Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 28.02.2011 15h52
Le Maroc, un des premiers bénéficiaires des subventions européennes (Synthèse)

L'année 2010 a été marquée au plan politique par la tenue à Grenade du premier sommet Maroc-UE et la création de la commission parlementaire mixte, assurant ainsi un pilotage politique à une relation bilatérale renforcée par le Statut avancé.

La signature de deux protocoles à l'Accord d'Association ouvre de nouveaux champs de coopération à travers la participation du Maroc aux programmes européens et la libéralisation du commerce des produits agricoles et de la pêche.

Enfin 2010 a permis la préparation d'un nouveau Plan d'Action UE-Maroc, qui sera finalisé en 2011 et permettra d'opérationnaliser la dynamique du Statut Avancé dans son ambition de rapprochement avec les normes européennes.

La coopération entre l'Union européenne et le Maroc a mobilisé, en 2010, environ 1 milliard 800 millions de dirhams de dons pour d'importants programmes au bénéfice des citoyens marocains. De nouveaux programmes destinés à la lutte contre l'analphabétisme, à l'agriculture solidaire, au désenclavement rural, à l'assainissement et à la dépollution ont également été lancés.

D'autre part, un nouveau programme de coopération UE-Maroc signé en juillet 2010 pour la période 2011-2013 portera le montant des subventions européennes à plus de 2 milliards de dirhams par an. Un programme de développement rural au Nord du Maroc, ciblé sur la province d'Al Hoceima, sera développé en 2011, ainsi qu'un appui en faveur de la promotion de l'égalité homme-femme dans tout le pays.

Selon les dernières données fournies par la Banque européenne d'investissement (BEI), la FEMIP (Facilité euro-méditerranéenne d'investissement et de partenariat) a contribué en 2010 avec un montant de 420 millions d'euros sous-forme de prêts au financement des projets de Tanger Med (Nord du Maroc) et de l'autoroute Casablanca-Tadla Azilal (Centre du Maroc).

Le projet d'extension du port de Tanger Med avec Tanger Med II a nécessité un investissement de 200 millions d'euros. Ce projet vise à réaliser un grand ensemble portuaire à vocation industrielle et commerciale, appelé à jouer un rôle d'avant-garde dans les échanges maritimes avec l'Europe, souligne un document de la BEI.

Le projet Tanger Med I, auquel la BEI a contribué au déploiement à travers le financement à hauteur de 40 millions d'euros de l'acquisition de matériel de manutention au profit du concessionnaire du second terminal à conteneurs, offre une capacité de traitement de conteneurs de 3 millions de TEU (Twenty Feet Equivalent Unit ou Equivalent Vingt Pieds). Avec le projet Tanger Med II, cette capacité est portée à 8 millions de TEU, grâce notamment la construction de deux nouveaux terminaux de conteneurs (TC3 et TC4), d'une longueur respective de 1.600 et 1. 200 mètres linéaires de quai. Une fois déployé, ce nouveau port redynamisera les provinces du Nord du Maroc et générera 5.000 emplois additionnels directs et 20.000 emplois additionnels indirects, précise la même source.

Concernant le projet de «l'autoroute du Maroc VII», dont l'investissement est de 220 millions d'euros, il porte sur le financement de 172 km entre Casablanca et la région sud-est de Tadla-Azilal. Ce projet permettra de rapprocher les populations concernées des autres pôles économiques, donnant ainsi la possibilité aux régions desservies qui disposent de réels atouts notamment naturels, de s'arrimer durablement à la dynamique de croissance que connait le Maroc, note le document.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : les personnes de plus de 80 ans toucheront une allocation
Chine : Jia Qinglin insiste sur la stabilité au Tibet
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence