Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 14.01.2011 13h51
Tunisie: le chef de l'ONU appelle "à la retenue" sur fond d'escalade d'affrontements violents

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon est "préoccupé" de l'escalade des affrontements violents opposant les forces de sécurité et les manifestants, lesquels ont fait au moins 21 morts en Tunisie, et a appelé à faire preuve de "retenue", a annoncé un porte-parole de l'ONU jeudi à New York, au siège de l'ONU.

La Tunisie a été le théâtre, durant plus de trois semaines, d'affrontements au cours desquels des manifestants ont violemment protesté contre la flambée des prix de la nourriture et du combustible et le taux de chômage élevé

"Le secrétaire général appelle à la retenue et exhorte toutes les parties à tenter d'aplanir les différents par le biais du dialogue", a affirmé Martin Nesirky, le porte-parole de l'ONU, lors d'une conférence de presse quotidienne.

"Il souligne l'importance du respect total de la liberté d'expression", a ajouté M. Nesirky.

La Haute commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pilla, a appelé mercredi le gouvernement tunisien à exiger des forces de sécurité qu'elles cessent de recourir de manière excessive à la force contre les manifestants.

Mercredi, le ministère tunisien de l'Intérieur a annoncé la mise en place du couvre-feu dans les gouvernorats du Grand de Tunis, à partir de 20h00 (19H00 GMT) mercredi jusqu'à 05H30 (04H30) jeudi, après que la capitale ait connu une recrudescence de violences.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine soutient une plus grande représentation des pays en développement dans le Conseil de sécurité de l'ONU
1,5 million de Chinois participent à l'Examen national d'entrée de 3eme cycle
Flatter la Chine sur le « rachat de l'Europe »
La Chine contribue à soulager la crise de la dette européenne
Les étrangers connaissent-ils réellement la Chine ?
Comment les Français imaginent la Chine ?
Les excédents commerciaux de la Chine sont gonflés par des méthodes d'évaluation obsolètes