Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 15.12.2010 08h08
L'Assemblée nationale gambienne approuve un rapport sur le rôle des parlements dans la prévention de crise

Les législateurs de l'Assemblée nationale de la Gambie ont étudié et adopté à l'unanimité le rapport issu d'un séminaire régional sur le renforcement du rôle des parlements dans la prévention de crise et la relance économique en Afrique de l'ouest.

Le rapport a été soumis à l'Assemblée nationale gambienne par le membre de l'Assemblée national du district de Niamina Dankunku, Essa Saidykhan, qui a annoncé que l'objectif du séminaire était de réfléchir sur les activités antérieures du développement de la capacité dans les domaines de la prévention, de la violence armée et de la sécurité communautaire.

Les participants au séminaire ont souligné que le renforcement des parlements de l'Afrique de l'ouest en les considérant comme une institution entière est un "outil important" pour la prévention de crise, qui permettra aux parlements de différents pays d'assurer leurs fonctions de surveiller, légiférer et représenter, et de traiter des questions de la prévention de crise et de la relance économique, par exemple la création des comités parlementaires pour la paix, l'adoption des lois contre la violence basée sur la sexe conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies, a-t-il précisé.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : l'APN va continuer ses discussions sur un amendement au Code pénal
Editorial du «Quotidien du peuple»: inauguration du 12e plan quinquennal
Le football, symbole du combat de l'Afrique pour sa reconnaissance dans le monde (REPORTAGE)
Pourquoi y a-t-il moins d'embouteillages à Paris qu'à Beijing ?
« La plupart des Nations » s'opposent à la remise du Prix de la Paix à Liu Xiaobo
La plupart des membres de la communauté internationale ne soutiennent pas la décision erronée du jury du prix Nobel de paix
La France mène une diplomatie des « commandes » et les nouveaux pays émergents en sont la cible