Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 27.12.2010 08h39
Côte d'Ivoire : les autorités traditionnelles s'impliquent dans le règlement de la crise (SYNTHESE)

Les autorités traditionnelles africaines et ivoiriennes s'impliquent de manière progressive dans le règlement de la crise post-électorale qui sévit dans le pays depuis le second tour de l'élection présidentielle du 28 novembre.

Le forum des sultans, rois, princes et chefs traditionnels d'Afrique a ainsi pris son bâton de pèlerin pour établir une médiation entre Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara, les deux protagonistes de la crise.

Lors de la rencontre du forum vendredi avec Laurent Gbagbo, le secrétaire permanent de la structure Jean Gervais Tchiffi Zié a rappelé qu'"il n'existe pas de problème sans solution."

"Nous sommes interpellés à cause des morts qu'il y a eu. Il faut un peuple à gouverner, or c'est ce peuple qui est en train de mourir", a déploré M. Tchiffi Zié à l'issue de la rencontre.

"Nous nous donnons un temps pour discuter individuellement avec MM Gbagbo et Ouattara, et ensuite nous allons les mettre d'accord", a-t-il promis.

Au plan national, des leaders traditionnels ont aussi pris la résolution de s'investir dans la recherche de la paix.

Le chef du village de Duékoué, Tih Kpao, a ainsi organisé dans la région plusieurs séances d'échanges avec les partisans de Laurent Gbagbo et ceux d'Alassane Ouattara afin de prôner la cohésion et la sauvegarde de l'intérêt national.

Le chef de terre de Bouaké (centre, fief de l'ex rébellion) nanan Kouakou Nguessan a également plaidé dans sa région pour une cohabitation pacifique entre pro-Gbagbo et pro-Ouattara, et un règlement pacifique de la crise.

"Le pays souffre. Il est du devoir de la chefferie traditionnelle de mener des actions auprès de la jeunesse et auprès des deux principaux leaders pour le retour au calme et le dénouement sans violence de la situation", a estimé pour sa part le chef central de Yamoussoukro Nanan Augustin Boigny Ndri 3.

La Côte d'Ivoire se trouve plongée dans une crise post- électorale depuis le second tour de l'élection présidentielle.

Le scrutin s'est soldé par un bicéphalisme à la tête du pays avec les candidats Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara se déclarant tous deux président légitime de la Côte d'Ivoire.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine appelle au dialogue sur le dossier de la Péninsule coréenne
La Chine rejette les critiques du Vatican sur ses affaires religieuses
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse
Pourquoi le « Made in China » est plus cher