Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 06.04.2011 13h44
La Boîte de Pandore a été ouverte en Libye

Le 30 mars dernier, alors que les troupes terrestres loyales au dirigeant libyen Mouammar Kadhafi repoussaient les forces rebelles en dehors du port pétrolier-clé de Ras Lanouf, les membres de la coalition dirigée par les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France ont commencé à discuter de la possibilité d'armer les combattants de l'opposition. Pris sous le feu continu et puissant des frappes aériennes, les soldats de Kadhafi ont battu en retraite.

Au vu de leurs dernières actions, l'objectif des forces de la coalition semble désormais clair : paralyser les troupes de Kadhafi et renverser son régime. Il est aussi clair que les forces de la coalition essaient de contrôler les régions productrices de pétrole sur lesquelles Kadhafi et ses soutiens se sont appuyés.

Nous devons mieux comprendre les motivations qui sont derrière l'implication de la coalition dans les combats. Tout comme le président vénézuelien Chavez, Kadhafi a constamment réajusté sa politique d'exportation de pétrole ces dernières années, ce qui a eu pour résultat une grosse perte pour l'accès des Etats-Unis aux champs pétroliers libyens. La Libye et les Etats-Unis ont renégocié un accord datant des années 1960 à la fin de 2007, ce qui a eu pour résultat un coût supplémentaire de plusieurs milliards de Dollars pour l'accès des entreprises pétrolières américaines au marché lybien. De plus, les Etats-Unis sont particulièrement mécontents de n'avoir pas réussi à obtenir plusieurs contrats en Lybie ces dernières années. Ce qui fait qu'assurer le contrôle des régions productrices de pétrole par les rebelles est favorable aux Etats-Unis et à leurs alliés.

Plus encore, l'opposition a fait savoir que dans une ère post-Kadhafi, des politiques pétrolières favorables seront accordées aux différents pays, en se basant sur leur niveau de soutien à la rébellion. Si cette promesse venait à être respectée, il est facile alors de voir l'intérêt stratégique qu'a l'OTAN à procéder à des frappes aériennes.

Si la situation actuelle de la Libye ne peut être résolue au plus vite, les prix du pétrole ne pourront pas rester stables. Un conflit prolongé affectera le développement économique des pays importateurs de pétrole, dont la Chine, ralentira la reprise économique mondiale et risque même d'aggraver la crise économique.

La puissance militaire des forces de la coalition est suffisamment forte pour vaincre le Gouvernement de Kadhafi. Cependant, la question est de savoir si l'opposition est en mesure de combattre les forces de Kadhafi dans la capitale, Tripoli.

Benghazi, la base des rebelles et deuxième plus grande ville de Libye, est une des villes d'Afrique les plus proches de l'Europe, et elle est devenue depuis ces quinze dernières années un point de passage pour les immigrants illégaux africains vers l'Europe. Têtes de serpent, clandestins et bandes sont endémiques dans la ville. La ville abrite également des organisations comme le Groupe Islamique Combattant Libyen, qui a annoncé en 2007 qu'il se joignait à Al-Qaida. L'implication de ces organisations a rapidement conduit les manifestations pacifiques en Libye à tourner en rébellion armée.

Bien que ces groupes soient peut-être en mesure de s'unir temporairement pour combattre Kadhafi, il est difficile de dire s'ils seront capables de diriger le pays de façon efficace, voire démocratique. Le gouvernement intérimaire rebelle et le conseil national de transition soutenus par la France ont déjà montré de profondes différences politiques et idéologiques dans leur gestion de la rébellion.

Dans ce pays d'Afrique du Nord constitué d'une centaine de tribus, il n'y a jamais eu d'institutions étatiques modernes. Kadhafi avait maintenu l'unité du pays en trouvant des accords avec les différentes tribus. Mais à présent, les divergences d'opinion entre les tribus a tourné à la haine et à l'hostilité, et l'intervention militaire occidentale a enflammé la situation, qui tourne à une guerre telle qu'on la connait en Irak. Il est probable que le rêve d'un gouvernement démocratique unifié ne devienne pas réalité dans l'ère post-Kadhafi.

Même si la guerre se termine, une dangereuse Boîte de Pandore a été ouverte en Libye. Hélas, il faudra peut-être beaucoup de temps avant que le peuple libyen ne puisse jouir de la paix.

L'auteur est correspondant à Paris du journal Wen Hui Daily de Shanghai.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : dix corps retrouvés suite à une explosion dans une mine de charbon dans le nord-ouest
Début de l'élection présidentielle au Kazakhstan
Les pays occidentaux devraient rejeter leur idée de dominer le monde
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie