Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 27.12.2010 15h45
La situation politique en Afrique a tendu à se stabiliser en 2010

En 2010, la situation dans la plupart des pays de l'Afrique sub-saharienne a tendu à se stabiliser sur le plan politique et l'économie a connu une reprise stable. L'intégration économique a progressé de façon notable. Cependant, la situation demeure très fragile dans certains pays, le développement économique y connaît des difficultés.

L'année 2010 avait été décrétée par l'Union africaine comme “l'année de la paix et de la sécurité pour l'Afrique”. L'Union africaine, la Communauté de développement d'Afrique australe (CODEAA), la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO)ont procédé à d'importantes activités de médiation pour le gouvernement de coalition du Zimbabwe, la crise politique de Madagascar et pour les élections présidentielles reportées en Guinée et en Côte d'Ivoire. La situation politique dans ces pays s'est maintenue relativement stable, bien qu'elle n'ait pas trouvé de solution finale.

Sur le problème de la guerre civile en Somalie qui a duré près de 20 ans, l'Union africaine a appelé l'ONU à intensifier ses efforts pour y intervenir et a augmenté le nombre des forces de maintien de la paix qu'elle a envoyées ensuite dans ce pays. Ce qui a aidé le gouvernement transitoire de Somalie à venir à bout de multiples crises.

En 2010, des élections présidentielles ont eu lieu au Togo, au Burundi, au Rwanda, en Tanzanie, au Burkina faso, en Guinée et en Côte d'Ivoire. Au Togo, au Burundi, au Rwanda, en Tanzanie, et au Burkina faso, les présidents actuels ont tous été réélus sans à-coups. En Guinée, malgré des conflits et de la violence survenus avant et après les élections, ce pays a fini par avoir réellement organisé ses premières élections démocratiques depuis 1958.

Cependant, la situation demeure fragile en Somalie, appelée la «corne d'Afrique ». «les islamites somaliens d'Al Shabab», organisation armée et anti-gouvernementale ayant des liens avec Al-Qaida, a lancé en juillet des attentats terroristes contre l'Ouganda, ajoutant de nouveaux facteurs d'insécurité à la paix en Afrique.

Les élections présidentielles en Côte d'Ivoire n'ont pas mis fin à une crise politique de 8 ans. Luolang • Babo et Alasanei • Watala ont prêté serment politique chacun de leur côté un même jour. A l'heure actuelle, la situation politique dans ce pays d'Afrique de l'ouest menace d'éclater à la moindre occasion.

Selon un récent rapport publié par le Fonds monétaire international (FMI), les pays d'Afrique sub-saharienne pourraient connaître cette année une croissance économique générale de 5% et atteindre une croissance de 5,5% en 2011. Si cette prévision devient réalité, cela signifie que l'économie africaine a réussi à sortir des ombres de la crise financière mondiale.

Bien que la situation économique s'améliore dans son ensemble, les pays africains sont marqués par une forte disparité de leur puissance économique. Parmi les 47 pays d'Afrique sub-saharienne, l'Afrique du Sud, le Nigeria, l'Angola, l'Ethiopie et le Kenya sont économiquement plus développés. Le montant total du PIB de ces 5 pays réunis représente les deux tiers du PIB régional, tandis que le Botswana, le Zimbabwe, le Tchad, l'Erythrée, dont les bases économiques sont relativement faibles, connaissent de plus nombreuses difficultés dans leur processus de reprise économique.

D'un point de vue général, les ouvrages d'infrastructure arriérés sont des facteurs restrictifs pour le développement de l'économie africaine : des aéroports, des ports, des routes et des chemins de fer, de même que des télécommunications et une alimentation en électricité arriérée y limitent les investissements étrangers dans ce continent.

En juillet 2010, le Kenya, la Tanzanie, l'Ouganda, le Rwanda et le Burundi, les cinq pays de la Communauté d'Afrique de l'Est, ont créé un marché commun. Ce qui aidera à promouvoir le commerce régional, à attirer les investissements et à augmenter la concurrence économique de la région.

A la fin du mois d'octobre de cette année, la Communauté d'Afrique de l'Est, la Communauté de développement d'Afrique australe (CODEAA) et le marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA) ont tenu à Nairobi un sommet tripartite et sont parvenus à un consensus de vues sur les mesures à adopter pour promouvoir le développement du commerce régional et sur la coordination des projets de construction des ouvrages d'infrastructure.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine appelle au dialogue sur le dossier de la Péninsule coréenne
La Chine rejette les critiques du Vatican sur ses affaires religieuses
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse
Pourquoi le « Made in China » est plus cher