Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 07.12.2010 08h42
Inquiétude au Sénégal après la saisie au Nigéria d'armes destinées à la Gambie (SYNTHESE)

La crise en Casamance, région sud du Sénégal en proie à une rébellion indépendantiste depuis plus de 20 ans, explique selon les observateurs, l'inquiétude des autorités sénégalaises dans l'affaire du navire provenant d'Iran, arraisonné le 21 octobre dernier au Nigéria et transportant une importante cargaison d'armes lourdes à destination de la Gambie.

De retour d'un voyage en Arabie, ce dimanche, le chef de l' Etat sénégalais Abdoulaye Wade s'est dit "perturbé" par cette affaire.

"J'étais très perturbé par cette affaire car la Gambie n'a pas cet espace pour recevoir ces armes lourdes, avec notamment des fusées de longue portée. Dans ce cas, il valait mieux prendre des précautions malgré les assurances du ministre iranien des Affaires étrangères", a déclaré le président sénégalais.

Bien avant, la présidence avait exprimé sa préoccupation dans un communiqué en date du 23 novembre. Dans ce document, le porte- parole du président Wade, Sérigne Mbacké Ndiaye, avait indiqué que "le Sénégal exprime sa grave préoccupation devant cette opération de trafic d'armes prohibées par la communauté internationale.."

"Dès qu'il apprit la nouvelle, a-t-il déclare, le président Abdoulaye Wade dépêcha, le ministre des Affaires étrangères Me Madické Niang à Lagos pour obtenir des informations".

Il a aussi été demandé au ministre des Affaires étrangères de s' approcher des autorités iraniennes pour obtenir des explications sur cette cargaison "qui ne pouvait être qu'une menace à la paix de la sous-région", selon les autorités sénégalaises.

Selon beaucoup d'observateurs, l'inquiétude des autorités Sénégalaise est due à la crise qui perdure dans la région sud du pays, frontalière de la Gambie (destination de la cargaison).

"Depuis le début du conflit casamançais, la seule question que tous se posent est, d'où provenaient les armes et les munitions du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance" (MFDC, indépendantiste), analyse le journaliste Ibrahima Gassama, observateur de la crise casamançaise.

Selon ce journaliste actuellement directeur d'une Radio privée à Ziguinchor, plusieurs facteurs confortent dans cette affaire les arguments de ceux qui soupçonnent les pays voisins. Il y a d'abord, explique-t-il "la proximité de la Casamance avec ces deux pays voisins que je ne citerai pas (Gambie et la Guinée Bissau : Ndlr) et qui ont toujours servi de base arrière au MFDC. Ce qui fait dire que certains de ces pays faciliteraient un peu le trafic d' armes vers la Casamance."

Le politologue Babacar Justin Ndiaye souligne aussi la position géographique de la Gambie par rapport au Sénégal.Selon lui "si Dakar réagit vivement dans cette affaire, c'est parce que la Gambie se trouve dans l'estomac même du Sénégal.. ".

La Gambie est une ancienne colonie britannique enclavée en territoire sénégalais (entre le Nord et le Sud du Sénégal). La Gambie a mis un terme à ses relations avec l'Iran depuis l' éclatement de cette affaire.

Dans un communiqué, le ministre des affaires étrangères de ce pays a ordonné aux responsables iraniens en Gambie de quitter le territoire.

Analysant cette réaction de la Gambie, Babacar Justin Ndiaye explique que "soit la Gambie ne veut pas être prise la main dans le sac et à trouvé dans la rupture de ses relations diplomatiques avec l'Iran une manière de se démarquer de cette affaire soit son président Yaya Jammeh (au pouvoir depuis 1994 à la suite d'un Coup d'Etat) est contrarié par la saisie de la cargaison."

Pour le moment, le dossier est entre les mains du Conseil de sécurité des Nations unies qui a été saisi par le Nigéria.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Trois satellites Glonass russes s'écrasent dans l'océan Pacifique
La Russie et le Qatar respectivement désignés pays hôtes du Mondialde 2018 et 2022
L'UE doit davantage tenir compte des plaintes et des demandes de l'Afrique
Les enseignants doivent-ils vraiment se mettre à genoux devant leurs étudiants ?
"Sommet de Hambourg" : l'Europe doit-elle embrasser le dragon chinois ?
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?
Le changement climatique est plus qu'un problème de négociations