Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 15.04.2011 08h19
Tunisie : 18 actions intentées contre le président déchu

Le nombre d'actions en justice intentées contre le président déchu s'élève à 18, en premier lieu, le complot contre la sûreté de l'Etat, l'homicide volontaire et l'usage et le trafic de drogues, a déclaré mercredi le ministre tunisien de la Justice, Lazhar Karoui Chebbi.

Il est du devoir du ministère d'assurer le suivi de ces affaires, relevant que des mandats internationaux ont été émis en vue de geler les avoirs du président Ben Ali, de sa famille et ses proches à travers Interpol, a indiqué M. Chebbi dans une interview accordée à la chaîne de télévision nationale.

Ces actions judiciaires viennent consolider un mandat d'arrêt international lancé, depuis 26 janvier 2011, par la justice tunisienne, à l'encontre du président déchu Ben Ali pour l'acquisition illégale de biens mobiliers et immobiliers et les transferts illicites de devises à l'étranger.

Le souci nodal est de retrouver, localiser et arrêter, le président déchu, les membres de la famille, ses proches et certains ministres dans l'ancien régime dont le nombre d'actions en justice intentées est 26 affaires.

"Un objectif essentiel de la révolution de la dignité, relevant que cette action intervient en réponse aux appels du peuple tunisien", a-t-il précisé.

Le ministre du gouvernement provisoire a, également, valorisé les efforts déployés en vue de constituer un dossier juridique complet permettant d'extrader le président déchu, réfugié actuellement en Arabie Saoudite, et ses proches qui sont en état de fuite.

Pour ce fait, M. Lazhar Karoui Chebbia a déclaré qu'une délégation commune entre les ministères de la Justice et de l'Intérieur se rendra à la ville de Lyon (France), siège d'Interpol, afin d'accélérer l'opération d'exécution des mandats, outre qu'une délégation du ministère de la Justice s'est réunie avec des délégations représentant le Canada, la Suisse et les Etats-Unis.

"Le souci constant est de récupérer les avoirs à l'étranger et d'exécuter les mandats d'amener internationaux, à travers les conventions bilatérales d'entraide judiciaire ou les conventions internationales, s'agissant également des pays avec lesquels la Tunisie n'est pas liée par des conventions bilatérales", a-t-il affirmé.


Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
BRIC : la conférence annuelle du mécanisme de coopération des banques et le forum de la finance ont eu lieu à Sanya
Le PM chinois s'entretient au téléphone avec le PM japonais sur les relations bilatérales et la situation depuis le séisme
Les occidentaux devraient en apprendre davantage sur la Chine
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)
La crise nucléaire au Japon et l'avenir de l'énergie nucléaire
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident
Les chiffres des dépenses de sécurité publique de la Chine déformés par les médias étrangers