Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 17.01.2011 08h19
Le peuple tunisien attend prudemment une issue pacifique à la crise (PAPIER D'ANGLE)

Deux jours après le départ du président Zine el-Abidine Ben Ali, l'incertitude règne en Tunisie.

Les tractations politiques se multiplient sans parvenir à dissiper les craintes du peuple tunisien, confronté aux vols et aux pillages, et qui craint un retour en arrière.

Toutefois, presque tous les Tunisiens reconnaissent que la journée de samedi a été historique, lorsque le chef du Parlement Foued Mebazaa a prêté serment comme président par intérim et que Mohamed Ghannouchi a été désigné pour former un gouvernement d'union nationale.

Depuis lors, les événements se sont succédé à une vitesse étonnante. La Tunisie semble être entrée dans une nouvelle ère.

Les acteurs politiques du pays ont naturellement insufflé une nouvelle dynamique dans le but de tourner la page et de se diriger vers la démocratie et l'unité nationale.

Au moment où Zine el-Abidine Ben Ali quittait le pays, le conseil constitutionnel proclamait la "vacance définitive du pouvoir" et nommait le président du Parlement Foued Mebazaa président par intérim, en vertu de l'article 57 de la Constitution, qui prévoit la tenue d'élections présidentielles et législatives dans un délai de 60 jours.


[1] [2]

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine soutient une plus grande représentation des pays en développement dans le Conseil de sécurité de l'ONU
1,5 million de Chinois participent à l'Examen national d'entrée de 3eme cycle
Flatter la Chine sur le « rachat de l'Europe »
La Chine contribue à soulager la crise de la dette européenne
Les étrangers connaissent-ils réellement la Chine ?
Comment les Français imaginent la Chine ?
Les excédents commerciaux de la Chine sont gonflés par des méthodes d'évaluation obsolètes