Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 20.01.2011 10h44
Madagascar : L'émissaire de la SADC optimiste sur la résolution de la crise politique (PAPIER GENERAL)

L'émissaire de la Communauté de développement de l'Afrique Australe (SADC), Dr. Léonardo Simao, qui est en visite à Madagascar depuis le 12 janvier se dit optimiste sur la résolution de la crise politique malgache.

« Les choses sont en bons chemins. Il y a un avancement avec la mouvance Ravalomanana qui a déjà commencé à discuter avec l'union démocrate républicain (UDR) », a dit Simao après son rencontre avec le Premier ministre du gouvernement de transition malgache le général Camille Vital, mercredi.

Les deux protagonistes de la crise politique malgaches, à savoir la mouvance de l'ancien président Marc Ravalomanana et l' UDR, un regroupement des dizaines de formations politiques qui supportent le président de la Haute Autorité de la Transition (HAT) , Andry Rajoelina, se sont réunis depuis quelques jours pour régler leur problème.

Simao a expliqué, « on travaille encore avec les représentants des associations et groupement politiques pour les mobiliser à participer aux institutions de transition ».

Il a indiqué que le seul objectif est de résoudre paisiblement la crise politique, qui s'est éclatée dans le pays depuis décembre 2008. « Il faut que les classes politiques, les peuples, les dirigeants et la communauté internationale soient rassurés que les élections se déroulent dans un climat de paix et de stabilité et que les résultats reflètent la volonté populaire».

Simao a révélé que des experts des Nations Unies vont arriver à Madagascar la semaine prochaine dans le cadre de la préparation des élections. Mais il a précisé que « les Nations Unies ne remplacent pas les institutions nationales, qui ont certaines obligations de prendre les décision ».

Dans le camp du parti au pouvoir, le Premier ministre du gouvernement de la transition Camille Vital a indiqué à la presse à l'issue de son rencontre avec l'émissaire de la SADC que le 8 janvier dernier, les formations politiques à Madagascar se sont réunis à la primatures pour voir ensemble si le report des dates des élections est nécessaires. « 80 à 85% des partis politiques ont demandé de reporter les élections législatives prévues le 16 mars prochain pour qu'ils peuvent s'y préparer. Et on l'a reportée à sine die ».

Pour le ministre des Affaires Etrangères, Hippolyte Ramaroson, à qui l'ancien président Ravalomanana a remis son pouvoir quand il a été contraint de démissionner le 17 mars 2009, « seul l' organisation des élections peut résoudre la crise et toutes les crises politiques dans le monde se résolvent dans la table de négociation. Nous sommes tous des malgaches ».

Aussi Mamy Rakotoarivelo, qui dirige actuellement la mouvance de l'ancien président Marc Ravalomanana, a dit que « la mouvance Ravalomanana et le parti Tiako i Madagasikara (un parti créé par Ravalomanana en 2002), sont pour la participation à une transition consensuelle et inclusive. Il ne s'agit pas d'intégrer le système actuel mais de veiller à ce que la consensualité et l'inclusivité soient de mise dans la conduite de la transition».

La crise politique à Madagascar a commencé en décembre 2008. Cette crise concernait seulement Ravalomanana et Rajoelina, quand il était maire d'Antananarivo, capitale de Madagascar. Mais depuis août 2009, la crise devient une contestation entre la mouvance Rajoelina d'une part et les trois mouvances dirigées par les anciens présidents Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Albert Zafy d'autre part.

Actuellement, beaucoup d'anciens bras droits Ravalomanana sont membres du parlement de la transition. La chambre basse du parlement de la transition, le congrès de Transition est dirigé actuellement par Raharinaivo Andrianatonandro, secrétaire général du parti Tiako i Madagasikara de Ravalomanana.

Pourtant, la SADC, à qui a confié la communauté internationale pour la médiation de la crise à Madagascar, demande que l' organisation des élections dans le pays soit acceptée par les chefs des mouvances, et ils y travaillent actuellement.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine poursuivra les exportations des terres rares, envisageant la mise en place de quotas annuels
La Chine soutient une plus grande représentation des pays en développement dans le Conseil de sécurité de l'ONU
Flatter la Chine sur le « rachat de l'Europe »
La Chine contribue à soulager la crise de la dette européenne
Les étrangers connaissent-ils réellement la Chine ?
Comment les Français imaginent la Chine ?
Les excédents commerciaux de la Chine sont gonflés par des méthodes d'évaluation obsolètes