Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 15.04.2011 10h39
Comores : l'ex-chef de l'Etat-major de l'armée nationale relâché par le tribunal

L'ex-chef de l'état-major de l'armée comorienne, Salimou Mohamed Amiri, est relâché par le tribunal de première instance de Moroni dans l'affaire de rébellion, selon la décision de justice rendue publique jeudi.

L'un des avocats de la défense de l'ex-chef de l'état-major, le bâtonnier Maître Harimia Ahmed, a déclaré que "le tribunal vient de rendre sa décision, en ce qui concerne le principal client, le général Salimou, il a été purement et simplement relaxé des faits qui lui ont été reproché. L'infraction de rébellion ne tenait pas et notre client n'a jamais outragé le magistrat, donc la libération s'imposait à notre avis".

Salimou Mohamed Amiri et 14 militaires, parmi eux ses deux garde-corps ont fait l'objet du procès du 7 avril dernier et dont le motif était le "délit de rébellion".

Après examen du dossier, le réquisitoire du ministère public et les requêtes des avocats de la défense, le délit retenu est celui d'"outrage à un magistrat", et seuls quatre prévenus dont les deux garde-corps de l'ex-chef de l'état-major, écopent une peine d'un an d'emprisonnement dont dix mois fermes.

Cependant, l'ex-chef de l'état-major en étant placé en résidence surveillée dans le cadre de l'enquête de l'assassinat du lieutenant-colonel Combo, a regagné son lieu de détention en attendant la suite du dossier.


Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
BRIC : la conférence annuelle du mécanisme de coopération des banques et le forum de la finance ont eu lieu à Sanya
Le PM chinois s'entretient au téléphone avec le PM japonais sur les relations bilatérales et la situation depuis le séisme
Les occidentaux devraient en apprendre davantage sur la Chine
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)
La crise nucléaire au Japon et l'avenir de l'énergie nucléaire
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident
Les chiffres des dépenses de sécurité publique de la Chine déformés par les médias étrangers