mais si tu veux aller loin, il faut marché avec d'autres, tous ensembles. Travaillons ensemble pour la paix, pour la démocratie, et pour le développement", a-t- il ajouté.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine propose des concertations d'urgence entre les chefs des délégations des pourparlers à six
Le PM chinois fait des propositions pour renforcer la coopération pratique de l'OCS
Le changement climatique est plus qu'un problème de négociations
Pour quelle raison le repas à la française a été inscrit sur la liste du patrimoine intangible ?
S'internationaliser peut parfois être une affaire délicate
Le sentiment de bonheur personnel est aussi de la responsabilité du gouvernement
La tension monte après les échanges d'artillerie entre les deux Corées