Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 01.03.2011 08h43
« Mon peuple est prêt à mourir pour moi » : Kadhafi

Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a déclaré lundi que le peuple libyen combattrait à ses côtés, affirmant qu'il n'y avait pas eu de manifestations contre son règne en place depuis 41 ans.

« Mon peuple tout entier m'aime. Il est prêt à mourir pour me protéger », a déclaré M. Kadhafi à la journaliste d'ABC Christiane Amanpour.

Le dirigeant a déclaré qu'il ne pouvait pas démissionner parce qu'il ne serait ni un président ni un roi.

M. Kadhafi, le dirigeant le plus anciennement en place du monde arabe, n'exerce aucun titre ou poste officiel en Libye, mais est simplement connu comme le « dirigeant fraternel et guide de la révolution ».

Dans cette interview pour ABC, il accuse Al-Qaïda d'avoir poussé les jeunes hommes à s'emparer d'armes dans des sites militaires, ajoutant qu'il était étonné de l'attitude de l'Occident.

« Je suis surpris car nous avons une alliance avec l'Occident pour lutter contre Al-Qaïda, et aujourd'hui alors que nous combattons les terroristes ils nous abandonnent », a-t-il dit.

Prenant pour cible le président des États-Unis Barack Obama, il a estimé que celui-ci avait peut-être reçu des « informations trompeuses ».

Ces propos surviennent alors que l'armée américaine a annoncé placer ses forces navales et aériennes en position autour de la Libye, suite à une déclaration à Genève de la secrétaire d'État Hillary Clinton indiquant que ces unités navales pourraient être utilisées pour des missions humanitaires ou de sauvetage.

« L'Amérique n'est pas le gendarme international du monde », a déclaré M. Kadhafi.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Evacuation de Chinois de Libye : le Premier ministre chinois adresse des messages de reconnaissance à la Grèce et à Malte
Chine : les personnes de plus de 80 ans toucheront une allocation
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence